Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Divers > Député Ducoin > juin 2012 : Michel Hunault, le Dépité Ducoin

juin 2012 : Michel Hunault, le Dépité Ducoin

Michel Hunault était confiant, le 15 juin 2012, à deux jours du scrutin

Mais, le 17 juin 2012, il reconnaît sa défaite et se plaint d’avoir été seul contre tous

Seul contre tous ? C’est le cas de chacun des candidats lors d’une élection.

Seul contre tous ? Il dit : « Le soutien du Premier Ministre et maire de Nantes, du conseil général, des élus de gauche, ça fait beaucoup contre un seul homme … ». Un lecteur, dans l’Eclaireur, commente :

« Qui a fait venir à Châteaubriant le président de la république, Nicolas Sarkozy. Sans compter les ministres et autres secrétaires d’état. Estrosi en 2007, Guéant (brrr...) en 2011, Frédéric Mitterrand en 2012, Hervé Morin, Luc Chatel, François Fillon, Roselyne Bachelot (ah non pardon, finalement elle n’est pas venue) et MAM pour enterrer le tribunal. Ah non pardon pour inaugurer la Maison de la justice et du droit. J’en oublie peut être ? A moins que j’en ai rajouté. Merci de me corriger »

Ce lecteur a raison. Rappelons !

Ministres en visite à Châteaubriant :

  • Hervé Gaymard, novembre 2003
  • Christian Estrosi, mars 2007
  • Nicolas Sarkozy, président, septembre 2007
  • Hervé Morin, mai 2008
  • François Fillon, janvier 2009
  • Luc Chatel, juillet 2009
  • Michèle Alliot-Marie, février 2010
  • Claude Guéant, avril 2011
  • Frédéric Lefèbvre, septembre 2011
  • David Douillet, novembre 2011
  • Marc Laffineur ministre des Anciens Combattants, 13 février 2012
  • Frédéric Mitterrand, ministre de la culture, 1er mars 2012
  • Philippe Richert, ministre des collectivités territoriales, mardi 20 mars 2012.

Souvenir : un rapport creux-creux

 Pourtant, il avait fait campagne

Pour une fois, pourtant, Michel Hunault avait fait campagne, de longue date, en organisant un long défilé de ministres de tous acabits venant rendre visite à son frère le maire. Des visites ne servant à rien et dont les habitants se sont lassés. Pour le premier tour, il a fait venir des anciens ministres (MM. Méhaignerie et Arthuis), mais sans annoncer à l’avance ses réunions publiques, des fois qu’il y aurait eu des opposants. Et, de fait, les opposants à l’aéroport de Notre Dame des Landes sont allés régulièrement contester Yves Daniel, en délaissant Michel Hunault. Au second tour, Michel Hunault a fait donner le soutien de maires de la région d’Ancenis et a tenu un meeting à Châteaubriant au cours duquel il a taclé son adversaire en disant que « il ne s’agit pas de l’élection du maire de Mouais », voulant dire par là, sans doute, que le maire d’une très-petite commune ne pouvait pas avoir l’envergure d’un député ! « Un costume trop grand pour lui » disait-il. Mais le mépris est tombé à plat !

 Le vent a abattu la girouette

Michel Hunault (affilié au Nouveau Centre) a fait aussi dans le subliminal : une affiche de lui a été placardée à la Ville aux Roses, à côté d’une autre affiche, UMP celle-là, montrant des drapeaux tricolores. Avec ce message « choisissons la France » ! Façon d’attiser la peur de l’étranger ! Pas très joli joli ! L’équipe de campagne d’Yves Daniel, passant par là, a recouvert l’affiche tendancieuse, sans pour autant éliminer l’affiche de Michel Hunault. Voilà du fair play !

Michel Hunault, enfin, a donné à ses bulletins de vote la couleur verte de l’espérance et a, pour une fois, affiché les logos de ses soutiens politiques. Raté ! Yves Daniel a été élu, mettant fin ainsi à 50 ans de domination du père et du fils sur le siège de député de la circonscription de Châteaubriant. Nous allons pouvoir, enfin, espérer l’ouverture de la région de Châteaubriant, laissée trop longtemps sous l’éteignoir.

 L’ennui

Maintenant, le pauvre Mimi a peur de s’ennuyer. Le même lecteur commente :

« Pourquoi avoir peur de ne plus rien avoir à faire. Monsieur Hunault est encore Conseiller Régional. Et puis il est chargé comme enseignant à l’IEP Sciences-Po Paris d’un cycle d’enseignement depuis 2010 devant les étudiants en Master sur « la transparence des mouvements financiers, la lutte contre le blanchiment et la corruption ». Moi je trouve que cette charge de travail n’est pas des moindres. Et pour ce qui est du contact avec la population il reste le marché du mercredi matin, les matchs du week-end, les soirées dans les bars, la sortie de la messe....Et la foire de Béré en septembre ! »

Ouf ! nous voilà rassurés !


Ecrit le 13 novembre 2013

 Et la mairie de Nantes ?

Avec Marie-Annick Montchamp

Mais l’UMP soutient Laurence Garnier

 Un trop grand malheur

Après avoir dit : « Toute personne qui prendrait la responsabilité de l’effritement de nos voix, devra en assumer les conséquences », après avoir été rejeté par le vote des militants UMP à Nantes, le tandem Montchamp/Hunault constituerait cependant une liste pour les municipales à Nantes. Plus on est de fous, plus on rit. Il s’agit de Michel Hunault bien sûr.


Ecrit le 12 mars 2014

 Refusé à la Baule ...

Ah ces élections ! Que de nouveautés, que de rebondissements ! Pour une fois qu’on peut s’amuser ! Tenez, je vais vous parler du p’tit mimi, vous savez not’Michel Hunault, ci-devant député et fils de député. Lui, il ne s’amuse pas, il s’ennuie, tout en étant, quand même, Conseiller Régional. Mais il souhaitait un poste plus en vue. On le vit, un temps, rêver d’un ticket gagnant avec Marie-Anne Montchamp pour la mairie de Nantes. Mais les primaires à droite ont préféré une autre candidate. On a cru, un temps, qu’il ferait une liste quand même. Mais non.

Et puis, nous ouïmes dire qu’il se présenterait à La Baule. Cela nous parut tellement incroyable que nous n’en fîmes point état. En quoi nous eûmes bien tort : il fut effectivement pressenti pour être tête d’une liste, à droite, opposée à celle d’Yves Métaireau, maire sortant UMP, Président des maires de Loire-Atlantique. L’ambition personnelle se doit de fouler aux pieds les solidarités de parti !

Tête de liste, oui. Ou plutôt chef ! Un chef qui impose sa loi jusque dans les plus petits détails. Par exemple, il tenait à ce que la liste ne soit connue que le 6 mars : « le dernier jour, à la dernière heure ! Il nous a dit : si vous voulez vous déclarer avant le 6, ce sera sans moi ! ». Les colistiers potentiels n’ont pas voulu accepter le diktat et, le 4 mars, ont décidé de partir sans lui.
Ô rage, ô désespoir, ô colistiers insoumis ... Tous ceux qui, dans le Pays de Châteaubriant   ont découvert, en juin 2012, qu’un Hunault pouvait être battu, se regardent avec espoir en scrutant maintenant ce qui se passe à Châteaubriant .

 ... revenu à Nantes

(Ecrit le 19 mars 2014) Tête à queue

Nous voilà rassurés : Michel Hunault a trouvé un point de chute. Refusé comme tête de liste à La Baule, il a été accepté à Nantes comme queue de la liste de Xavier Bruckert alors que son épouse est quatrième sur cette même liste. Signalons que Michel Hunault est « Nouveau Centre », un petit parti fédéré, avec d’autres, dans ... l’UDI ... auquel appartient .... Maxime Lelièvre.