Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Grappillages et Mée-disances > Mée-disances du 22 février 2017

Mée-disances du 22 février 2017

Ecrit le 22 février 2017

 Messe dominicale

leMonde.fr du 14/02 : le 12 février, lors de son déplacement à La Réunion, François Fillon s’est rendu à l’église Notre-Dame-de-la-Paix. Un moment de dévotion assumé. Cette messe dominicale était inscrite à son agenda politique. Les journalistes l’ont accueilli avec des questions situées à la frontière entre religion, politique et affaires. « Certains disent que vous avez beaucoup de choses à vous faire pardonner ? » ou encore « Qu’allez-vous confesser ? » Le candidat n’a pas répondu. Tout le week-end, il a ignoré les questions qui ne lui convenaient pas.
Dans l’église, le député de Paris a écouté la lecture des Evangiles. Notamment le chapitre V, verset 25, de l’Evangile de saint Matthieu. « Accorde-toi vite avec ton adversaire tant que tu es en chemin avec lui pour éviter que ton adversaire ne te livre aux juges, le juge aux gardes et qu’on ne te jette en prison », a lu le prêtre, avant de poursuivre :« Amen, je te le dis, tu ne t’en sortiras pas avant d’avoir payé jusqu’au dernier sou. » Dans son homélie, le curé n’a pas été beaucoup plus charitable : « Si nous pensons être quittes de tout ce que nous avons fait au motif que personne ne nous a vus, nous nous trompons. » A la sortie, M. Fillon a refusé de commenter la teneur de ce sermon. […]
Au cours d’un pique-nique au milieu de ses sympathisants, Fillon a dansé le séga, une danse locale, sur la chanson Ti fleur fanée. Sans savoir si après l’hiver, il y aurait un printemps pour sa candidature.

 Sujet sensible

LeMonde.fr du 17/02 : Depuis l’arrivée de Valérie Pécresse à la tête de la région Île-de-France, les tensions sont particulièrement vives autour des questions concernant l’éducation sexuelle. Le Centre régional d’information et de prévention du sida vient d’en être le théâtre. Le 2 février, quatre salariés se réunissent pour faire le point sur le stock de brochures utilisées comme outils de prévention. Parmi elles, une bande dessinée parue en 2014 – La Sexualité et nous – censée répondre de manière décomplexée aux questions des adolescents.
Puberté, premiers émois, première fois, contraception, masturbation, infections sexuellement transmissibles… Chaque planche est illustrée avec des dessins qui rappellent ceux du Guide du zizi sexuel, de Zep.
A l’issue de cette réunion de service l’une des participantes contacte Rue89 pour l’alerter de la disparition programmée de la bande dessinée. Motif ? L’ouvrage déplairait à certains élus. En fouillant dans la liste des administrateurs du Crips, le média tombe sur Arnaud Le Clere, conseiller régional LR et vice-président du mouvement Sens commun, né dans la foulée de la Manif pour tous. Appelé par un journaliste, l’homme reconnaît trouver le support complaisant sur la pornographie, l’humour utilisé pour aborder l’orientation sexuelle douteux et le ton employé trop cru. « Le politique se charge aujourd’hui d’orienter les discours de prévention concernant la sexualité d’une manière qui me laisse perplexe », constate Samuel Comblez, psychologue de l’enfance et de l’adolescence, sollicité comme consultant par le Crisp lors de la conception de cette BD. […]

 C’est qui le patron ?

Lexpress.fr du 16/02 : Cinq éleveurs de vaches avaient vu leur contrat de fourniture de lait dénoncé en début d’année par Lactalis, après avoir témoigné dans un reportage diffusé en octobre dans « Envoyé Spécial » sur France 2, et qui mettait en cause le puissant groupe et son discret PDG, Emmanuel Besnier. Ils ont retrouvé une laiterie, l’entreprise LSDH, grâce à la marque élaborée par des consommateurs « C’est qui le patron ». Il sy aurant une rémunération supérieure à celle pratiquée par Lactalis.
La laiterie LSDH, installée dans le Loiret, collecte le lait des 51 éleveurs du projet initial, des petites exploitations familiales en grande difficulté, rassemblées en coopérative dans le département de l’Ain. La marque, distribuée dans les magasins Carrefour, a déjà vendu en 4 mois cinq millions de briques de lait et d’autres enseignes de la grande distribution vont bientôt vendre ces briques bleues dans leurs rayons : Intermarché dès le 15 mars, puis Auchan et Cora. Avec leur production de 2,5 millions de litres de lait/an, « les nouveaux éleveurs vont entrer dans la démarche sans priver les autres ». 
Le nouveau contrat prendra effet durant l’été car, si Lactalis a accepté de libérer les éleveurs avant la fin officielle de leur contrat, les exploitations doivent passer à une alimentation du bétail sans OGM. Il faut six mois de délais pour pouvoir garantir un lait qui en soit exempt. 
Salariés fictifs

lefigaro.fr du 16/02 : Poussée par la publication d’un rapport confidentiel de l’Office européen de lutte contre la fraude (Olaf), la présidente du Front national a reconnu devant les enquêteurs de l’Olaf avoir salarié fictivement son garde du corps Thierry Légier comme assistant parlementaire. La candidate FN   à la présidentielle et eurodéputée « a reconnu d’une part que les bulletins de salaire établis sur la période d’octobre à décembre 2011 pour un montant de 41.554 euros n’ont jamais été payés au bénéficiaire indiqué, Thierry Légier, et que d’autre part elle ne l’avait pas employé pendant ces trois mois », indique ce rapport transmis en juillet au président du Parlement européen, qui évalue le préjudice financier de l’UE à 340.000 euros. L’eurodéputée aurait ainsi voulu « obtenir du Parlement la régularisation de dépenses de salaires et charges antérieures qui n’avaient pas été payées par ce dernier », indiquent ces extraits. […]
Au-delà de Thierry Légier, l’Olaf s’est également intéressé au cas de Catherine Griset, amie et collaboratrice de longue date de la présidente du FN  . Toujours selon ces extraits, « Mme Le Pen a fait employer par le Parlement européen Mme Catherine Griset sur un poste d’assistante parlementaire accréditée à Bruxelles alors qu’elle était son assistante personnelle au siège de son parti en France depuis décembre 2010 ». Un assistant parlementaire accrédité doit être employé « sur l’un des trois lieux de travail » (Bruxelles, Strasbourg, Luxembourg) du Parlement européen, et est « tenu de résider » à proximité. […]
Le Parlement européen devait commencer mi-février à recouvrer effectivement les sommes versées pour Thierry Légier et Catherine Griset, en amputant de moitié l’indemnité de Marine Le Pen. Le parquet de Paris a ouvert mi-décembre une information judiciaire pour abus de confiance et recel, escroqueries en bande organisée, faux et usage de faux et travail dissimulé.

 Le Uber des devoirs

Le Point.fr du 15/02 : L’Uberisation gagne aussi le monde de l’éducation. Le site Bonnenote.fr vend des devoirs tout prêts contre rémunération. Bonnenote.fr cible notamment les étudiants, mais aussi « les parents qui aident leurs enfants dans leurs devoirs et qui veulent gagner du temps », précise son fondateur. […]
Les rédacteurs de Bonnenote.fr touchent, eux, entre 70 et 90 % du prix hors taxes, en fonction du niveau de satisfaction du client. Au total, une page de devoirs coûte de 7,20 euros minimum jusqu’à 24 euros en fonction du niveau demandé et du temps pour livrer la copie.
Liliana Moyano, présidente de la fédération de parents d’élèves FCPE  , « crie à la marchandisation totale du système éducatif ». Son vice-président estime que « le site n’a aucun intérêt pédagogique ». […] Selon lui, l’essor du marché de l’accompagnement scolaire est dû au manque de ressources nécessaires dans l’éducation nationale.
A part cela, les tests menés sur le site sont peu convaincants. Le Parisien, qui a commandé une dissertation de philosophie, l’a fait corriger par un professeur de philo, qui l’a estimée à 8/20 !