Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Culture, expositions, livres, loisirs, spectacles, sports > Expositions > Animations : Poiêsis

Cet article est ancien. Il ne reste en ligne que pour mémoire

Animations : Poiêsis

Ecrit le 18 juin 2008

 Marché de la poésie

Poiesis, juin 2008

Comment remplir son panier poétique ? La nouvelle association castelbriantaise « Trois petits points de suspension », dirigée par Magali Thuillier, proposait au Château des rencontres   littéraires et artistiques ou si l’on préfère, un marché de la poésie, les 31 mai et 1er juin 2008. Les belles salles et les jardins du château accueillaient les visiteurs pour Poiesis, mot qui parle moins de poésie que de création… Toutes les créations. Voilà pourquoi on pouvait croiser ces jours-là des poètes, bien sûr, mais aussi des artistes, des musiciens, des peintres, des photographes, des graveurs. Et à leurs côtés, des éditeurs et des libraires.

Au rayon des « bonnes affaires », tout un tas d’animations avec entrée libre :

Sous la yourte plantée face aux bureaux de la sous-préfecture, on pouvait se réunir pour écouter des poètes lire leurs œuvres, Antoine Emaz, Roger Lahu, Daniel Biga, … et aussi cette jeune génération de femmes qui, avec peu de mots, frappent fort et juste : Jasmine Viguier, Sophie G. Lucas, Sofia Queiros...

Jacques Josse, poète-éditeur

Au détour des parterres, on pouvait en croiser d’autres, Sophie Vinet ou Albane Gellé dont se souviennent les habitants de Saffré et ceux qui ont connu les belles journées de La Jahotière. Que ceux qui ne connaissent pas ces auteures, lisent Tu t’en vas de Magali Thuillier (L’idée bleue), dédié à une grand mère aimée qui ne sait plus « allumer la lumière, éteindre la télévision, ouvrir la porte »… ou bien le Je, cheval, d’Albane Gellé, « entre panique et jouissance » (aux éditions Jacques-Brémont).

Pendant ce temps-là, les plus paresseux se sont contentés de lézarder au soleil sur les chaises longues du Conseil Général ; les enfants ont joué dans le pré. Les solitaires ont grimpé les escaliers à la recherche des recueils de Louis Dubost : après plus de trente ans de labeur, ce grand éditeur ferme sa maison, L’idée bleue, pour le plus grand regret des lecteurs à qui il a fait découvrir tant de poètes (de James Sacré à Bernard Bretonnière, de Valérie Rouzeau à Luce Guilbaud)… et de leurs enfants : sa collection, Le Farfadet bleu, qui associe textes et images a fait rêver plus d’un « lecteur à partir de 5 ans et jusqu’à plus que centenaire » !

Les amateurs d’art se sont réjouis de gravir une fois encore cette vis d’ardoise d’une beauté exceptionnelle qui mène à la chambre de Françoise de Foix : là, point de lit doré mais un texte enregistré par Magali Thuillier, sur des photographies décalées.

Dans la chapelle, les bouchots sculptés par Jean-François Joguet, petit peuple de bois tout étonné de se trouver là , au dessus des fouilles qui ont mis à jour le roman sous le gothique.

La vis en schiste

Dans « la bibliothèque », un jeune artiste castelbriantais, Richard Tusseau, dont l’univers évoque la naissance originelle des sources autant que l’irrigation des artères, avec pour tout matériel quelques tubes de couleurs et un vieux projecteur de diapos. À ses côtés, un musicien talentueux, Vincent Couprie, qui fit près de Richard, ses classes à « Guy-Moq ». A elle seule, cette « performance » pourrait résumer la poésie…

Pour les juste un peu plus riches, il y avait les kouign amann d’Eric à la buvette… et bien sûr tous les livres : les précieux albums pour la jeunesse choisis par la librairie nantaise, Les Enfants terribles, et les productions des éditeurs présents. Mention spéciale à la revue « librement poétique » Du Nerf (parmi ses animateurs, Olivier Bardoul, connu à Châteaubriant) ; aux éditions Wigwam, imprimées en typographie traditionnelle par le poète breton Jacques Josse ; aux éditions innovantes, Inventaire-Invention, qui quittent d’ici peu Paris pour Saumur.

Un mot pour finir sur les éditions bordelaises de l’Attente : l’éditrice qui est aussi artiste anime depuis des années des ateliers de femmes immigrées, recueille et traduit avec elles ces trésors d’oralité qui constituent toute leur richesse : les comptines pour endormir les enfants, les recettes de cuisine qui comblent la maisonnée ou celles des onguents qui gardent la peau douce.

La spécificité de ce marché, elle se comprend là : les poètes et les éditeurs présents à Poeisis ont souvent un deuxième métier pour vivre. Ils écrivent ou éditent le soir et font des kilomètres le dimanche pour faire partager leurs trouvailles, convaincus qu’ils sont du pouvoir des mots.

Du maître-marronnier du jardin à la salle des gardes, refuge des libraires quand l’orage est arrivé, de la poterne aux remparts, le public s’est dit qu’il avait bien de la chance d’avoir un si beau château pour faire un tel marché. Il est venu nombreux et Magali était contente : près de 1000 personnes en deux jours.

Il reviendra l’an prochain, c’est sûr ! Poiesis, c’est pas tous les mercredis mais c’est une fois par an…

Pour ceux qu’intéresse l’association « trois petits points de suspension », passer au 22 rue Rigale ou appeler le 06 60 71 74 35.

 

Fr Nicol

 


Ecrit le 24 décembre 2008

 Trois petits points ….

La poésie « moderne » c’est comme la peinture « moderne » : elle peut être figurative, suggestive ou heurtée, déstructurée, succession rapide de mots, d’images, de phrases qui s’entrechoquent et provoquent. L’association « Trois petits points de suspension » avait invité, en son local de la Rue de Rigale, la revue « Du Nerf » le 12 décembre dernier pour une découverte-lecture des écrivains et de leurs textes, de leurs passions et de leur déraison. Rencontre des mots, rencontres   avec les mots.

02 40 28 14 31

Découvrir : la revue Du nerf http://remue.net/spip.php?article800


Ecrit le 19 mai 2010

 Poiêsis : 28-30 mai, 14-19 h à Châteaubriant

Pour rapprocher la création littéraire et artistique d’aujourd’hui des publics, l’association “3 petits points de suspension” mise sur une règle simple : un lieu, des artistes, des auteurs, des éditeurs, des libraires. Lectures publiques, dialogues, rencontres  , mises en espaces, installations, performances, partout où cela est possible, le livre et l’œuvre, ainsi que les auteurs et artistes, se frottent au public.

28 mai 2010
- 14h rencontre avec des scolaires
- 19h lecture-concert « il est une fois »
Magali Thuillier-Thierry Petel

29 mai 2010
- 12h inauguration au Jardin des Remparts
- 15h lecture de Patrick Dubost-Armand Le poète
- 16h performance images-musique avec
Kelig Hayel et Julien Francheteau
- 17h lecture de Jean-Michel Espitallier
- 19h lecture-concert « Soleil pas d’équerre »
avec la compagnie Lucarne en présence de Philippe Lomgchamp

30 mai 2010
- 14h lecture de Joël Bastard, en partenariat avec la Maison de la Poésie de Rennes
- 15h30 lecture de Louis Dubost
- 17h lecture de Valérie Rouzeau
(lectures au Jardin des Remparts)
- Et Installation de Kelig Hayel (Marché Couvert  )
- Présentation des travaux des ateliers organisés par l’association (à la Maison de l’Ange  )
- Les chuchoteurs de MAP compagnie (dans les rues)
- La librairie Les Enfants terribles et la Très petite librairie de Clisson (au Jardin des Remparts)
- Pascale Chassagny, relieure (Jardin des Remparts)

Lieux : Jardin des Remparts (Rue Basse), Maison de l’Ange   (rue de Couëré), rue du Pélican, et les rues du centre-ville.
Rens. 06 60 71 74 35