Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Tourisme > Poisson d’avril 2016 et 2017

Poisson d’avril 2016 et 2017

Ecrit le 6 avril 2016

La tradition des blagues au 1er avril demeure dans notre pays. La Mée n’a rien fait cette fois, mais d’autres s’en sont occupé.

 CD44

Le Conseil Départemental de Loire-Atlantique a envoyé un communiqué fort sérieux, invitant à une conférence de presse dans la commune de La Montagne, parlant d’un réaménagement des routes départementales, en effet : « Selon un état des lieux complet du réseau qui vient d’être réalisé, la Loire-Atlantique compte plus de montées que de descentes : près de 900 kilomètres de routes ascendantes ont été recensés sur les 4 600 kilomètres du réseau départemental. Les routes descendantes ne représentent à l’inverse que 500 kilomètres ».(…) « Soucieux de réduire la consommation et l’usure des véhicules, dont toutes les études ont démontré qu’elles étaient plus importantes en montées qu’en descentes, le Département va rééquilibrer son réseau. A terme, l’ambition est de compter en Loire-Atlantique 700 kilomètres de routes ascendantes pour 700 kilomètres de routes descendantes ».

Le journal L’Eclaireur de Châteaubriant a cru bon d’annoncer que le projet de Notre-Dame des Landes est modifié et que l’aéroport de l’ouest se ferait plus près de Guémené-Penfao. « Dès l’annonce officielle, une procédure d’expropriation devrait être lancée. Les prix proposés seraient très élevés, afin que la totalité des propriétaires concernés accepte de vendre sans déposer de recours. A l’heure actuelle, aucune information technique sur ce futur aéroport n’a fuité. Mais quelques éléments sur sa desserte ont déjà été précisés : la D 775 vers Derval et Lusanger, sera considérablement développée. De même qu’une liaison vers Saint-Nazaire via Plessé et Pontchâteau. Une nouvelle ligne tram-train entre Guémené-Penfao et Nantes via Châteaubriant n’est pas exclue ».

A Paris, la RATP a débaptisé des stations de métro. Monceau devient Ma Pelle, Cadet est Rousselle, St Jacques est transformé en Coquille, Château d’eau en Château de Sable, et Pyrénées en Alpes. Pour coller au mieux à l’actu, la station Quatre Septembre changera de nom chaque jour. Enfin la station « Télégraphe » devient « #Tweet », « dans un souci de modernisation, et pour appuyer sa volonté d’être leader de la ville intelligente »

Burger King a annoncé vendre des frites à l’unité, tandis que France-Bleu Armorique dévoile l’installation d’un distributeur de galette-saucisse à la gare de Rennes. Même la gendarmerie s’y est mise : elle qui utilise depuis longtemps des chiens pour détecter des substances illicites et se heurte à des animaux généralement patauds et ne pouvant pas passer partout, elle a trouvé une solution avec Gigi, le premier chat renifleur de la brigade féline.

A part ça, sur internet, c’est le 1er avril toute l’année avec un flot de rumeurs et informations farfelues.

 Le budget qui fait Pschitt

Bruno Retailleau et le poisson

Même Bruno Retailleau, pour le Conseil Régional, s’y est mis, disant qu’il proposera à sa majorité, lors de la session budgétaire des 14 et 15 avril 2016, de voter 478,8 M€ d’autorisations de programmes « correspondant à des opérations d’investissement qui auraient dû être budgétées par l’ancienne majorité et ne l’ont pas été. Concrètement, ces opérations d’investissements n’avaient été votées que pour des montants très inférieurs à leur coût total ». « Il s’agit là d’une première approche attestée par le cabinet Ernst & Young, mandaté pour réaliser un audit de la situation financière de notre collectivité » dit-il et il parle de ’’saucissonnage’’ alors que, membre de la dernière assemblée régionale, il n’a rien dit à ce sujet.

« Avant l’été, dit-il, nous nous porterons candidat à la certification de nos comptes par la Cour des Comptes ».

 Manque d’humour

Mais Christophe Clergeau, manquant singulièrement de sens de l’humour, a répondu point par point, sans comprendre que Bruno avait fait un gros poisson d’avril.

« « Désordres financiers », « dette cachée », « factures impayées », « Insincérité », tous ces mots de propagande sont les grands absents de la note d’étape d’analyse financière du cabinet Ernst & Young publiée hier par Bruno Retailleau » dit C.Clergeau en expliquant :

Que trouve-t-on dans cette note ?

  • - une situation financière fragile : ce n’est pas une découverte, nous l’avons écrit nous-mêmes dans les orientations budgétaires 2015. Nous avions prévu de réduire de 20% les investissements sur le nouveau mandat pour retrouver le rythme de 2004-2010 après le pic d’investissement du plan anti-crise. D’ici à 2021, ce sont 120 millions d’euros d’économies de fonctionnement supplémentaires qui étaient prévus - après les 65 M€ d’économies réalisées entre 2010 et 2015 - pour stabiliser la situation financière de la région.
  • - plus de 500 millions de projets structurants indispensables à l’avenir du territoire qu’il faut désormais réaliser et financer : OUI nous l’assumons, c’est le programme d’action voté par l’assemblée régionale en avril 2015. La nouvelle majorité a le choix de confirmer ou d’arrêter ces projets, elle a été élue pour faire ces choix. Mais dans la réalité et au vu du Budget Primitif qui va être présenté le 14 avril, Bruno Retailleau confirme l’essentiel de ces projets et notamment les nouveaux lycées : subitement, la « dette cachée » est devenue une liste de bons projets enfin soutenus par la droite, notre programme d’investissement est devenu le leur.
  • - 80 millions de factures 2015 à payer en 2016 : OUI nous l’assumons, c’est moins de 6% du budget, moins de 15% des investissements annuels. Concrètement qu’est-ce que cela veut dire ? Tout simplement que la Région paye les subventions demandées un mois et demi à deux mois en moyenne après avoir reçu les factures : où est le scandale ? Faut-il par exemple rappeler que la tenue des élections en décembre 2015 a contraint à interrompre les mandatements le 23 novembre au lieu du 23 décembre, cet élément expliquant une large part de ce montant.

Pour le reste, on trouvera dans le rapport du cabinet Ernst & Young la trace de tous les débats techniques habituels entre les spécialistes de finances publiques sur la meilleure manière de suivre les comptes d’une Région. Personne n’a dans ce domaine la vérité, les interprétations des chiffres et des textes sont multiples, et il n’y a rien de neuf sous le soleil ! » dit C.Clergeau.

 Le spectacle

Et il poursuit : « Après un mois de débat abracadabrantesque, le spectacle Retailleau fait pschitt, la montagne accouche d’une souris. Pour la droite régionale l’atterrissage est brutal. Elle ne peut plus longtemps se limiter à dénoncer le passé et noircir abusivement le tableau régional, elle doit abandonner le terrain de l’hyper-communication pour enfin assumer ses responsabilités, agir et décider »

  • « Car déjà 4 mois après les élections la réalité est bien là :
  • - une région à l’arrêt, où toutes les décisions sont stoppées, un président parisien uniquement occupé à enchaîner les coups de communication et les attaques politiciennes contre Jacques Auxiette.
  • - des outils efficaces aujourd’hui cassés ou mis en danger par le retour de la bureaucratie, l’allongement des délais de décision, et la lourdeur des procédures.
  • - des acteurs abandonnés, privés d’interlocuteurs, de visibilité et de décisions, éloignés d’un président invisible et confrontés à des élus sans pouvoir et sans réponse.

Les polémiques financières auront été un feu de paille. Désormais la majorité régionale doit faire ce pourquoi elle a été élue, présenter ses choix, accepter le débat, et justifier de son action ».

(fin de communiqué)


Ecrit le 5 avril 2017

 Poisson en prison

Quand la situation est grave, il ne faut pas renoncer à rire. La tradition du Poisson d’Avril a ramené quelques belles prises et des lecteurs ont plongé !

La Mée a ouvert le grand bassin en annonçant que le Centre A.Briand, ancienne école de Musique, allait devenir une prison modèle. La photo montrait même des grilles aux fenêtres. Certains lecteurs y ont cru. Un lecteur a détourné la première page de La Mée avec un message de solidarité envers la rédactrice-chef de ce petit canard qui, disait-il, serait sans doute la première embastillée. Un autre a créé un Comité de résistance, s’insurgeant de ce qu’on transforme une ancienne école en prison et faisant référence à Victor Hugo qui, lui, disait : « qui ouvre une école, ferme une prison »

La Mée a doublé le poisson en créant un faux communiqué de presse de Fr.Fillon qui devait venir lancer la rénovation du bâtiment, petit-déjeûner au restaurant panoramique de l’hippodrome, passer une heure de détente à l’espace bien-être de AquaChoisel avant d’aller visiter la chaufferie-bois et découvrir la centrale solaire innovante. Pour plus de « vérité », Châteaubriant avait été écrit avec un d final, comme font les autorités parisiennes. Des lecteurs ont mordu à l’hameçon.

A Nozay, selon l’Eclaireur, un gus a annoncé l’ouvertue d’un Café-Ecclésiastique nommé « Le Don Camillo ». A Nantes le Conseil Départemental a révélé que Philippe Grosvalet avait signé un arrêté pour que le pont de St Nazaire porte désormais le nom de « Pont Pompidou », « clin d’œil aux Américains, dont 20 000 d’entre eux ont débarqué à Saint-Nazaire le 26 juin 1917 ». La cérémonie devant avoir lieu le 25 juin 2017, avec un hologramme géant de Marilyn Monroe projeté dans l’estuaire. « Son visage saluera le départ de la course entre le Queen Mary 2 et les maxi-trimarans en direction du pont Verrazano de New-York. En prêtant l’oreille, on pourrait même l’entendre susurrer le nom du pont Pompidou... ».

Philippe Poutou, du Nouveau Parti Anticapitaliste, en marge de sa campagne électorale, a annoncé qu’il soutenait Emmanuel Macron « Parce que le candidat Emmanuel Macron propose de supprimer 120 000 postes dans la fonction publique et qu’on se rend compte chaque jour que dans les hôpitaux, les écoles, les bureaux de poste, aux finances publiques, à la CAF, à Pôle emploi… il y a beaucoup trop de personnel. Parce qu’Emmanuel Macron défend une orientation économique ultra-libérale, qui favorise le développement du chômage, de la pauvreté, de la précarité, des inégalités, terreau sur lequel se développe le Front national depuis des décennies, et qu’il est donc le meilleur rempart contre Marine Le Pen ».

C’était un poisson d’avril, bien sûr !