Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Culture, expositions, livres, loisirs, spectacles, sports > La Halle de Béré

La Halle de Béré

Ecrit en 2000

Lumière et ombre

Les travaux de la Halle de Béré sont maintenant terminés. A partir du parvis où les plus beaux chênes centenaires ont été conservés, on accède dans « la rue », vaste espace de transparence, lignes droites et murs en courbe, orienté est-ouest. Les murs sud sont en béton noir, les murs nord seront revêtus d’un bardage moiré dans lequel jouera le soleil, à diverses périodes de la journée. Cette rue sera destinée aussi bien à la circulation qu’à des expositions.

Bureau d’accueil, locaux techniques, cuisine (prévue pour 900 couverts) ouvrent dans cette « rue », ainsi que les différentes salles de spectacle. Le sol est chauffant (serpentins d’eau chaude noyés dans du béton) et habillé d’un revêtement noir satiné.La Halle de Béré c’est en réalité une série de huit travées de 150 m² environ, chacune faisant 21 m de long sur 7 m de large. Un système de cloison amovible permet d’obtenir, selon les besoins, des salles de 150 m², 300 m², 450 m², etc jusqu’à 1200 m². Chaque travée est munie d’un dispositif de chauffage qui donnera (air chaud + extraction de l’air vicié) une grande souplesse d’utilisation. La cloison mobile est constituée de panneaux de 7 mètres de haut et 1,20 m de large, glissants sur rails, et faciles à manœuvrer par une seule personne.

Béton et vinaigre

Les murs de la salle sont en béton, habillé de panneaux isolants en bois. Les fenêtres, de faible hauteur, comportent une double vitre à l’intérieur de laquelle il sera facile de manœuvrer des stores « vénitiens » s’il est nécessaire d’obscurcir la salle. Le sol est en petites lames de parquet huilées, placées sur champ, de façon à faire quelque chose de très solide (pouvant, au besoin, supporter le poids d’un camion). Le plafond, en gris satiné, reflètera la lumière. Quant aux murs et cloisons, ils resteront en matériaux bruts pour limiter, par la suite, les travaux d’entretien.A l’extérieur, une partie du bâtiment est revêtue du même bardage que dans « la rue » : de la tôle galvanisée qui a été enduite de vinaigre et laissée à l’air libre, puis vernie deux couches. La rouille donne des teintes chaudes, des effets d’irisation qui se prêteront à tous les jeux de lumière.

« Tout monument appartient à celui qui le regarde » a dit l’architecte Xavier Ménard qui, avec son « complice » Didier Leborgne, a conçu et réalisé « la Halle de Béré » que 45 000 personnes visiteront dans quelques jours, lors de la Foire de Béré. « Pari fonctionnel, pari architectural », plus de 30 personnes ont travaillé à sa conception, et 128 personnes ont participé à sa réalisation En tout 34 000 heures de travail et 103 plans. Coût total 25 200 855 F TTC dont 2 600 000 F de subventions du Fonds National d’aménagement et de développement du territoire, et du Conseil Général.

Blocage quelque part ?

On est un peu surpris de la modicité des subventions obtenues pour cette salle. Il paraît pourtant que cette dernière entrait totalement dans les critères d’attribution de subventions du Conseil Régional et que la ville aurait pu prétendre à 4 millions de francs. Le dossier a été présenté dans les délais. Mais de subvention, point. Y aurait-il eu un blocage quelque part ? Comme pour le Théâtre de Verre, en son temps ? Ce ne sont pas les élus qui sont pénalisés, de cette façon, mais tous les citoyens de la ville. Avec 4 millions de francs, il y aurait eu moyen de faire des travaux supplémentaires en ville. Oui mais ... mais ... mais ...« Cette salle vient honorer le terrain de Béré, s’intégrant en finesse entre les chênes centenaires dans ce paysage qui descend en pente douce vers la Chère » a dit Martine Buron. Transparence, lumière, choix des matériaux, plus d’un visiteur sera surpris, tous seront conquis par la noblesse esthétique du lieu, par la qualité des éclairages intérieurs et extérieurs.

Les nombreuses associations qui ont été amenées à donner leur avis, avant les premières esquisses du programmiste et des architectes, n’ont plus qu’à se saisir de cet équipement qui, après de multiples recherches dans les racines grecques, latines, gallèses et bretonnes, s’appellera tout simplement « La Halle de Béré ».« La Halle », tant attendue, ne cessera plus de bruire de l’animation castelbriantaise car, à compter du 15 septembre, et sauf cas exceptionnel, toutes les manifestations festives y auront lieu désormais. Les utilisateurs apprécieront la fonctionnalité des cuisines, la propreté des toilettes (où tout est automatique : l’eau coule toute seule dès qu’on approche les mains pour se laver !), les vestiaires, le bar, « la rue », etc.

- 1534 m3 de béton
- 345 tonnes de charpente béton -
- 44 tonnes de charpente métal -
- 635 m² de parois grillées -
- 2670 m² de surface d’étanchéité -
- 1300 m² de surface de parquet -
- 6 tonnes de murs mobiles -
- 412 appareils d’éclairage —
- 18 tonnes de centrales à air.

C’est "La Halle de Béré" [Architecte Xavier Ménard]