Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Commerce-artisanat > Le boulanger de Jans porte à domicile

Le boulanger de Jans porte à domicile

Ecrit le 24 mars 2010

 Jérémy Georget

Jérémy Geo

Dans la petite commune de Jans, tout est rouge (sauf les opinions politiques) : les lampadaires, l’arrière des panneaux de signalisation, … et le label du boulanger. Découverte.

Jérémy Georget est un jeune boulanger. Victime d’un licenciement économique à St Nazaire, il n’avait plus envie de redevenir ouvrier, « de devoir changer encore d’entreprise, de s’adapter à de nouvelles façons de faire, et à l’humeur changeante du patron ». Il décide de se mettre à son compte. Connaissant bien le commercial de la minoterie Bourseau (Nozay), il apprend que la boulangerie de Jans est à vendre. Il ne connaît pas Jans, mais pourquoi pas ? De toutes façons il préfère les petits bourgs aux grandes villes.

A Jans, l’affaire se fait, grâce à l’appui du maire et de la minoterie, l’aide de la famille, le soutien financier de Pays-de-Châteaubriant-Initiative   et de la Région Pays-de-Loire, et un prêt d’honneur du Crédit Mutuel. Jérémy suit le stage de la Chambre des Métiers et, fin juin 2009, il signe le bail. Avec quelques surprises à la clé, notamment la nécessité d’un nettoyage en profondeur !

8 juillet 2009, ouverture dans l’enthousiasme : il n’y avait plus de boulanger à Jans depuis des mois...

7h20, les premiers clients sont déjà dans la rue. 7h25, ils montent les marches du magasin. 7h30 la boulangerie ouvre. L’affluence. Un habitant avait même commandé 200 tartelettes et 100 boules de pain ! Il ne manquait que la fanfare !

Le dimanche suivant, « je n’avais pas demandé de vendeuse pour ce jour-là. J’ai fait face avec bien du mal, avec le pain et les gâteaux que j’avais fabriqués » raconte M. Georget !

Et, depuis, le succès ne se dément pas, d’autant plus que M. Georget a le plaisir de proposer des produits nouveaux comme le pain-cacao, la baguette bagatelle, et même les pizzas.

 Cacao et bagatelle

Pour faire du pain-c

Le pain cacao, à base de farine tradition, comporte de petits palets de cacao à l’intérieur. A la cuisson, le chocolat diffuse. « J’en vends 10-12 par jour, ce pain sucré est idéal pour les goûters et aussi pour accompagner les viandes ! ». Jans connaît pas mal de passage l’été. « Des Parisiens ont emporté des pains, des gens de la Manche m’en commandent régulièrement 30-35 pour offrir à leurs amis quand ils sont de passage à Jans »

La bagatelle, est une baguette tradition avec « label rouge », répondant à un cahier des charges très précis : 55-60 cm, de long, 4 à 5 cm de large, pas tordue, cinq coups de lame, couleur appétissante, mie bien alvéolée. Si un seul critère n’est pas réalisée, la baguette doit être vendue comme baguette ordinaire. Les contrôles, inopinés, sont stricts : propreté des locaux, cahier de bord. Le comptage des baguettes produites et des emballages papier doit même être concordant.
Le boulanger fabrique aussi des repas sandwiches (5 € pour un sandwich garni au goût du client, une boisson et une pâtisserie) ou 2.20 € pour le sandwich seul.

Dernière innovation : la pizza, onctueuse et généreuse en tomates, champignons et fromage.

Et bien sûr, toutes sortes de pains, à la demande : pain sans sel, pain aux céréales « avec un peu de cannelle ! » et pâtisserie le dimanche. Le boulanger est au travail à 3 h du matin, et une heure plus tôt les jours de livraison à domicile.

Dans la semaine du développement durable, le boulanger vendra sa baguette moins cher si les gens ramènent l’emballage d’une « bagatelle » !

 Livraison à domicile

A Jans, le boulanger livre 130 pains à domicile, trois fois par semaine. « La vendeuse croisait celle de Treffieux qui, en l’absence de boulanger à Jans, assurait le service sur la commune de Jans : les clients lui étaient fidèles, ils avaient raison ».

Mais voilà que la boulangerie de Treffieux cesse le portage à domicile. C’est donc celle de Jans qui reprend les tournées, depuis le 17 mars, le mercredi et le vendredi.

« Nous faisons un essai pour deux mois. Si les clients sont au rendez-vous, nous continuerons ». Le boulanger dépose le pain à l’endroit fixé avec les clients et encaisse le prix une fois par mois. Il faut 80 clients de Treffieux pour que ce soit tenable car ce service de proximité a un coût : 4 heures de travail et des frais de carburant.

Donc, avis aux amateurs !
- Boulangerie Georget - 02 40 79 20 86
- jansboulangerie@orange.fr
- site internet du boulanger


Ecrit le 11 septembre 2013

 La kékette en embuscade

M. Georget

Pour sa première foire de Béré, le boulanger de Jans, M. Georget (02 40 79 20 86) avait apporté ses fabrications originales, le pain cacao, le pain apéro (le voulez-vous emmenthal et lardons ? Ou chorizo ?), les pizzas et … la bière de ses amis Pierre Pellerin et Ross Tapp ! Deux sortes : la Kékette (parfumée coriandre) et l’Embuscade (parfumée cassis, calva, vin blanc et citron). Fabriquée en Belgique depuis 6 mois, elle se trouve en une trentaine de points de vente en France et cherche un distributeur ! Avisssss...

 

BP  

 


Ecrit le 21 novembre 2012

 Augmentation

Une grande surface à Châteaubriant. La cliente a l’habitude d’acheter son pain de « 400 g Tradition » à 0,75 €. Il est moins bon mais moins cher que chez un artisan-boulanger. Ce jour-là, il est à 1,19 €. Il doit y avoir une erreur ! Mais non, l’employée révèle que la farine a augmenté et que l’augmentation a été portée sur ce pain-là.... 58,666666 % d’augmentation, qui dit mieux ?


Ecrit le novembre 2013

 Du pain !

Depuis le 13 novembre, et à titre d’essais sur plusieurs mois, le boulanger de Jans propose un nouveau service, 6jours/7 et 20h/24 , du mardi au dimanche de 6h00 à 2h00. Pour satisfaire encore plus sa clientèle, et les personnes qui partent travailler sur Nantes, Rennes ou les environs, le boulanger s’engage à recharger régulièrement son distributeur de baguettes fraîches. Contact : Jérémy Georget -
Tél 02 40 79 20 86