Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Grappillages et Mée-disances > Mée-disances du 21 décembre 2016

Mée-disances du 21 décembre 2016

Ecrit le 21 décembre 2016

 Sans voile

 
Marianne du 16/12 : Cheveux blonds dans le vent, pantalon noir, chemisier bleu cyan… La ministre allemande de la défense, Ursula von der Leyen, première femme dans l’histoire à occuper la prestigieuse fonction outre-Rhin, n’a pas dérogé à ses convictions féministes lors d’une récente visite officielle en Arabie Saoudite. Alors que l’abaya, le voile quasi-intégral, est obligatoire pour les femmes du royaume, où est pratiqué la charia, elle ne s’est pas pliée aux coutumes locales. […]
 
Accueillie par une demi douzaine d’officiels, dans le cadre d’une rencontre avec son homologue saoudien, Mohammad ben Salman Al-Saoud, vice-prince héritier, la ministre enchaîne les poignées de mains avec de hauts dignitaires (des hommes) devant les caméras, geste proscrit pour les femmes dans le pays. Puis la responsable allemande se promène, tout sourire, en tailleur noir, tête dévêtue. Les réactions offusquées de Saoudiens, sur les réseaux sociaux, n’ont pas manqué.
 
« Bien sûr que je respecte les coutumes d’un pays, a-t-elle expliqué au quotidien allemand Bild, mais il y a des limites dans la manière dont je m’adapte au pays. » […] Dans ce pays où le voile est la règle, les femmes étrangères, a fortiori les femmes responsables politiques, n’ont pas l’obligation de suivre la coutume. Elles le font cependant souvent pour ne pas froisser leurs interlocuteurs. La chancelière allemande Angela Merkel ou Michelle Obama, ont elles-aussi voulu envoyer un message de liberté en refusant le voile lors de leurs séjours. En janvier 2015, les dignitaires saoudiens avaient refusé de serrer la main de la Première dame américaine, tête nue, lors sa venue pour la mort du roi Abdallah. Les réactions de Saoudiens sur les réseaux sociaux avaient été très vives à l’encontre de Michelle Obama.
 
[...] En visite en Iran, en septembre dernier, Ségolène Royal, avait porté un foulard sur les cheveux...

 Grandes fortunes

 
Huffingtonpost.fr du16/12 : Difficile de savoir ce que vaut l’équipe déjà assemblée par Donald Trump. Sauf sur le plan patrimonial. D’après les calculs du site américain Quartz, le cabinet du nouveau président des États-Unis a tout d’une equipe-de-rêve des grandes fortunes. Les 17 membres du cabinet Trump (encore incomplet) déjà nommés cumulent une fortune évaluée à 9,5 milliards de dollars, sans même compter les 3,7 milliards de dollars de Donald Trump. Rien que la fortune du financier Willbur Ross, secrétaire au Commerce, est estimée entre 2,5 et 2,9 milliards. Ce n’est pourtant que la seconde plus grosse fortune du gouvernement. Betsy DeVos, à l’Éducation, est l’épouse de Richard DeVos, 88e fortune américaine avec 5,4 milliards de dollars.
 

Cette accumulation de richesse au sommet de la pyramide du pouvoir est inédite. La fortune cumulée de ces 17 personnes équivaut à celle du tiers le plus pauvre des Américains, soit 126 millions de personnes. Même rapporté au patrimoine médian de la population, le ratio est spectaculaire. Il faudrait environ 120.000 ménages américains, à raison de 83.000 dollars chacun, pour égaler les quatre plus riches du cabinet Trump.

 Privée d’allocations

 
RT France du 13/12 : Les autorités irakiennes ont décrété que Salma Abdoul-kader, 119 ans, était trop âgée pour vivre et ont annulé toutes les allocations et aides sociales dont elle bénéficie. La femme la plus âgée du monde vient d’apprendre qu’elle a passé l’âge des allocations sociales. Née en 1897, cette habitante de la ville Souleimaniye, au nord-est de l’Irak, a connu trois siècles différents. Malgré les ennuis administratifs, Salma ne perd pas la forme. Cette mère de huit enfants et grand-mère de plus de 200 petits-enfants, explique qu’elle doit sa longévité à un régime spécial, composé de figues, de noix et de yaourts.

 Radié de l’Ordre

 
20 Minutes du 16/12 : Le Pr Philippe Even, auteur de nombreux ouvrages controversés dont le Guide des 4.000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux écrit avec le Pr Bernard Debré, a été radié de l’Ordre des médecins.

Cette décision a été prise après la publication d’un ouvrage intitulé Corruption et crédulité en médecine publié en 2015. L’Ordre reproche au Pr Even d’avoir tenu « des propos méprisants et diffama-toires » face à des confrères qu’il avait notamment traités de « putains académiques » et comparés à une « mafia ».
 
Le Pr Even « a manqué à ses obligations de moralité et à son devoir de confraternité et a gravement déconsidéré la profession médicale » ajoute la chambre qui a décidé de le radier de l’Ordre. [...]
 
Le Pr Even, 84 ans, ancien doyen de la faculté de médecine de Necker, a indiqué qu’il n’avait pas l’intention de faire appel et qu’il considérait même qu’il s’agissait d’une « décoration ». « Je n’exerce plus depuis 16 ans », précise-t-il, « et j’ai obtenu ma désinscription du tableau de l’Ordre le 27 septembre 2015 », quelques jours après la publication de Corruption et crédulité en médecine, l’ouvrage dans lequel il dénonce la collusion entre les laboratoires et certains médecins. « J’avance dans ce que je crois être ma vérité, je me fiche éperdument de l’avis du Conseil de l’Ordre », ajoute-t-il.

 Noms maghrébins

 
LeMonde.fr du 14/12 : Pour trouver un emploi, il vaut mieux avoir un nom à consonance française. C’est ce que montre l’enquête commandée par le ministère du travail. Cette grande campagne de tests par l’envoi de candidatures fictives, a révélé qu’un nom à consonance maghrébine pouvait être un sérieux frein à l’embauche. Ainsi, selon l’étude, le taux global de réponses positives reçues par une candidature « maghrébine » est de 9 %, contre 20 % pour les candidatures « hexagonales ». Soit onze points d’écart.

Pour arriver à ce résultat, la Dares et l’association ISM Corum ont envoyé 3 000 candidatures à quarante entreprises employant plus de 1 000 salariés chacune.

A chacune d’entre elles, et à différentes reprises, deux CV étaient envoyés à quelques heures de décalage pour ne pas éveiller les soupçons. Quasi identiques (degré d’expérience, diplômes, lieux de résidence socialement neutres), ces deux candidatures différaient donc uniquement par le nom de la personne qui postulait.

Et les résultats sont édifiants. Car, si les chances d’obtenir une réponse sont de 11 points inférieures pour un candidat dont le nom a une consonance maghrébine, elles sont encore plus basses lorsqu’on se concentre sur les douze entreprises les moins vertueuses : dans ces sociétés le taux de réponse positive reçu par les candidats « maghrébins » était de 15 à 35 points inférieur à celui de leurs homologues porteurs d’un nom considéré comme bien français.
 
« Les discriminations à l’embauche sont prohibées par la loi, a rappelé Myriam El Khomri, ministre du travail. Elles constituent une faute morale inacceptable et une absurdité économique. […]. »
 
Le ministère se refuse pour l’instant à dénoncer les entreprises les moins vertueuses. Les poursuites pénales sont inenvisageables. La raison : cette campagne de « testing » repose entièrement sur des profils fictifs, il n’y a donc aucun préjudice réel pour qui que ce soit. […]
 
Le ministère a choisi la voie de la conciliation. « Toutes les entreprises testées ont été reçues. Les bonnes comme les mauvaises, justifie-t-on au ministère du travail. De ces dernières on attend un plan d’action clair permettant de pallier leurs défaillances. » Ce programme doit être présenté d’ici janvier au ministère du travail. Puis ses résultats seront étudiés. Les contrevenants ou ceux dont les résultats ne seraient pas à la hauteur s’exposent au risque, d’être dénoncés et exposés sur la place publique. par le ministère. Maigre consolation pour les personnes d’origine étrangère qui auraient souhaité, sans succès, y travailler.