Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Démocratie locale > Réunions de secteurs - mars 2012

Réunions de secteurs - mars 2012

Ecrit le 28 mars 2012

 Réunions de quartiers : traquer la petite bête

D’année en année les réunions de quartiers se suivent et se ressemblent : un peu plus dynamiques à La Ville aux Roses, entrecoupées de longs silence à Béré. Des constantes :
- ce sont les habitants des pavillons qui se déplacent, pas ceux des HLM
- même parmi les habitants des pavillons, on ne voit pas de familles en difficulté.
- globalement : moyenne d’âge assez élevée, très peu de familles avec enfants
- enfin les « questionneurs » se soucient souvent de détails, il n’y a aucune question d’envergure sur la politique de la ville, - chacun reste les yeux fixés sur son quartier, sans essayer d’avoir une vision d’ensemble.
- noter la présence de « fureteurs » qui semblent passer leur temps à traquer la petite bête ! Donc … déception !

Dans ces conditions, la municipalité joue sur du velours. Vous voulez un banc ? Hop ! Il est placé le lendemain. Vous voulez une corbeille à papiers rue Mendès-France ? Hop ! C’est fait !

A la Ville aux Roses, il a été demandé un banc près de l’arrêt du Castel-bus et des lignes jaunes rue Marguerite de Valois pour limiter le stationnement des professeurs (ils n’ont pas été cités, mais c’est tout comme, on sent de la part du maire un certain mépris pour cette catégorie professionnelle, et ce n’est pas nouveau). Un habitant a demandé un ralentisseur ou un dos d’âne pour pouvoir sortir de chez lui facilement. Un dos d’âne supplémentaire est réclamé rue César Franck (protestation de la salle qui commence à trouver qu’il y en a trop en ville !). Une personne signale un STOP non respecté au sortir du lotissement de l’Aiguillon.

Une personne a demandé une ligne blanche ou un trottoir dans la rue Vieille Voie qui en est dépourvue sur un côté. On
apprend alors que cette rue sera réaménagée d’ici un an ou deux. Il est question aussi de doubler le pont de cette rue qui franchit la voie ferrée.

Un habitant signale qu’il y a plein de fenêtres non allumées le soir dans les HLM de la Ville aux Roses (c’est vrai, il y a plein de logements vides). Il demande d’abattre des immeubles pour donner aux cours carrées actuelles la forme de U. Un représentant des HLM annonce qu’il va y avoir une rénovation des immeubles, avec raccordement des derniers blocs à la chaufferie-bois, reprise des espaces verts et des espaces de stationnement, réhaussement des halls d’immeubles (qui sont tous en contrebas). Début des travaux septembre 2012, durée 18 mois. Coût 5,8 millions d’euros.

Question posée sur l’horaire de levée de la boite à lettres située face à la pharmacie de la rue César Franck. Neuf heures du matin ! En fait c’est plutôt onze heures.

Question sur l’accessibilité de l’église de Béré
. « Nous avons déposé plusieurs dossiers, tous refusés par l’Architecte des Bâtiments de France. Nous passerons outre » dit le maire en insistant pour que la presse relate ses propos.

Un terrain multi-sports sera installé place Gabriel Fauré (il est payé par la Com’Com’  ). [Ndlr : une fois de plus à Châteaubriant, c’est … tout pour le sport … Mais quand donc y aura-t-il une maison des associations ?]

Question posée sur la chaudière-bois qui, parfois, véhicule des odeurs de plastique brûlé. Une procédure a été engagée pour que le bois acheté soit de bonne qualité (par exemple pas de morceaux d’agglo, en raison de la colle qu’ils contiennent) et coupé à la bonne longueur (des morceaux trop longs bloquent l’alimentation de la chaudière).

Et si vous avez des questions, allez les poser à la municipalité . « Tout est transparent » dit le maire. Sauf que les journalistes constatent la difficulté qu’il y a à obtenir des informations !

 La réunion de Béré

A Béré on signale du sable sur les pistes piétonnes autour des étangs de la Ville Marie. On demande de ne pas tailler les herbes trop près des bords, pour laisser de l’ombre aux petits canards. On s’in-quiète de la nature du désherbant utilisé. La mairie dit qu’il s’agit de désherbant bio. Un agriculteur présent dans la salle conteste !

Une personne ose critiquer la place de la Motte et les difficultés de circulation. Rappelons à ce sujet qu’il n’y a pas de « rond point » sur cette place, mais des « pastilles » autour desquelles les automobilistes se bloquent. L’architecte va revoir les choses pour essayer d’y porter remède. La piste vélos prévue dans le plan n’a pas été réalisée.

[Ndlr : la municipalité a loupé la place Ernest Bréant. Elle a loupé aussi la place de la Motte que de nombreux Castelbriantais évitent désormais. Pourvu qu’elle n’ait pas l’idée de toucher à la place Charles de Gaulle.]