Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Intercommunalité et diverses communes > Conseil de Développement (ex CBE) > Des territoires collaboratifs

Des territoires collaboratifs

Ecrit le 12 avril 2017

Des territoires collaboratifs

Un important groupe de personnes de Châteaubriant et des environs, se sont retrouvées pendant plus d’un an sur une recherche-action intitulée « Domino », avec des réunions dans notre région, mais aussi avec des rencontres   plénières avec les territoires de Morlaix, Redon, Rennes. En conclusion de ce travail, huit personnes sont allées à une réunion à Rennes le 30 mars dernier.

Circuits courts, jardins partagés, repair-cafés, Fablab … les territoires collaboratifs ont trois caractéristiques :
– territoires de partage,
– territoires productifs,
– territoires en commun.

Les médias se focalisent sur les métropoles, mais c’est dans les villes moyennes et dans les territoires ruraux que le collaboratif se développe, dans un esprit de partage : « Celui qui allume sa chandelle à la mienne ne me prend pas de lumière » disait B. Franklin.

Des exemples : Oslo 2019 veut mettre fin à la voiture individuelle. L’université d’Aveiro au Portugal est engagée dans un projet scientifique collaboratif et inter-partenarial. Mont-de-Marsan a réalisé son Plan Local d’Urbanisme, intercommunal, en 5 ans de travail collaboratif.

Barcelone est devenue une « Fab-Cité », son ambition est de créer un réseau de Fablab dans Barcelone avec l’aide de la municipalité, afin de stimuler le tissu économique, de favoriser la réindustrialisation de la ville, et de produire localement avec les ressources disponibles. « Si on prend soin des habitants, à travers des pratiques collaboratives, pour leur permettre de s’émanciper, on renforce la qualité de vie, on limite l’essor du populisme » a dit Samuel Roumeau (association OuiShare).

Rennes-Métropole s’est emparée aussi des pratiques collaboratives en suscitant les projets des habitants. Ceux ci ont soumis 316 idées en 2016, soit 60 % pour Rennes et 40 % sur le reste du territoire, avec un budget participatif, autour des besoins d’alimentation, de mobilité, de lien social. Sur ces projets, 44 ont été retenus (11 500 votants) et seront réalisés par la ville.

« Le budget participaltif est un premier pas vers une concertation permanente des citoyens » a dit Stéphane Lenfant. [Du temps de Martine Buron, maire de Châteaubriant, il y avait aussi un budget participatif. Ce n’est plus le cas]. Il faut bien voir que le pouvoir d’agir donné aux citoyens c’est forcément lâcher du pouvoir pour les élus et décideurs locaux.

Pour que cela fonctionne, il faut des animateurs de territoire formés et convaincus (41%), des citoyens et entrepreneurs actifs (32%) et une volonté politique (28%) [Vote des participants].

Carine Dartiguépeyrou estime, elle, qu’il faut prendre au sérieux le développement des pratiques collaboratives car « cela répond à des aspirations des personnes, à la recherche de transformations individuelles et collectives » - « Si on interroge les Français, ils mettent en valeur, dans l’ordre : la famille, l’honnêteté, le respect, l’amitié.

Ils disent tenir à la Paix, à l’efficacité du gouvernement, à la justice, à la qualité de la vie, à l’application des lois. Ils aspirent à contribuer à la société ». Le souci est donc : comment susciter, accompagner les initiatives naissantes, comment améliorer le lien entre les acteurs publics et les groupes de citoyens.

Pour autant, il ne faut pas faire de l’angélisme en pensant que toutes les initiatives sont positives. Les meilleures d’entre elles peuvent avoir des « effets rebonds » inattendus.

L’économie collaborative touche beaucoup de choses, elle modifie la façon de travailler, de se déplacer, de s’alimenter. Elle crée de nouvelles offres : partage de lieux, partage de voitures (avec drivy.com), partage d’itinéraires (avec blablacar, co-voiturage). A Séoul, les écoles, le week-end, deviennent lieux associatifs. Les citoyens consommateurs deviennent consom’acteurs, marchands ou non, lucratifs ou non.

La journée s’est poursuivie par des ateliers de réflexion, et par des « pitch » : petites explications en 2 minutes sur des actions concrètes : jardin partagé, conciergerie numérique, humanlab, champs-libres et …. AccessDV Linux.

Adresses :
– Colporterre : voir le site
– HumanLab : voir le site
– AccessDV Linux : voir le site