Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Pays (international) > Tirailleurs sénégalais : en Guinée

Tirailleurs sénégalais : en Guinée

Ecrit le 12 janvier 2011

 Tirailleurs sénégalais

Le Corps des TIRAILLEURS SÉNÉGALAIS (qui venaient d’une vingtaine de pays d’Afrique et pas seulement du Sénégal !) a été créé par Le Commandant FAIDHERBE en 1857, le décret fut signé par NAPOLÉON III le 21 juillet 1857 à Plombières-les-bains. En 1910, le colonel Mangin dans son livre « La force noire », s’inquiétait : La France, disait-il en substance, s’enfonce dans un déclin démographique alarmant ; la « race française » affaiblie par « la diffusion du « bien-être » et de l’ensemble des idées démocratiques » ne trouvera son salut que par la régénération des valeurs fondamentales de la famille. (1). Mais en attendant, dans la perspective d’une guerre qui se devinait, il proposait de lever une armée africaine, en démontrant la « vocation naturelle » des Noirs au métier de militaire.

Jean Jaurès, dans un discours de février 1910, s’opposait à ces conceptions. Mais il n’a pas été entendu !

Jacques Chirac, le 25 juin 2006 rappelle : « 70.000 combattants de l’ex-Empire français sont morts pour la France entre 1914 et 1918. Il y eut dans cette guerre, sous notre drapeau, des fantassins marocains, des tirailleurs sénégalais, algériens et tunisiens... ».

« La France mobilise en 1939, comme elle l’avait fait en 1914, ses troupes de l’armée d’Afrique et des autres colonies. Ainsi, dès mars 1940, (…) 68 500 soldats d’Afrique noire et 340 000 d’Afrique du Nord participent à la « drôle de guerre ». A l’été 1940,
15 000 volontaires de l’AEF se rallient à la France libre. Participant ensuite aux débarquements en Sicile et en Corse, à la campagne d’Italie, puis au débarquement de Provence, les contingents de l’Afrique noire (80 000 hommes) et de l’Afrique du Nord (…) jouent un rôle décisif. Ils vont libérer une grande partie de la France entre août 1944 et mai 1945, y laissant des milliers de morts. Au total, au moins 21 500 Africains et Malgaches, et 16 600 Maghrébins sont tués entre 1939 et 1945, tandis que 25 000 Africains et Malgaches et 18 000 Algériens sont faits prisonniers ». (cf rapport de la Cour des Comptes, en France, février 2010)

 Crispation et cristallisation

Lieutenant Moriba Doumbia
Guinée Française

Après la guerre, les anciens combattants ont eu droit à une petite pension. Mais les pays africains ont eu « le tort » de prendre leur indépendance. Alors la décolonisation les a écartés de l’Histoire : on a oublié le rôle important qu’ils ont joué dans la Libération. Et puis la France a « cristallisé » leurs pensions au taux en vigueur au jour de l’indépendance des États en question. L’écart des pensions entre les titulaires français et étrangers n’a alors cessé de croître. Aujourd’hui, l’injustice est à son comble puisque les étrangers reçoivent de 3 % à 30 % de la somme versée à leurs anciens collègues français, suivant leur nationalité. Par exemple, quand un ancien combattant français perçoit 590 €/an, l’ancien combattant guinéen ne perçoit que 60 €/an.

La loi de finances rectificative pour 2001 et le décret N° 2003-1044 du 3 novembre 2003, a mis fin à cette injustice. Les versements correspondants ont eu lieu pour la plupart des pays concernés, mais, en Guinée, les familles continuent à attendre !

La décristallisation, décidée et mise en œuvre par le gouvernement atteste de la volonté de la France de reconnaître pleinement les mérites de tous ceux qui ont combattu sous son drapeau. Mais en Guinée les Tirailleurs Sénégalais attendent toujours les pensions de retraite ou d’invalidité, la retraite de combattant, les pécules de prisonnier de guerre, ou les indemnités de combat.

 Les méprisés de la Libération

« Les Tirailleurs se sont battus avec vaillance et héroïsme, ils ont été qualifiés de « bon soldat » ce qui peut être considéré comme un éloge. Les Tirailleurs « indigènes » ont gravi tous les échelons de la hiérarchie militaire (officier supérieur, officier subalterne, lieutenant, sous lieutenant, aspirant, major, adjudant chef, adjudant, sergent chef, sergent, maréchal de logis, caporal chef, caporal, brigadier chef, brigadier) dit l’association des enfants des Tirailleurs.

Nombre de ces soldats ont eu les honneurs militaires : légion d’honneur, croix de guerre, médaille militaire, certificat de bonne conduite, médaille de résistance, médaille de valeur militaire, etc). Ces mérites ont été obtenus sur le champ de bataille, pour libérer la France et les citoyens français de l’occupation nazie. « La France doit se souvenir de son passé douloureux et réagir favorablement et sans aucune restriction aux demandes des Tirailleurs encore en vie, et de leur famille ».

Cristallisation
Dessin de Eliby
06 23 789 305

Mais, malgré les multiples demandes de l’association des enfants des Tirailleurs auprès des autorités françaises, la volonté manque pour la France de s’acquitter de son devoir vis-à-vis des compagnons d’armes d’origine guinéenne. « Nos pères et grands pères ont fait l’ultime sacrifice pour la France et celui qui se sacrifie participe à la grandeur de la cause à laquelle il s’est sacrifié », mais les familles ne voient rien venir en échange.

En Guinée, l’association a identifié une vingtaine d’anciens combattants détenteurs de tous les documents nécessaires. « La décristallisation des pensions a suscité beaucoup d’intérêt dans l’ancienne AOF (Afrique occidentale française). Mais en Guinée, c’est la désolation, dans les familles de ceux qui ont donné leur vie pour la France et les Français, et qui, maintenant, se sentent oubliés. Il n’y a pas de honte à reconsidérer les demandes, dans le sens d’une plus grande justice » dit l’association des enfants des Tirailleurs Sénégalais.

Adresse : BP  :1960 Conakry
République de Guinée,
Tél : 224-62 27 69 47
Courriel : lamarana2003@yahoo.fr

Documents intéressants :

Le rapport de la Cour des Comptes, février 2010

La « Force noire »

Hommage aux Tirailleurs Sénégalais

La décristallisation des pensions

Les Africains et la Grande Guerre (voir notamment en page 20)

 Plaidoirie

ASSOCIATION DES ENFANTS DES TIRAILLEURS SÉNÉGALAIS DE GUINÉE
agrément 96N0 5601 MATD/ CAB/ DNAP:du 12 Août 1996,siégé social république de guinée
membre de la fédération nationale des anciens combattants résident hors de France
adresse:bp  :1960 tel 224 -62276947,/62102194

 PLAIDOIRIE DES ENFANTS DES TIRAILLEURS SÉNÉGALAIS DE GUINÉE( AOF)

Considérant que le Corp des TIRAILLEURS SÉNÉGALAIS a été crée par LE COMMANDANT FEDHERBE en 1857 et dont le décret fut signe par NAPOLÉON 3,le 21juillet 1857 a plombières- les bains une commune française ,située dans le département des VOSGES et la RÉGION LORRAINE.

Considérant que des africains par cette appellation était designés aux combattants africains de l’empire coloniale francise, mobilises pour la liberation de la France lors des deux guerres 1914- 1918,1939-1945, dans ce deux c’était a un moment de l’histoire ou la France n’avait plus un seul mettre carre de son territoire de libre ;elle était réduite a ses territoire l’Afrique ,laquelle a répondu a L’APPEL DU GÉNÉRAL DE GAULE .LE 18 JUIN 1940
Nul n’ignore la participation massive, active de ces africains auprès de la métropole,sous l’appellation LES TIRAILLEURS SÉNÉGALAIS,communément appelé anciens combattants .
,Pendant les deux guerres les plus meurtrier au monde de tirailleurs sénégalais engage son tomber sur tous les théâtre de combat avec courage,Du sang verse des familles endeuillées,des invalides et quoi d’autres de retour au bercail ,tant de douleurs ,pour libère la France et son peuple courageablemegation
sans oublier les différentes guerres ( ALGÉRIEN,TUNISIEN ,MAROC,MADAGASCAR,L’INDOCHINE)
Des milliers et des milliers , d’entre eux son rester sur le CHAMP DE BATAILLE sous le drapeau français BLEU BLANC ROUGE,les cimetière militaires son la pour le témoigne,
Nous les familles des tirailleurs sénégalais de guinée,malgré l’oublie de la France .

Plaidons aux prêt des chefs D’ÉTATS France, des gouvernements, des institution républicaine,juridiques ,militaires ,para militaires ,organisations non gouvernementale ,humanitaires, de nous faire bénéficier ,des droits de nos pères grand pères , tant nombre et légitime, en s’acquittant de leurs devoir ; Dans nos familles respectives sévissent toutes les tares de notre société.
C’est l’ignorance, la maladie ,la faim en somme la pauvreté qui est cause fondamentale de tout ce qui précède
.Nous plaidons pour interpelle les autorités militaires ,politique ,administrative juridiques France ,de s’ acquitte de leurs devoir qui, les interpelle depuis plusieurs décennies.

Nous plaidons ,pour la flexibilités du code des pensions , toute la génération tirailleurs sénégalais 1914-1918,1939-1945 sont mort ,certain par mi eux non jamais bénéficier de leur droit ,jusqu’à la fin de leur vie,

Nous plaidons pour les faire jouir aux enfants et petit enfants en vue de restaure les foyers et ménages des tirailleurs sénégalais en guinée décoiffée de leurs solide toiture.

Nous plaidons pour le reste des engagements pris par le chef D’ÉTAT a la célébration du 14juillet 2010, l’année de l’Afrique , de lie l’acte a la parole ;car sans cette mobilisation la France libre n’aurait jamais existe,ils sont les héros les plus purs et méritants France doit son salut a ses invalides recrute en afrique occidentale ,dans leur tendre jeunesse. Leurs acquis héroïques mérite reconnaissance,dans l’intérêt de la France en tant que donateur de leçon de droit de l’homme et pour la vérité historique ,.

Nous plaidons,pour paiements des droits des tous ceux qui ont été engage sous la dénomination TIRAILLEURS SÉNÉGALAIS ,sans la considération , de la dure .

Nous plaidons ,pour faire bénéficier aux enfants et petits enfants membres de l’association de enfants des tirailleurs sénégalais de guinée, des droits :
– de les faire participer ,aux différentes rencontre du monde combattants en France et ailleurs
– de bourse d’étude ,de formation et , sur formation
de visa de séjour sur le territoire français
– de résident permanent et temporaire
– de la nationalité
Notre plaidoirie et loin d’être une revendication , mais ,est une façon pour la France de réintégrer pleinement cette mémoire dans l’histoire,nationale de la France et garder les relations historique avec les familles de tous ceux qui ont été recrute ,engage ,ou enrôle a un moment difficiles ,et douloureux de histoire de l’Europe en général et de la France en particulier.,nous avons fois a l’esprit de justice de la France.

PLAIDOIRIE DE L’AESTG (AOF)
bp  :1960 Conakry rep de Guinée
tel( 224)62276947
courrier électronique : lamarana2003@yahoo.fr

Ecrit le 12 janvier 2011

La pluie sur demande

La compagnie helvétique Metro Systems International, aurait mené avec succès une série d’expérimentations dans le désert des Emirats Arabes Unis consistant à créer artificiellement de la pluie en plein désert. Des ioniseurs géants, en forme de palmiers, montés sur des mats d’acier ont pu produire dans le ciel des champs de particules négatives dès que le seuil de 30% d’humidité contenu dans l’air était atteint, provoquant plus d’une cinquantaine d’épisodes pluvieux. Et le coût serait moindre que celui du dé-salement de l’eau de mer..


NOTES:

(1) on croirait entendre Sarkozy expliquant la réforme des retraites ! C’était pourtant il y a 100 ans.