Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > CCAS (action sociale) > Le Centre Communal d’Action Sociale de Châteaubriant

Le Centre Communal d’Action Sociale de Châteaubriant

Ecrit le 8 février 2017

Le Centre Communal d’Action Sociale de Châteaubriant est un établissement public administratif dépendant de la Ville. Après avoir été installé durant de nombreuses années rue du Château, le CCAS   a rejoint en 2007 le 9 Esplanade des Terrasses. Néanmoins, le Centre de Soins infirmiers, le Service de Soins infirmiers À Domicile, le Service d’Aide à Domicile et le Service de Télé assistance étalent quant à eux, depuis leur création dans les années 70, installés rue Gutenberg. Au mois de janvier 2017, ces différents services du CCAS   ont à leur tour rejoint le site de l’EspIanade des Terrasses. Ce regroupement permet ainsi de faciliter la visibilité de tous les services et d’améliorer le confort tant des salariés que des usagers qui auront accès à l’ensemble des prestations en un lieu unique.
Salle de soins

Le Centre Communal d’Action Sociale a pour mission principale d‘animer une action générale de prévention et de développement social. Présidé par le maire, il comporte dans son Conseil d’Administration des élus municipaux, dont Marie-Jo Havard, adjointe aux Affaires Sociales et à la Solidarité, ainsi que des membres d’associations œuvrant dans le domaine social.

Au total, 50 agents (agents administratifs, conseillères en économie sociale et familiale, infirmières, aides-soignantes, aides-ménagères) sont à la disposition et à l’écoute de la population au sein de quatre grands secteurs d’activités : l’aide et l’action sociale, la jeunesse et la prévention, le service de santé, et les services aux aînés.


Ce serait bien si l’ancien bâtiment du centre de soins devenait maison des associations. En centre-ville, près de la mairie et d’un parking, il rendrait de grands services. Mais, en fait, la municipalité évoque (rarement !) une maison des associations et n’en veut surtout pas !