Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Personnes âgées, ORPAC > CCAS - Foyer-restaurant pour personnes âgées

CCAS - Foyer-restaurant pour personnes âgées

Ecrit le 26 octobre 2005 :

 Foyer-restaurant des personnes âgées

foyer_restaurant
En 1977 le maire signalait 2260 repas en trois mois soit 174 repas par semaine. En 2004 on comptait 4516 repas en un an soit 87 repas par semaine : deux fois moins

 Du gueuleton comme action sociale

Châteaubriant : le foyer-restaurant pour personnes âgées est occupé chaque midi par une vingtaine de convives et retenu, de temps en temps, par des associations qui souhaitent faire un repas : Anciens Combattants, Comités de Jumelage, et autres. Une salle de 75 places, des cuisines, en bordure de l’esplanade du château. Idéal.

Le bâtiment appartient théoriquement au CCAS   (Centre Communal d’Action Sociale). Celui-ci, entre autres actions « sociales » a l’intention d’agrandir les locaux, pour 250 000 euros, pour les « mettre à disposition de particuliers ou d’associations en dehors des jours habituels »" Nombre de places : 120.

C’est du moins ce qui figurait dans l’ordre du jour du Conseil d’Administration du CCAS  , le 18 octobre 2005. Et puis voilà que, le soir de la réunion, le projet est passé à .... 200 places .... pour 360 000 euros !, à la grande stupéfaction de la Conseillère Municipale Danièle Catala qui n’a pas manqué de faire part de sa surprise .

« Quel est votre projet social ? » a-t-elle demandé, faisant observer que lors des (rares) réunions, elle n’entend parler que de chiffres et pas d’une politique en faveur des familles, des jeunes, ou des plus défavorisés.

Elle a ajouté que l’on utilise l’argent de la solidarité pour, encore une fois, servir des intérêts particuliers et que la municipalité s’offre une salle sur le dos des plus démunis ! (Cela dit, cela permettra de poursuivre les baisses d’impôts locaux pour les gens à l’aise...)

Quel financement pour cette salle ? Le CCAS   fera un emprunt et bénéficiera d’une subvention de la municipalité.

Danièle Catala remarque que Châteaubriant dispose de salles publiques à la Halle de Béré  , au Centre Municipal des Sports, dans diverses salles annexes aux équipements sportifs et dans la nouvelle salle construite pour 210 000 euros dans le quartier de Renac  . Il existe aussi un certain nombre de propriétaires privés qui mettent des salles à disposition.

C’est une pratique bien courante désormais à Châteaubriant : faire payer les autres !

    • C’est ainsi que l’école de musique de Châteaubriant sera payée par les 19 communes du Pays de Châteaubriant  
    • et que l’extension du foyer-restaurant, si elle se fait, sera financée par les plus démunis.

Petit problème de mathématiques : combien de logements d’urgence, d’aides à la mobilité pour aller suivre une formation, de cautions pour accéder à un logement, etc... peut-on envisager pour le même tarif ?

Question bête.

BP  

l’avis de la minorité

Note du 3 novembre 2006 : Tenez, le restaurant de 200 places, obtenu en élargissant le Restaurant des Anciens ... eh bien il est paru dans les « annonces légales » de l’Eclaireur du 28 octobre. Pour 360 000 euros, oui, oui, c’est écrit. Hors taxes, même !

et il est même question d’un terrain de rugby voir par ailleurs.


Ecrit le 17 janvier 2007 :

L’agrandissement du Foyer-restaurant des personnes âgées, à Châteaubriant est commencé. La capacité actuelle, qui est de 65 personnes, sera portée à 195 par la construction d’une extension, construction réalisée par le Conseil Communal d’action Sociale (CCAS  ).

Le plan prévoit un bâtiment en prolongement du bâtiment existant, donc vers le nord, vers le kiosque à musique. L’architecte des bâtiments de France a donné un avis défavorable mais apparemment le maire a décidé de passer outre.

Foyer-restaurant-2

Il y aura :
- Une salle à manger avec accès extérieur indépendant et un accès à la salle de restaurant existante
- Deux vestiaires hommes-femmes
- Deux blocs sanitaires hommes-femmes
- Un accueil pour les personnes à mobilité réduite
- Un office avec accès à l’extérieur
- Une salle de télévision.

Le projet prévoit aussi une reconfiguration des WC publics existants qui se trouvent à l’arrière du bâtiment, avec bloc sanitaire automatisé, siège à l’anglaise pour les personnes à mobilité réduite, lave-main, deux urinoirs (dont un pour les enfants), une ventilation et un verrouillage nocturne.

Ces WC sont loin de la place du Général de Gaulle. Maintenant que l’inspection académique n’est plus dans les locaux de l’école des Terrasses, on pourrait bien reprendre le projet d’aménager des Toilettes juste à côté du
transfo EDF .


Ecrit le 13 juin 2007 :

 Le foyer restaurant : inauguration de la nouvelle salle

Le foyer-restaurant de l’esplanade des Terrasses a été construit en 1976. Il sert quotidiennement « plusieurs dizaines de repas » dit le communiqué.

(ndlr : combien ? D’après les derniers chiffres connus, il y a eu 4717 repas en 2005. Sachant que le foyer est ouvert 5 jours par semaine sur 52 semaines cela fait une moyenne de 18 convives par jour).

Le foyer-restaurant avait une capacité de 75 places, il pouvait donc accueillir des personnes âgées pendant de nombreuses années encore ! Mais la municipalité voulait une belle salle de réception, ouvrant sur la promenade du château et qui ne lui coûte pas trop cher. Elle a donc eu l’idée de prolonger le foyer existant en construisant une salle de 130 places. Combien cela a coûté ? Le communiqué ne le dit pas mais, en octobre 2005, il était prévu 360 000 €. Et puis, le 21 novembre 2006, après le choix des entreprises, le total s’élevait à 396 312 € HT  .

Premier repas dans la nouvelle s
La nouvelle porte (en bl

Pour la petite histoire, le permis de construire a été refusé le 20 novembre 2006 mais la construction a quand même commencé le 10 janvier 2007.... Il a cependant fallu déposer un permis de construire modificatif, c’est comme ça qu’il a été imposé la conservation du mur de devant et l’habillage de la façade par un bardage bois, ce qui masque un peu le bâtiment. Dommage que la porte d’entrée, rectangulaire, ne soit pas assortie à l’arrondi des ouvertures du foyer existant.

C’est le CCAS   (centre communal d’action sociale) qui a financé la construction ... comme cela ça n’augmente pas l’endettement de la ville. Lors de l’inauguration on a appris que cela s’est fait « avec le soutien financier de la ville » mais à quelle hauteur ? Ca on ne le sait pas non plus !

Façade de la nouvelle s

D’la frime !

En tout cas c’est le CCAS   qui a construit (et qui décide du règlement intérieur) mais c’est la municipalité qui gérera le planning de location de la salle. Comprenne qui pourra.

La salle intérieure est bien belle, haute de plafond, avec fermes visibles. Les personnes âgées y ont déjeuné le jour de l’inauguration, mais c‘était de la frime ! Les tables ont été enlevées et les personnes âgées ont appris que, désormais, elles continueraient à déjeuner dans l’ancienne salle !


L’accueil du

Ecrit le 13 juin 2007

 Le CCAS   : nouveaux locaux

Le CCAS   (centre communal d’action sociale) s’est installé en 1984 rue du Château à Châteaubriant. Mauvaise idée ! Car le bâtiment, ancien, était plein de coins et de recoins, avec un escalier intérieur difficile. En 1986 la municipalité aurait pu acheter le bâtiment qui sert maintenant à l’Amicale Laïque, mais n’a pas voulu y mettre le prix. De plus, comme il n’y avait pas de Plan d’Occupation des Sols, elle n’avait pas de droit de préemption !

Place Charles de Gaulle, dans un ancien garage Simca, utilisé par la suite par le magasin Intermarché, l’ASSEDIC avait aménagé ses locaux en mars 1999.

Mais lorsqu’ont été créées les Maisons de l’Emploi il a été dit que l’ASSEDIC devrait s’y installer, libérant ainsi les locaux du n°9 Esplanade des Terrasses. La municipalité a eu la bonne idée de les acheter pour 616 076 € . L’ensemble comprend 386 m2 de bureaux en rez-de-chaussée, 80 m2 à l’étage, un sous-sol de 25 m2 et 7 places de parking.

L’inauguration a eu lieu le 5 juin 2007.
Une partie du CCAS   (une dizaine de personnes) y logera dans des bureaux modernes. Un regret cependant : les bureaux permanents sont dépourvus de fenêtres !

Le bâtiment peut accueillir des permanences diverses : CRAM, PROBTP, CICAS, ARRCO qui occupaient, jusqu’alors, des locaux à la Trinité (rue Denieul et Gastineau). Leurs bureaux, occupés occasionnellement, ont, eux, des fenêtres.