Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Pays (international) > Proche orient, Israël, Palestine > Palestine, des familles dans les cimetières

Palestine, des familles dans les cimetières

Ecrit le 9 novembre 2016

 Palestine

Al-Araqib, quatre familles vivent dans les limites d’un cimetière musulman, dans le nord du Désert du Négueb en Israël. Elles font face aux terres où leurs maisons s’élevaient encore il y a quelques années : c’est une longue histoire.

En 1951, les Bédouins ont été regroupés dans une zone au nord-est de Beer-Sheva, appelée siyaj (expression arabe signifiant « clôture » ou « barrière »). Ce déplacement forcé leur était alors présenté comme dépendant de raisons de sécurité « temporaires », pour une période de six mois seulement. Mais cela a duré 15 ans. Dans l’intervalle, une loi de 1953, surnommée Loi des Absents, dit que les terres, considérées comme abandonnées, deviennent propriété de l’État. Donc, quand les Bédouins sont retournés chez eux, ils ont été considérés comme envahisseurs des terres de l’Etat. Ils reconstruisent pourtant, patiemment, les murs sont faits de bâches en plastiques, le sol est de ciment et des bâches sont tendues sur une structure de bois avec un toit fait de lattes ajustées. Une citerne d’eau est aménagée à proximité. La plupart des Bédouins vivent dans l’enceinte du cimetière, seul lieu – pour le moment – à l’abri des démolitions.

Le village précaire est régulièrement démoli car les constrctions ont été faites sans permis de construire. Mais ce n’est pas la peine de demander ce permis : il sera systématiquement refusé, alors même que de nombreux Bédouins détiennent des preuves attestant de leur présence antérieure : titres de propriété, redevances d’impôts payés durant des années, cartes de répartition tribale du territoire, photographies aériennes…

Le 2 novembre 2016, le village de Al-Araqib a été détruit (oui vraiment détruit) pour ce que restait du village, pour la 105e fois. La police a emmené les voitures, le récipient d’eau. Et il y a du nouveau : l’ILA (Israël Land Authority) demande que les habitants payent les frais pour les destructions ! Je juge, qui a reporté plusieurs fois la condamnation a proposé récemment aux habitants « d’être d’accord avec 30 000 à 40 000 Nis par personne » (environ 14-18 000 €/personne). Vraiment absurde et scandaleux….En plus, il y a des frais d’avocat 60 000 Nis.

« Nous voulons simplement vivre comme des êtres humains normaux et avoir un toit permanent au-dessus de nos têtes » disent les Bédouins.

(infos du Comité Palestine-Israël du pays de Châteaubriant  )


Ecrit le 9 novembre 2016

 Nouvelle attaque ?

Deux ans après sa dernière attaque contre la bande de Gaza (juillet 2014) Israël est-il en train de préparer une nouvelle, et plus brutale attaque ?


Ecrit le 9 novembre 2016

 Vente de produits

Le Comité Palestine-Israël du Pays de Châteaubriant   vend des produits palestiniens en soutien à ce peuple. Pensez y comme cadeaux de fin d’année. C’est un moyen de donner de l’espoir à un peuple opprimé.

Huile d’olive bouteille, 11 €
Huile d’olive bidon de 4 litres, 50 €
Zaatar, 8€ (épice douce) peut s’utiliser à l’apéritif avec l’huile d’olive ou en cuisine pour remplacer le goût du sel.
Savon de Naplouse boite de 4 ou individuels.
Dattes boite 1 kg : 22 € (un cadeau pour les gourmands)
Pour la céramique s’adresser directement à Madeleine Lépicier 02 40 81 21 47 amlepicier@gmail.com et si besoin à Louis David - 02 28 04 08 57