Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Echos > Echos 2016-2017 > Relecture, Padel, Arche

Relecture, Padel, Arche

Ecrit le 5 octobre 2016

 Relecture

Pourquoi y a t’il tant d’idiots de part le monde ? Au réseau se sont 9852 élèves, …la médiathèque   et une bibliothécaire leurs proposent … une animation mise en place pour aider les tous petits …. nombre de places limitées...

Quelle est donc cette phrase bancale ? C’est juste le résultat de la pêche aux fautes effectuée dans le dossier de presse et dans le « festiv’Automne » proposé par le service culturel de la Com’Com’  . Avec une quinzaine de bibliothécaires, ces grosses fautes ont-elles donc échappé à 30 yeux vigilants et à ceux de Catherine Ciron (Vice-Présidente) ? Et ensuite « on » dira que les jeunes, à l’école, ne savent plus écrire ! Ah, c’est vrai, ils connaissent les flyers, eux , les blind-test et autres afterwork ….


Ecrit le 26 octobre 2016

 Padel et Paddle


Le Padel est un sport de raquette dérivé du tennis, se jouant sur un court plus petit, encadré de murs et de grillages. Il serait né vers 1969 et serait dû à un Mexicain Enrique Corcuera. Il se joue avec une batte en bois.

Le paddle-tennis est un sport de raquette adapté du tennis et joué depuis la fin du XIXe siècle. Il serait né en mer sur des bateaux britanniques, aux alentours de 1890, afin de divertir les passagers.

Le terrain de Padel de Châteaubriant a été inauguré le 15 octobre 2016. Il aurait coûté 42 168 € HT  . Un deuxième terrain est annoncé. Le maire compte renouveler la candidature pour la ville la plus sportive des Pays de Loire.

Rappelons quand même que la ville n’a pas les moyens de financer une maison des associations !

 Une arche de paix

A la demande de la municipalité, le lycée Etienne Lenoir a travaillé à la réalisation d’une structure métallique marquant l’entrée du Parc de Radevormwald. Hyper motivés, les élèves de Première et Terminale Chaudronnerie ont fait des projets qu’ils ont présentés oralement et avec des diapositives (ce qui est normalement du niveau BTS) avec l’aide de leurs professeurs Céline Barnola et Florian Durandière. La municipalité a retenu … un peu de tous les projets et souhaité deux arbres entrelacés symbolisant le jumelage entre Châteaubriant et Radevormwald.

La réalisation a demandé une année scolaire, en dessin technique, découpe, soudure. Des élèves sont même revenus pendant les vacances de juillet. Il y a en tout 1,2 tonnes de matière ! Comme dit Mme Barnola : un diplôme de soudeur, cela ne se donne pas, cela se conquiert !

L’arche métallique placée à l’entrée du Parc de Radevormwald, fait parler. « C’est moche » a dit une dame. « Oui mais cela a été fait par les élèves du Lycée Etienne-Lenoir » répond une autre. Ah oui, ça change tout ! La beauté aussi est politique !

 Sécurité ?

Il nous est dit qu’il y a en ce moment de nombreux vols dans les maisons et les jardins (des vélos par exemple) et des voitures brûlées. Les gens se plaignent à la gendarmerie. A quoi servent donc les caméras de vidéo-surveillance ?


Ecrit le 2 novembre 2016

Premiers : la municipalité de Châteaubriant est incorrigible, il faut que la ville soit la première partout. Et c’est vrai, elle l’est. Il suffit de bien choisir les sujets. Par exemple, pour la semaine du souvenir, la ville sera la seule à rassembler 501 jeunes élèves au Monument aux Morts le 8 novembre. La première à bénéficier en Loire-Atlantique d’une exposition sur La Marseillaise.

Barbelés : la maquette du Camp de Choisel, qui était annoncée dans le hall de la mairie de Châteaubriant, n’y sera pas. Car le club de modélisme n’a pas reçu à temps les barbelés qu’il a commandés au Canada .

Borne : la Borne de la Liberté, située sur la place de la Motte à Châteaubriant, sera mise à l’honneur à l’occasion de la semaine du souvenir. Rappelons quand même qu’elle est située, là, pour être à proximité de la Maison Letertre (qui est maintenant le restaurant La Croisette) où Marcel Letertre-père était l’animateur du réseau Buckmaster-Oscar pendant la seconde guerre mondiale, et où eurent lieu des arrestations le 30 novembre 1943.

Témoignages : Célestin Deroche et André Sinenberg en 2015, Michelle Cottrel en 2016 : la municipalité fait appel à des Castelbriantais pour des témoignages sur la seconde guerre mondiale. Mais le livre « Telles furent nos jeunes années », qui a publié ces témoignages depuis des années, ne figure pas dans le catalogue de la médiathèque   intercommunale. Publié par votre journal La Mée, il est en effet marqué du sceau d’infamie.

°°°

Cagoules : Bavures policières ? Impunité ? Chasse au faciès ? Ah, non, c’est pas le moment de parler de tout ça ! Plus de 90 % des Français soutiennent le mouvement des policiers en colère. En moins de dix jours, ils viennent d’obtenir une enveloppe de 250 millions d’euros pour répondre à leurs revendications. Ça suffira ? Pas sûr. Les flics veulent de l’amour. Faites leur des petits bisous. Et comprenez que, désormais, vous avez le droit de manifester en armes et en cagoule !

Reportage Là-Bas si j’y suis 


Ecrit le 9 novembre 2016

 Une fenêtre ouverte

Sur le chemin de l’école, une armoire électrique est décorée depuis 1993 ! Treize ans sans graffitis ! Il y aurait juste besoin d’un petit coup de nettoyage pour redonner de la fraîcheur à ce vêtement d’enfant qui sèche devant une fenêtre entrouverte.


Ecrit le 30 novembre 2016

Coucher de soleil au Bois en Grand Auverné (Ph  . Fr.Martin)


Ecrit le 14 décembre 2016

 Etourneaux

L’étourneau sansonnet – sturnus vulgaris de son nom latin – est une espèce de passereau dont les individus forment d’impressionnantes nuées les soirs d’hiver, à l’heure de se rassembler pour dormir. En grand nombre, ces oiseaux omnivores friands de fruits peuvent causer des dommages aux cultures ! Nuisances sonores, problèmes d’insalubrité liés aux déjections, et risques de chute de branches quand des centaines d’étourneaux se posent sur la même branche ! Une solution, provisoire, l’effarouchement. Différents cris peuvent être reproduits, par exemple des cris de peur des étourneaux ou des cris de faucons.
Les habitants concernés par les nuisances/étourneaux sont donc invités à se faire connaître auprès des services techniques de la Ville au 02 40 81 52 30.