Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Associations diverses et partis politiques > Restau du coeur > Pénurie et angoisse au Resto du Coeur, novembre 2012

Pénurie et angoisse au Resto du Coeur, novembre 2012

Ecrit le 28 novembre 2012

C’est l’angoisse au Resto du Cœur de Châteaubriant : les bénévoles se désolent de manquer de fruits et légumes. « Nous ne pouvons donner qu’un fruit par personne, même pas un fruit par jour ». Pour l’instant il y a encore des conserves, du lait, des œufs, du pain et quelques laitages. Pourtant, ce vendredi 23 novembre, il y avait foule à s’inscrire au Resto du Cœur. Quatre bureaux d’inscription, à raison de 20 minutes par famille : il n’a pas été possible d’inscrire tout le monde.

Il est évident que les grandes surfaces alimentaires donnent moins : elles préfèrent vendre à moitié prix les produits en limite de fraîcheur. Si la Communauté Européenne cesse ses apports alimentaires, les Restos seront amputés de 23 % de repas. Irons-nous vers des émeutes de la faim ?

L’été dernier, le barême des Restos du Cœur avait baissé, pour tenir compte de la pénurie. « Nous avons eu 58 familles inscrites au lieu de 105 l’année précédente. Nous avons pu cependant donner des colis de dépannage à 120 familles tous les 15 jours » explique Jeanne Chalon, adjointe à la responsable.

Pour la saison d’hiver 2012-2013, le Resto du Cœur fera la « ramasse » le lundi et le vendredi. « Nous nous sommes entendus avec St Vincent de Paul et le Secours Populaire   pour répartir les jours de collecte » dit Renée Terrien, responsable. « Pour Noël, nous craignons de n’avoir aucun jouet à donner aux enfants ».


Le Resto offre en plus des repas : coiffeur, psychologue, cinéma gratuit le samedi soir (deux fois par mois), piscine gratuite pour les Castelbriantais, machine à laver le linge, sèche-linge, douche.

Aux vacances dernières, quatre familles ont pu partir : deux financées par les Restos de Nantes et deux autres financées par la CAF (Caisse d’allocations familiales).

La collecte d’octobre a moins donné que l’an dernier : 2,984 tonnes soit 614 kg de moins. « La plupart des 33 restos du cœur de Loire-Atlantique ont constaté la même chose. On sent que les gens en ont ras-le-bol de donner aux collectes ».

M<sup class="typo_exposants">me</sup> Terrien, M<sup class="typo_exposants">me</sup> Chalon

Une soixantaine de bénévoles s’activent au Resto de Châteaubriant. La doyenne, Marie-Françoise, a 78 ans. Le plus jeune, Michaël, a 35 ans. « Nous avons recruté des jeunes retraités et aussi des actifs. L’un d’entre eux, par exemple, quand son emploi le requiert l’après-midi, vient donner un coup de main le matin ».