Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > CCAS (action sociale) > CCAS - bilan action sociale 2005

CCAS - bilan action sociale 2005

Ecrit après le Conseil Municipal du 6 juillet 2006 :

Action sociale, bilan 2005

Mme Havard a présenté le bilan du CCAS   (centre communal d’action sociale) pour 2005, ce qui a donné lieu à une controverse sur les chiffres.

Contacts

« Vous vous glorifiez de 9686 contacts en 2006, mais il y en a 1569 qui concernent le Repas des Anciens » dit Danièle Catala.

44 familles aidées

Danièle Catala relève que l’Ecrivain Public ne rédige en moyenne que 14 lettres par mois et qu’il n’y a eu que 44 familles aidées en 2005 par le CCAS   pour un montant de 8176 €. « C’est dommage de n’avoir pas fait davantage puisque le CCAS   a un matelas de 209 000 euros ».

A noter que les demandes d’aides pour payer l’électricité et le gaz ont augmenté de 125 % ... pas étonnant quand on voit l’ascension des tarifs au niveau national ! (15,4 % entre le 1er juillet 2005 et le 1er avril 2006).

Premiers départs en vacances

En 2005, 16 familles ont bénéficié de cette opération (33 enfants + 24 adultes), soit moins qu’en 2004 où il y avait 18 familles (40 enfants + 28 adultes)

Personnes âgées : repas

Le repas des personnes âgées a concerné 725 personnes en 2005 ( 689 en 2004)

Les repas au foyer-restaurant sont en hausse, après une baisse les années précédentes :

	5062 repas en 2002
	4696 repas en 2003
	4516 repas en 2004
	4717 repas en 2005

Si l’on considère que le foyer-restaurant est ouvert 5 jours par semaine, cela fait, pour 2005, une moyenne de 18 convives par jour. « Pourquoi donc prévoyez-vous une extension à 200 places » a demandé Danièle Catala . « Quel est le projet social qui accompagne cet agrandissement ? ». Pas de réponse.

Le service de taxis qui amène les personnes au foyer-restaurant manifeste une hausse très sensible :
- 1453 tickets en 2004
- 1909 tickets en 2005

Un matelas : pour faire quoi ?

« Un budget qui compte un excédent reporté supérieur à 200 000 € aujourd’hui ? Qu’allons-nous en faire » demande Danièle Catala qui commente : « Chaque année, on retrouve les mêmes formules, les mêmes actions. Quelles innovations ? Comment pourrions-nous utiliser « le trésor de guerre » aujourd’hui ?

On refuse les prêts aux familles en difficulté ce qui est dommage car cela responsabilise. Justement, l’emprunt est forcément lié à un projet et donc à la responsabilité ! »

Logement :

Des programmes comme le PST (Programme Social Thématique initié par le CG44) accordent des aides aux propriétaires qui s’engagent à faire du logement social sur 10 ans. Il y avait 28 logements de ce type en 2004. « En 2005, ce type de contrat disparaît et il ne reste que 3 appartements ? Le rôle du CCAS   n’est-il pas d’encourager ces initiatives ? De relancer de nouveaux logements ? Les idées de logement d’urgence ont totale-ment été abandonnées » accuse D.Catala

Prévention délinquance

Le CLSPD est le conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance : programme phare de l’actuelle municipalité qui a joué sur le sentiment d’insécurité. Le CLSPD mène des actions de prévention sur les conduites à risques (addiction, sécurité routière, sexualité) en direction des jeunes scolarisés.

« Toutes ces actions figurent dans les programmes scolaires obligatoires ! Quelle est la plus-value apportée par le CLSPD ? Et d’après les chiffres, la violence et la délinquance ne diminuent pas. Attention car la théorie risque de se résumer à un discours moralisateur : « Faut pas, c’est pas bien... » dit D.Catala

Danièle Catala fait des
propositions d’action :

« Notre matelas pourrait être employé sur le terrain : une présence de travailleurs et animateurs sociaux dans la ville.

Des publics sont totalement oubliés : les femmes (faut-il attendre d’être battue ?), les jeunes déscolarisés. Souvent, ce sont les associations qui remplissent ce rôle, mais elles ne peuvent être partout ! ».

Evidemment, elle n’a pas été entendue.

« Lors de l’Assemblée Générale du CLSPD, j’ai proposé une action pour mieux connaître la justice, enseignée en 4e. Proposition reprise par le Procureur » dit-elle.

[NDLR : encore faudrait-il que la justice se mette à la portée des citoyens. Le 9 mai 2006, une classe de 4e du collège Nazareth a assisté à une audience du Tribunal d’instance de Châteaubriant. Cela aurait pu être l’occasion d’expliquer les affaires du jour, de rappeler la loi, d’expliquer comment se passe une audience, comment se prennent les décisions. Cela ne s’est pas fait. Occasion loupée.

Si la Justice n’est pas capable de prendre un quart d’heure pour informer les jeunes citoyens ... c’est dommage]