Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Démocratie locale > 97e - 98e - 99e réunions de secteurs

97e - 98e - 99e réunions de secteurs

Ecrit le 22 mars 2017

Et voici la première fournée de trois "réunions de secteurs" à Châteaubriant, en ce mois de mars 2017. Le maire est tout fier d’annoncer qu’il en est à sa 97e réunion, puis 98e et 99e. Il adore les chiffres, no’maire et il en balance partout sans qu’on sache très bien s’ils sont vrais ou s’ils sont inventés !

Chaque soirée commence froidement : aucune présentation des élus situés à la table face au public. Le maire et la première adjointe, on connaît : on a vu leur bobine souvent dans les journaux locaux. Mais les autres, qui les sait leur nom ? Aucun mot d’introduction sauf : on est là pour vous entendre, vous avez la parole. Le silence plane sur la salle qui, sauf peut-être pour le secteur mairie, est moitié moins remplie que d’habitude.

A la Ville aux Roses par exemple, le maire aurait pu rappeler que c’est le seul quartier de Châteaubriant où l’Etat et tous les partenaires sont mobilisés pour améliorer la vie au quotidien avec un contrat de ville. Mais, rien.

A ces réunions, d’une année sur l’autre, ce sont pratiquement toujours les mêmes personnes et, qui plus est, pratiquement toujours à la même place !

Merci ou …. gare !

Les choses se passent bien quand la personne commence son intervention par : « Merci M. le Maire, j’avais demandé ceci etc ... ». Mais gare à celui qui ne se plie pas à ce rituel. Il passe automatiquement dans le camp des opposants putatifs et les réponses, si réponse il y a, se font cinglantes. Et déplacées. En pleine semaine internationale de la courtoisie, 13-17 mars 2017, la courtoisie est resté au volant et n’est pas entrée dans la salle ! Par exemple, parce qu’une personne soulevait un problème d’incivilité dans son quartier, le maire a dit où habitait exactement ce monsieur, qu’il y a quatorze marches pour monter à sa porte d’entrée et qu’il possède une C5. Conclusion : si vous déposez plainte à la gendarmerie et si vous allez voir la police municipale comme l’a fait ce monsieur, on prend le maximum de renseignements sur vous pour vous renvoyer dans les cordes si vous posez une question sur l’insécurité à la réunion de quartier ? Le maire a-t-il ainsi des fiches sur tous les habitants ?

Camélias et mimosas

En début de réunion, une habitante exprime le souhait que soient plantés des camélias et mimosas en plus des arbres pour colorer le quartier de la Ville aux Roses. La municipalité répond qu’elle va étudier cette suggestion. Puis, en fin de réunion, une conseillère municipale de la minorité souhaite savoir ce que devient le "conseil citoyen". Le maire répond qu’il s’est réuni "à plus de 20 reprises" et que les « attendus » sont, notamment, plus de bancs, de fleurs… pour donner une « tonalité plus colorée » et améliorer le « vivre au quotidien ». Tiens donc ! Le conseil citoyen qui rassemble des associations et des habitants grâce au contrat de ville aurait donc proposé avec des architectes-urbanistes de mettre de la couleur dans le quartier pour améliorer son image et donc son attractivité. Mais alors pourquoi ne pas prendre appui sur son travail pour introduire la réunion de secteur ?

Pourquoi aussi ne pas associer le quartier à son embellissement ? On rêve d’un atelier, avec les jeunes et les moins jeunes, de fabrication de bacs à fleurs et à plantes aromatiques, avec du bois de palette comme le fait l’ACPM (Ateliers et Chantiers du Pays de la Mée). Cela pourrait se faire à moindres frais et on imagine très bien le plaisir des plus jeunes de scier, pointer, mettre les mains dans la terre, surveiller les plantations. Le mouvement "Incroyables comestibles", qui se fait dans certaines communes, créerait du lien social permanent dans le quartier.

Mais non. Une quarantaine d’habitants du quartier sont là. On assiste à une petite succession, comme les années passées, de questions ponctuelles, habitant par habitant, rue par rue, domaine par domaine, avec des réponses aussi ponctuelles (voire pas de réponse) sans élargissement du regard, sans mise en relation entre les initiatives menées sur le quartier. Les résidents des HLM de la Ville aux Roses ne sont pas là.

On se prend à rêver que la municipalité se dote enfin d’une méthode pour organiser des prochaines réunions de secteur qui aiderait les habitants à croiser les usages, partager les initiatives, et faire des propositions collectives, plutôt que d’entretenir le coup par coup à court terme, avec le risque du chacun pour soi, et du syndrome du lampadaire [Le syndrome du lampadaire désigne la propension à ne regarder que "là où c’est éclairé" alors que la solution au problème peut se situer dans l’ombre].

Caméras ….

caméra

En réponse au vandalisme, le maire répond « Nous avons bien fait de mettre des caméras. C’est un choix politique. C’est un choix financier ».

Il fait remarquer que Châteaubriant est « une des villes les moins impactées par la violence et la criminalité. Je veux une ville entièrement sécurisée ».

Il ajoute que la caméra située à la Ferrière a permis l’arrestation du chauffard qui a tué un jeune de vingt ans le week-end passé sur la route de Moisdon-la-Rivière. [Sauf que la presse dit qu’il s’est rendu de lui-même !].
Il dit enfin que, si Paris avait eu davantage de caméras, il n’y aurait pas eu d’attentat. Sauf que ses caméras à lui ne sont pas capables d’empĉher la dégradation de quelques bagnoles (dont la sienne !) et la destruction à répétition des aubettes de bus.

Centrale solaire

Enfin première question intéressante : sur la centrale solaire. Catherine Ciron évoque un projet novateur en France qui fera que la centrale bois sera moins sollicitée. Ça ne coûtera rien aux castelbriantais. Aucune allusion sur le montage qui fait que cette formule est globalement moins écologique qu’elle dit puisqu’elle utilise une cogénération avec du gaz !

C.Ciron explique que cette centrale solaire permettra de diminuer le coût de l’énergie qui chauffe les salles communales, car, rendez-vous compte, il y a des taxes qui augmentent. Elle cite la TIGGN qui, dit-elle, augmente de 300 %. En réalité cette Taxe Intérieure de Consommation sur le Gaz Naturel passe de 4,34 €/Mwh en 2016 , à 5,88 €/Mwh en 2017, soit une augmentation de 35 % et pas de 300 %.

Jeux, commerce, déchets, déjections

Question sur la rénovation des 8-10 rue Aristide-Briand. « Le commerce dédié n’est pas encore défini. Ce sera arrêté avant l’été ». Selon nos infos, le groupement "Les producteurs d’ici » prépare un projet.

Des jeux pour petits enfants sont demandés derrière la mosquée. C’est une femme d’origine turque qui parle. Une première !

Question sur les déjections canines et sur les chardons près des immeubles. « L’office HLM lancera une enquête pour connaître les souhaits des locataires. C’est un quartier ouvert car des enfants de douze communes fréquentent l’accueil petite enfance ».

Poubelles : des habitants mettent leurs déchets à côté des poubelles. Le maire raconte que des habitants des communes voisines viennent déposer chez nous. Mine de rien, une amende coûte 68 € et si quelqu’un est venu en voiture déposer des ordures, cela peut atteindre 3000 €.

Radar mobile

Vitesse : des habitants se plaignent de la vitesse excessive dans certaines rues. Le chef de la police explique qu’il dispose d’un radar mobile. Résultat : « 85 % des voitures circulent à des vitesses comprises entre 0 et 40 km/h ».Mais évidemment, dit-il, « dans les courbes on a un sentiment de vitesse ». Une personne signale que, route de Juigné, elle se fait doubler par des cyclistes descendant trop rapidement « et ce ne sont pas spécialement des jeunes ». M. Nomari, président du Cyclo-Club promet de rappeler les règles de sécurité.

Le centre socio-culturel. A part des locaux pour l’association Rencontres on ne comprend pas bien ce qu’il y aura réellement dans ce centre. Quelqu’un demande s’il y aura, là, une maison des associations. Réponse : non, elle se fera ailleurs ! [mais la municipalité n’a aucun projet à ce sujet et sans doute pas envie de faire une telle maison].

Festival de Théâtre à La Ville aux Roses ? A la question posée, Catherine Ciron répète que celui qui a eu lieu en septembre 2016 a été initié par la municipalité. Les légendes ont la vie dure !

Voirie - Internet

Voirie : le maire dit qu’il va y avoir réfection de la Rue des 27 Otages avec l’objectif d’assurer la sécurité et de permettre des déplacements doux. On n’en saura pas plus. Personne ne signale l’état déplorable de la chaussée autour de La Poste.

Internet  : A une question sur l’arrivée de la fibre pour les particuliers, A Hunault répond en vantant le rôle de la Région ; C. Ciron parle des kits satellite avec subvention du conseil départemental pour les particuliers....mais se garde bien de dire que la Com’Com’ n’a pas donné suite à la proposition du département relative à la fibre pour les particuliers !

Santé - Château

IRM et Maison de santé  : on apprend que Mme Samson, directrice du Centre Hospitalier, partira en retraite à la fin d’avril 2017. Que l’IRM devrait être opérationnel en 2017. Et que la municipalité a un projet de Maison de Santé à proximité du Centre Hospitalier « pour attirer des médecins ».

Château : quelqu’un regrette que les murs du château ne soient pas éclairés le soir. Réponse : « le château appartient au Conseil Départemental, il y a beaucoup de choses qu’on demande au Conseil Départemental mais on a beaucoup de mal ». C. Ciron reconnaît quand même que les rénovations entreprises (dont la dernière, celle du Grand Logis) sont très réussies.

Acoustique  : au Marché Couvert, l’acoustique très mauvaise, a mal permis d’entendre les questions-réponses. Ce n’était pas le cas les autres années !

Environnement : on apprend, photos à l’appui, que la tempête du 6 mars 2017 a fait des dégâts à Châteaubriant : une trentaine d’arbres, de taille importante, appartenant à la Ville, dans différents lieux de Châteaubriant, rue du Duc d’Aumale, site de Choisel, la Borderie, le secteur du Centre Municipal des Sports, la pelouse devant l’école Monet, la rue Henri Dunant et le chemin d’accès à la Goupillère. On apprend aussi qu’il y a des sangliers qui se promènent le soir vers la route des Fougerays.

Plan Global de déplacement

Marie Laure, Présidente de Véli-Vélo interroge :

vélo


- Est-il prévu quelque chose pour encourager les automobilistes à laisser la place aux piétons sur les trottoirs. Même chose pour qu’ils laissent passer un piéton qui montre la ferme décision de traverser une rue au passage piétons, rues des Déportés Résistants, Jean Jaurès, des Tanneurs, pour ne citer que celles-ci.
- Rue des Déportés Résistants, serait-il possible d’interdire le stationnement des autos dans la portion située en face des anciens bains douches et jusqu’au feu, car le risque d’accident existe pour les autos comme pour les vélos.
- Serait-il possible de mettre en sens unique une partie de la rue Cité Carfort et de la rue du Maréchal Liautey ? Ces rues sont étroites, les voitures sont parfois stationnées sur les trottoirs, les piétons, souvent des jeunes se rendant aux collège et lycée doivent, en conséquence, marcher sur la chaussée.
- Il était prévu de faire un aménagement partagé piétons/cyclistes au rond point des Vauzelles. Est-il prévu pour cette année ? Serait-il possible de faire un tracé avec une figurine vélo appropriée sous le Pont de la Grenouillère et interdire aux autos de doubler les vélos sous le pont qui reste étroit ? 
- les ralentisseurs, c’est désagréable pour les cyclistes.
- enfin où en est actuellement le PGD (Plan Global de Déplacement) ?

C.Ciron répond qu’il y a eu 13 réunions, que beaucoup d’associations ont été consultées, que le cabinet ITEM a dégagé des objectifs, en tenant compte que « la voiture est prioritaire… euh, majoritaire »
- espace partagé, sécurisé, pour tous les modes de déplacement
- minimiser la vitesse
- optimiser le stationnement

Le cabinet ITEM en est à la « phase opérationnelle » mais aucun délai précis n’est donné. Marie-Laure revient à la charge, disant que beaucoup de gens ont des idées, qu’il pourrait être intéressant de faire des ateliers participatifs par quartiers. Mais le maire lui cloue le bec en lui rappelant que son association a eu la chance d’être reçue en mairie. « Vous aurez une réponse quand le plan global sera terminé. Nous, on fait appel à des spécialistes ». C’est sûr, c’est comme ça que le mini-rond point de la Place de la Motte a dû être refait !

Allez quelques petites questions encore :
- il y a un entrepreneur du bâtiment qui a un dépôt rue Pierre Blays, en prenant son travail le matin, il dérange les voisins.
- il faudrait quelques places de stationnement rapide près de la Poste. [et refaire la chaussée, bis repetita].
- il faudrait indiquer aux poids lourds que la livraison à Carrefour Market ne peut pas se faire Rue de la Barre, car les gros camions se bloquent sur la place de la Motte.
- ah ! Oubli ! Il y a des crottes de chien. Il faudrait obliger les propriétaires à avoir un petit sac sur eux sinon : amende !
- rue des Chênes « il y a des trous dans la chaussée » – « Non, ils sont bouchés » – « Oui mais ça ne tient pas » – « On ira voir ! »

10 à l’heure et 15 km/h

Centre-ville : le maire s’insurge, « Non, ce n‘est pas vrai, le centre-ville n’est pas désert » et il détaille, équipement par équipement, le nombre de passages des gens. Par exemple, 15000 passages par an à la mairie. Bof ! Compte-tenu de 200 jours d’ouverture, et 7,5 heures par jour, cela ne fait guère que 10 personnes à l’heure !

C.Ciron désire participer au concours de la ville la plus sportive des Pays de Loire. Elle a en effet déclaré que le futur lotissement de La Borderie n’était qu’à 8 min à pieds du Centre-Ville. Sachant qu’il y a 2 km entre la mairie et le fameux lotissement, cela montre que C.Ciron est capable de faire du 15 km/h alors qu’une marche soutenue se fait habituellement à 4 ou 4,5 km/h. Bravo Catherine !

Bonnes idées

Les citoyens ont des idées :
- quelqu’un propose qu’il y ait un incinérateur installé à la déchèterie. « On peut avoir des papiers à détruire ainsi, cela éviterait les brûlis dans les jardins ».
- un camping-cariste signale que l’aire de camping-car à Châteaubriant est rue de Tugny, trop loin du centre ville. « Pour aider à la dynamisation de celui-ci, pourquoi ne pas aménager quelque chose à Choisel ? ». [On apprend ainsi que, en 2019 Châteaubriant aura un rassemblement européen de camping-caristes] 
- le même suggère qu’il y ait à Châteaubriant une borne de rechargement des voitures électriques. « La seule existante se trouve à la piscine et est inaccessible quand AquaChoisel est fermé ». Réponse c’est prévu Place de la Motte et à la gare.
[mais c’est pas fait !].
- une personne suggère de mettre des fleurs à la rambarde qui surplombe le rollard, dans la rue Tournebride.