Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Grappillages et Mée-disances > Mée-disances du 01 février 2017

Mée-disances du 01 février 2017

Ecrit le 01 février 2017

 Feuilles de paie

D’après « les feuilles de paie » de Pénélope Fillon, celle-ci a été rémunérée de 1998 à 2002 par son mari, député de la Sarthe, sur l’enveloppe réservée à cet effet pour les députés et les sénateurs. Cette enveloppe, qui vient en sus de l’indemnité du député, sert à rémunérer les assistants parlementaires basés à l’Assemblée ou dans les permanences des circonscriptions. « Calculé pour trois collaborateurs », selon le site de l’Assemblée, son montant est de 9.561 euros par mois actuellement. Le fait d’embaucher des proches comme collaborateurs n’est pas interdit pour les parlementaires, à condition que ce ne soit pas un emploi fictif. 

 Noyade à Venise

Le Monde.fr du 28/01 : un réfugié gambien qui s’est noyé le 21 janvier. Quelques centaines de personnes se sont rassemblées vendredi 27 janvier devant le Grand Canal pour lui rendre hommage. […] Ce réfugié gambien de 22 ans, arrivé en ville par le train, s’est assis sur les marches de la gare quelques minutes, puis il est venu se glisser dans l’eau glaciale, laissant sur le bord un sac plastique contenant ses maigres effets personnels. Il a succombé en quelques minutes, devant des centaines de témoins.

Une vidéo de la scène a fait le tour du monde. Sur ces images insoutenables, on entend distinctement, en italien, des « idiot ! », « rentre chez toi ! » ou même « laissez-le mourir ! ». On distingue des bouées jetées d’un vaporetto. Le jeune homme ne s’en saisit pas.

« Pourquoi a-t-il fait ça ? C’est un mystère » assure Alain, un pharmacien de la ville, venu en Italie depuis le Cameroun pour étudier, il y a vingt ans. « Les journaux disent que sa demande de titre de séjour avait été rejetée. Mais quand on a traversé le désert et la mer en risquant sa vie, est-ce qu’on se tue pour un bout de papier ? »

La mairie de Venise est restée silencieuse plusieurs jours avant d’annoncer qu’elle prendrait les obsèques à sa charge. Et l’adjoint à la cohésion sociale, Simone Venturini, a pris la parole pour dénoncer les accusations de racisme. […]

Une semaine plus tôt, en conseil communal, questionné sur la régulation du tourisme  , le maire, Luigi Brugnaro, avait évoqué le risque que les visiteurs soient « remplacés par des Nigérians », avant de disserter sur les dommages causés à la lagune par les flamants roses.

 Refus de soigner des précaires

lefigaro.fr du 28/01 : Le Défenseur des Droits Jacques Toubon a été saisi le 10 janvier par une quarantaine d’associations qui ont relevé plusieurs cas de médecins refusant ouvertement de soigner les personnes qui bénéficient de la couverture maladie universelle (CMU) ou de l’aide médicale de l’État (AME).

Médecins du Monde, la Fédération des acteurs de la solidarité (Fnars) et le Collectif interassociatif sur la santé (CISS) ont découvert qu’au moins douze cabinets de médecins ou dentistes faisaient figurer « Pas de CMU » ou « Pas de CME », sur leur page Doctolib.fr ou Monrdv.com, sites de prise de rendez-vous médicaux. Une pratique illégale et susceptible de caractériser une discrimination en raison du statut, de l’état de santé ou éventuellement de la vulnérabilité économique des patients concernés, a précisé le Défenseur des droits.
L’autorité indépendante a ouvert plusieurs enquêtes, et a demandé aux médecins concernés de fournir des explications. Le Défenseur des droits rappelle avoir publié, à la demande du premier ministre, il y a deux ans un rapport « Les refus de soins opposés aux bénéficiaires de la CMU-C, de l’ACS et de l’AME » montrant que le droit à la santé n’est pas encore acquis pour les personnes en situation de précarité. […]

Le Conseil national de l’Ordre des médecins suit le dossier avec attention. « Ces pratiques ne sont pas tolérables. Si elles sont avérées, des poursuites disciplinaires seront engagées ». Pour rappel, en vertu de l’article L.1110-3 du code de la santé publique, les patients bénéficiaires de la CMU (1,3 million de personnes, et 5,5 millions inscrits à la CMU complémentaire) ou de la CME (chiffres non publiés) sont en droit de contester auprès des autorités tout « refus de soin ».

 Lactalis rompt le contrat de 5 producteurs de lait

L’humanité.fr du 27/01 : Cinq producteurs de lait ayant témoigné leur mécontentement vis-à-vis de Lactalis dans un reportage d’Envoyé Spécial diffusé le 13 octobre sur France 2 voient leur contrat rompu par le géant laitier. L’été dernier, la crise provoquée par Lactalis avait fait couler beaucoup d’encre. Le torchon brûle à nouveau, cet hiver.
"S’il vous appartient d’être en désaccord avec notre politique d’approvisionnement
lait, celle-ci reste cependant de notre ressort et ne peut en toute hypothèse faire l’objet d’un tel dénigrement. Au regard du contexte général ayant entouré vos déclarations, nous avons pris la décision de mettre un terme à nos relations", peut-on lire sur un courrier envoyé par Lactalis à l’un des éleveurs. […]

Le porte-parole de Lactalis, Michel Nalet, a confirmé à l’AFP l’envoi du courrier et expliqué qu’« il n’est pas possible de poursuivre une relation avec des producteurs qui dénigrent leur employeur ». Sur les contrats liant Lactalis aux producteurs de lait, il est spécifié que ces derniers ont l’obligation de respecter l’image du groupe, auquel cas ils peuvent craindre une rupture de leur contrat, a-t-il rappelé.

Ce même reportage avait fait l’objet d’une plainte de la part de M. Besnier qui avait dénoncé des « attaques injustifiées », « la diffusion d’une émission uniquement à charge » et une atteinte à sa vie privée en montrant des images de sa résidence, le château du Vallon à Entrammes (53).
La cour d’appel d’Angers a jugé que « la diffusion à une heure de grande écoute de l’extrait litigieux (...) puis son maintien en ligne sur le canal de rediffusion Pluzz » était « susceptible de porter atteinte » à la vie privée de M. Besnier.

 1000 fermes !

Biolait, 1er Groupement de producteurs en lait biologique, dénombre désormais 1000 fermes adhérentes.

A sa création, en 1994, six producteurs se rassemblent autour du slogan « La Bio partout et pour tous ». Quelque 20 ans plus tard, ce sont 1000 fermes, dans 70 départements, pour lesquelles la pratique de l’Agriculture Biologique est possible, et une centaine de clients qui bénéficient d’une offre de lait biologique partout en France.

A contre-courant du mouvement actuel, les adhérentes et adhérents de Biolait se sont organisés pour faire reconnaître le rôle des producteurs dans la filière. Des élevages laitiers sont pérennisés, d’autres sont créés, avec la garantie d’une collecte et d’un prix équitable.

Film Biolait