Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Divers > Informatique > Facebook : 30 millions de malgré eux

Facebook : 30 millions de malgré eux

Écrit le 24 février 2016

Vous n’avez pas de page ’’facebook’’, moi non plus. Mais savez-vous que Facebook vous surveille quand même ? Il suffit que vous alliez sur une page où il y a un logo ’’Facebook’’.

Dans une décision du 4 février 2016, la CNIL (Commission Nationale Informatique et Libertés) a décidé de rendre publique la mise en garde adressée à ce réseau ’’social’’.

1) La CNIL a constaté que le site ’’Facebook’’ est en mesure de suivre la navigation des internautes, à leur insu, sur des sites tiers alors même qu’ils ne disposent pas de compte ’’Facebook’’. En effet, le site dépose un cookie (un petit programme) sur le terminal de chaque internaute qui visite une page ’’Facebook’’ publique. Ce cookie permet alors à ’Facebook’’ d’identifier tous les sites internet sur lesquels cet internaute se rend dès lors qu’ils contiennent un bouton ’’Facebook’’ (« J’aime » ou « Se connecter » par exemple).

2) Le réseau ’’social’’ ne recueille pas le consentement exprès des internautes lors de la collecte et du traitement des données relatives à leurs opinions politiques, ou religieuses, et à leur orientation sexuelle. De même, aucune information n’est délivrée aux internautes sur leurs droits et sur l’utilisation qui sera faite de leurs données sur le formulaire d’inscription au service.

3) ’’Facebook’’ dépose sur l’ordinateur des internautes des cookies à finalité publicitaire, sans les en avoir au préalable correctement informés ni avoir recueilli leur consentement.

4) Pour afficher de la publicité ciblée à ses membres, le site ’’Facebook’’ procède à la combinaison de toutes les données personnelles qu’il détient sur eux (fournies par les internautes eux-mêmes, collectées par le site, par les autres sociétés du groupe ou transmises par des partenaires commerciaux).
Et il ne propose pas aux internautes de mécanisme leur permettant de s’opposer à la combinaison de l’ensemble de ces données à des fins publicitaires, ce qui méconnaît leurs droits et intérêts fondamentaux et porte atteinte au respect de leur vie privée.

5) ’’Facebook’’ transfère les données personnelles de ses membres aux États-Unis sur la base du Safe Harbor, ce qui n’est plus possible depuis la décision de la Cour de Justice de l’Union Européenne du 6 octobre 2015.
La CNIL a décidé de rendre publique cette mise en demeure notamment en raison de la gravité des manquements constatés et du nombre de personnes concernées par le service ’’Facebook’’ (plus de 30 millions d’utilisateurs en France).

La Cnil a donné un délai de trois mois à l’entreprise pour changer de politique, sous peine d’une amende de 150.000 à 1,5 million d’euros en cas de poursuite pénale. Les Belges se sont déjà insurgés contre cette pratique et ont eu gain de cause.

Toutefois cela n’empêchera pas l’entreprise ’’Facebook’’ de poursuivre sa collecte de données. Elle vous demandera simplement votre autorisation, et si vous souhaitez continuer à profiter de ses services, vous aurez bien souvent l’obligation d’accepter. Les seules solutions actuelles restent radicales  : soit la suppression de votre compte, ferme et définitive, soit une limitation de vos actions au strict minimum sur le réseau social et ses autres sociétés.

 Est-ce possible ?

« Mais comment est-ce possible ? Personne d’autre que moi ne touche à mon ordinateur ». Sauf que, de l’extérieur, il peut se passer ’’des choses’’.

Mettre un cookie sur votre ordinateur ? Fastoche, vous n’avez rien à faire pour cela ! Tous les sites internet envoient des cookies sur votre ordinateur (oui, même le site de La Mée, pour établir des statistiques de visite). Certains sites expliquent ce qu’ils en font. Par exemple le site de la banque BPBA explique qu’il envoie des cookies indispensables à l’utilisation du site, des cookies mesurant l’audience, des cookies de marketing publicitaire et des cookies ’’sociaux’’ (lire ici)

Heureusement, certains navigateurs permettent de sélectionner les seuls cookies qu’on veut garder ! (Voir ici)

Mais de toutes façons, il y a des tas de choses sur un site internet, que l’auteur du site ne maîtrise pas forcément. Il y a quelques années, une école a signalé à notre journal, La Mée, qu’il y avait des images porno sur le site. Surprise ! C’est parce que La Mée envoie ses documents sur un hébergeur à distance pour qu’ils paraissent sur le site (c’est le cas pour tous les sites internet). Or l’hébergeur était indélicat : il avait mis un petit fichier qui renvoyait vers des sites porno, sans nous en avertir évidemment, et avec une astuce pour que, nous, on n’y voie rien ! Nous avons changé d’hébergeur !

 Prenez une heure

Votre ordinateur est reconnu dès que vous vous connectez à internet. Il indique au site que vous visitez :
– votre adresse IP,
– votre nom d’hôte qui lui-même révèle le nom de votre fournisseur d’accès (Orange, Free, ou autres)
– votre système d’exploitation (Windows, Mac, Linux)
– la page qui vous a conduit jusqu’à lui.

Quand vous cherchez quelque chose sur internet, avant même d’avoir terminé de formuler une requête, des informations sont transmises sur des serveurs web qui, en retour, essaient d’anticiper vos actions.

Prenez une heure pour adopter de meilleurs réflexes pour votre vie privée numérique. Par exemple :
– Concevoir des mots de passe différents et sécurisés.
– Choisir des pseudos différents selon les services.
Voir ici

 Schtroumpf

Mais il n’y a pas que les ordinateurs ! Les tablettes, smartphones et autres téléphones portables sont sous surveillance aussi. Les agences d’espionnage du monde disposent d’outils leur permettant de prendre en charge les smartphones, de les allumer, de déclencher l’appareil photo ou le microphone, juste en envoyant un message texte. Et, le mieux ou le pire comme vous voulez, en faisant en sorte que vous ne vous en rendiez pas compte et donc que vous ne sachiez pas que votre smartphone chéri est sous contrôle ! Sympa, n’est-ce pas ?

« Mais de toutes façons, je n’ai rien à cacher, moi… ». Grâce à un outil spécialisé, un internaute a relevé toutes les métadonnées le concernant, sur une semaine. Le résultat peut être consulté ici :

On sait tout de lui : son boulot, ses habitudes de vie, le nom de sa copine et de ses amis, ses centres d’intérêt, les vidéos qu’il regarde, ses sympathies politiques et même les messages qu’il croyait secrets. On peut savoir ainsi tout de ses amis et relations, et des relations de ses relations.

 Le pire est à venir

Les progrès réalisés ces cinq dernières années dans l’intelligence artificielle vont permettre de construire des robots, capables d’exécuter quasiment toutes les tâches humaines, menaçant des dizaines de millions d’emplois au cours de 30 prochaines années ...


Ecrit le 8 mars 2017

 Trop de trolls

Le site internet de NRK, la radio-télévision publique norvégienne, tente depuis un mois une expérience pour améliorer l’échange d’informations et la politesse, et limiter les insultes : sur certains articles de sa rubrique de technologie, NRK Beta, les commentaires ne sont autorisés que pour les personnes ayant répondu à un questionnaire prouvant qu’elles ont lu l’article. Comme le test « Captcha » est censé prouver que vous n’êtes pas un robot, l’outil de NRK Beta est censé prouver que vous n’êtes (potentiellement) pas un troll (un « troll » est un personnage malfaisant postant des messages tendancieux sur les forums internet afin d’alimenter les polémiques). Concrètement, sont posées trois questions à réponses multiples sur le sujet traité dans l’article. Ceux qui peuvent y répondre ont le droit de réagir. Grâce à cette étape de tri, les lecteurs qui commentent sont forcément les plus motivés. Et les plus calmes aussi.


Ecrit le 15 mars 2017

 Réseaux… sociaux ?

Facebook, Twitter, Instagram, LinkedIn… La liste des réseaux sociaux ne cesse de s’allonger depuis quelques années. L’occasion de renouer avec de vieilles connaissances ou des amis perdus de vue. Mais gare à ne pas s’y perdre. D’après une étude parue dans l’American Journal of Preventive Medicine, un usage excessif de ces plateformes favorise le sentiment d’isolement. Difficile de savoir ce qui, de la solitude ou des réseaux sociaux, précède l’autre. Mais les faits sont là : y consacrer plus de deux heures par jour double le risque de se sentir seul. Mieux vaudrait sortir, rencontrer des amis, participer à une association ...


Ecrit le 29 mars 2017

 Le gif qui tue

Un singe qui se balance, des papillons qui volètent : tous ceux qui reçoivent des messages par internet ont vu un jour passer ces petites images animées et rigolotes qu’on appelle des « gifs ». Mais savez-vous qu’un gif peut tuer ?

Selon LeMonde du 21 mars 2017, le journaliste Kurt Eichenwald n’a jamais caché, pendant la campagne présidentielle américaine, son antipathie pour Donald Trump. Il n’a jamais caché non plus le fait de souffrir d’épilepsie. Or, le 15 décembre 2016, il a reçu une image stroboscopique avec la phrase : « Tu mérites une crise d’épilepsie à cause de tes messages ». Son épouse a rapporté l’avoir retrouvé « incohérent » après avoir fait « une crise épileptique partielle ». Le FBI a fait des recherches, difficiles, car l’expéditeur avait écrit depuis une carte SIM prépayée avec un téléphone jetable de type Tracfone. L’appareil avait été acheté en espèces. L’adresse e-mail était bidon. Mais au bout de trois mois, après une série de recoupements, le FBI a pu remonter jusqu’à l’expéditeur qui, sympa, était allé jusqu’à inscrire, sur Wikipédia, la date de la mort du journaliste ! Heureusement celui-ci n’était pas mort. Mais l’histoire ne s’arrête pas là : « plus de 40 personnes m’ont envoyé des images stroboscopiques, sachant qu’elles pouvaient déclencher des crises d’épilepsie » a dit le journaliste.


NOTES:

Un forum pour les seniors
Les zombies