Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Associations diverses et partis politiques > Restau du coeur > Restau - 2003-2004

Restau - 2003-2004

Ecrit le 17 décembre 2003 :
suite de la page précédente

Restau du cœur

Le Restau du Cœur de Châteaubriant a ouvert ses portes mardi 9 décembre 2003 avec, en début de saison, une quarantaine de familles inscrites (soit 150 personnes environ), comme l’an dernier. D’autres personnes s’inscrivant le jour de l’ouverture, on ne pourra faire un point exact que dans deux ou trois semaines. « Nous craignons d’avoir 10 à 20 % d’inscrits en plus » disent des responsables.

Depuis la crise de l’an dernier, il n’y a plus de responsable général, mais des responsables par secteur : inscriptions, stocks, relations avec la mairie, etc, avec une bonne circulation de l’information entre eux. Une quarantaine de bénévoles se relaient aux différents postes.

La collecte dans les grandes surfaces se fait le lundi et le jeudi en fin de matinée. Les approvisionnements viennent de la Centrale des Restau du Cœur à Nantes.

Chaque personne inscrite reçoit un colis alimentaire, ensemble de denrées dont la quantité est calculée en fonction du nombre de personnes au foyer. Il comprend :
- une viande ou un poisson
- un légume, des pâtes ou du riz
- un fromage ou un yaourt
- du pain
- des produits d’hygiène

Des produits de base sont ajoutés chaque semaine, comme le lait, le beurre, l’huile, le sucre, la farine. Ce colis permet au bénéficiaire de préparer chaque jour un repas complet et équilibré.

Au niveau national, l’aide alimentaire est distribuée dans près de 2 100 centres de distribution en France, dans lesquels les bénéficiaires se rendent plusieurs fois par semaine. Ce sont des lieux d’accueil, de rencontre et d’échange, où l’on peut boire un café, passer un moment au chaud, établir des contacts.

A Châteaubriant la municipalité a mis gratuitement le restaurant de l’ex-foirail à disposition des Restau du Cœur. Elle prend en charge le chauffage, l’électricité et l’essence du camion qui va s’approvisionner à Nantes.

Le bâtiment est bien adapté, éclairé par le soleil dans la matinée. Il dispose de petites salles permettant aux responsables de recevoir les personnes qui ont besoin d’une écoute particulière. Seul inconvénient : son éloignement de la ville.

Pour l’instant, les Restau de Châteaubriant cherchent un fax (ou un téléphone-fax) et demandent à la mairie d’organiser un arrêt du Castelbus devant le bâtiment d’accueil, au moins le mardi et le vendredi, puisque le bus passe devant. Enfin les responsables incitent les bénéficiaires à s’entraider pour un co-voiturage


Ecrit le 21 janvier 2004 :

Les Restaus du Cœur recrutent

S’il fallait une preuve que la situation sociale s’est aggravée en France, la voici : pour la première fois depuis plusieurs années, les Restos du cœur s’alarment d’une hausse de plus de 10 % en moyenne de la demande d’aide alimentaire dans leurs centres de distribution. Situation d’autant plus inquiétante que la campagne d’hiver n’en est qu’à mi-course et que les vagues de grands froids ont, pour l’heure, épargné l’Hexagone.

Populations concernées, selon les Restos : des jeunes, des femmes seules avec enfants, des chômeurs en fin de droits.

« Aggravation générale » : de son côté, le Samu social de Paris indique avoir accueilli en urgence, dans la nuit du mercredi 14 janvier 2004, environ 2.380 personnes en famille qui ont appelé le « 115 », contre 1.191 en moyenne en décembre 2002. Même constat alarmant au Secours populaire  . « Ce je pressens depuis que le début d’année se confirme, déplore Christophe Auxerre son secrétaire général. Il y a une poussée qui n’est pas liée au froid, une aggravation générale de la précarité. »

Que fait-on dire aux chiffres ?

On nous abreuve de sondages, on nous balance des chiffres et que faut-il retirer de tout ça ? La délinquance a baissé de 3 % en France. Que cela signifie-t-il ? Pas grand’chose à mes yeux. Qu’est-ce que la délinquance ? La délinquance financière produite par nos cols blancs est-elle comptabilisée de la même façon que les vols de sacs à mains ?

Le chômage aussi a baissé en fin d’année. N’a-t-on pas fait sortir des statistiques certains demandeurs d’emploi pour les faire passer directement au RMI ?

La cote de Raffarin remonte, celle de Sarko est au plafond. Emplois précaires institutionnalisés, répression au coin de chaque rue... Tout ça contribue à leur faire marquer des points, sondages commandés par eux-mêmes dans le but d’endormir le peuple.

Par contre, il est un chiffre qui m’a fait bondir : la fréquentation des restaus du cœur a augmenté de 10 %. le gouvernement, largement relayé dans l’opinion publique, explique que les chômeurs sont des fainéants, des personnes ne pensent qu’à frauder et profiter de tout. C’est « petit bras » d’aller quémander du lait pour son bébé, quelques boîtes de conserves alors que d’autres détournent des millions. !Vraiment minable !

En ce qui me concerne, si je veux savoir comment va mon pays, je préfère me fier aux chiffres fournis par les Restaus du Cœur ou les autres organisations caritatives.

La seule conclusion que je peux tirer, c’est qu’il y a de plus en plus de misère, d’exclus, de laissés pour compte. Et ça, c’est le résultat de la politique de ces messieurs qui se pavanent en tête des sondages.

Simone Boucel.


Ecrit le 3 mars 2004 :

Le restau du cœur, à Châteaubriant
trouvé son nouveau responsable

Après la crise qu’a connu le Restau du Cœur en 2003 avec la démission de son responsable Daniel Martin, et la nécessité de trouver un nouveau lieu de distribution, l’équipe de bénévoles a continué à travailler, en bénéficiant de la coordination des responsables nantais, jusqu’à ce que, finalement, un infirmier castelbriantais en retraite, André MANY, accepte la responsabilité de l’antenne locale, coordonnant le travail d’une quarantaine de bénévoles.

Le restau a ouvert le 9 décembre 2003 dans la salle de restaurant de l’ancien foirail. Un local parfaitement adapté mais qui a l’inconvénient d’être situé très loin du centre ville ce qui pose des problèmes pour la trentaine de jeunes mères seules avec enfant en bas âge. Un arrêt du « Castel-bus » était souhaité à l’époque. Cela ne s’est pas fait. Un système de « navette » sera peut-être mis en place pour la prochaine saison d’hiver.

L’antenne de Châteaubriant, qui avait 150 personnes inscrites en décembre, en compte désormais le double (110 familles), soit à peu près le même nombre que l’an dernier. 60 % viennent de Châteaubriant. La distribution alimentaire prend strictement en compte les revenus des personnes, et tout est fait pour redonner à celles-ci le goût de vivre : cours de coiffure, conseils de cuisine, prêts de livres, aide aux papiers administratifs, possibilité de rencontres   individuelles avec un militant.

Restau ouvert le mardi et le vendredi de 9h30 à 11 h - Tél 02 40 07 97 26


Ecrit le 7 avril 2004

Restau du cœur, bilan de la saison 2003-2004

Le Restau du Cœur de Châteaubriant a fermé ses portes à la fin de mars 2004. L’intercampagne commencera le vendredi 30 avril de 9h30 à 11 h et la distribution se fera ensuite tous les 15 jours jusqu’au 29 octobre 2004, toujours à l’ancien foirail, rue Quentin Miglioretti
(Tél 02 40 07 97 26)

Des chiffres

Pour l’hiver 2003-2004, le nombre de familles a été de 125 (contre 141 l’hiver précédent) soit 346 bénéficiaires (377 l’hiver précédent). Les responsables ont donné des indications intéressantes :

- 70 familles venaient pour la première fois
- 28 pour la seconde année
- 19 pour la troisième année
- 8 venaient depuis plus longtemps

On constate donc que les bénéficiaires des restaus du cœur ne s’installent pas dans une situation d’assistance. « Si vous saviez combien ils sont heureux de venir nous annoncer qu’ils ont trouvé un travail » dit un bénévole. Hélas le travail, même temporaire, ne court pas les rues.

Sur les 125 familles, 37 concernent des personnes seules, et 37 sont des familles monoparentales. Cela représente 59 % des bénéficiaires. On retrouve ce qu’on constate par ailleurs : la solitude, le manque de soutien familial, sont des facteurs de dégradation sociale.
Sur les 125 familles, 60 % sont originaires de Châteaubriant (75 familles, 190 personnes), et 40 % viennent de communes extérieures (50 familles, 156 personnes).

Population jeune

Les âges se répartissent ainsi :

- 16 bébés (de 0 à 18 mois)
- 155 enfants et jeunes
- 175 adultes
Total 346

Parmi les 175 adultes, les jeunes sont nombreux :

- 31 ont moins de 25 ans
- 29 ont 25/29 ans
- 30 ont 30/34 ans
- 25 ont 35/39 ans
- 27 ont 40/49 ans
- 33 ont 50 ans et plus

Ceci confirme bien la difficulté pour les jeunes de s’insérer dans la société.

La gauche au pouvoir dans la région et le département va-t-elle apporter un nouveau souffle ?

voir page suivante