Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Défendons la langue française > Canon

Canon

Ecrit le 6 décembre 2017

Canon

Selon qu’il vient de l’italien cannone (pièce d’artillerie) ou du grec canôn (règle), le mot canon a des sens différents tout en ayant une origine étymologique commune : canna=roseau .

Un canon est d’abord une pièce d’artillerie qui servait autrefois à lancer des boulets et plus précisément le tube par où passe le projectile dans les armes à feu ; canon se dit aussi de la partie creuse de plusieurs objets cylindriques qui servent à des usages variés : le canon d’une clé, d’une serrure et par méto-nymie le verre à boire contenant un huitième de litre (tu boirais bien un p’tit canon ?). En zoologie, le canon désigne la partie de la jambe du cheval comprise entre le genou et… le boulet !

Enfin, au siècle de Louis XIV, on appelait canons* les bandes d’étoffe circulaires ornées de rubans et de dentelles placées à hauteur du genou entre les hauts-de- chausses et les bas que portaient les « petits messieurs » dont se moquait Molière.

Quand il vient du mot grec canôn, il désigne d’abord un instrument de mesure fait avec une canne (roseau) puis, par extension, la règle-type, le modèle, par exemple dans le domaine des Beaux-arts, en architecture particulièrement, où il désigne l’ensemble des règles liées à un style spécifique. Le nombre d’or - surnommé par certains « la divine proportion »- en est une célèbre illustration. En anatomie, il désigne la juste proportion qui existe entre les dimensions des diverses parties du corps humain et de là, les règles établissant un type de beauté idéal : « cette fille est vraiment canon ! ». Chacun sait que les canons de la beauté sont très variables d’une époque à l’autre et d’un pays à l’autre.

En théologie, le droit canon (ou canonique) regroupe les règles fixées par l’Église à propos de la foi ou de la discipline ; ainsi, les femmes qui entraient au service d’un membre du clergé devaient avoir atteint l’âge canonique** (âge réglementaire) pour être employées à cette tâche.

Enfin en musique, le canon est la règle permettant de déterminer les intervalles des sons musicaux ; c’est aussi un chant, tel « Frère Jacques », où des voix, partant l’une après l’autre, reprennent le même motif indéfiniment.

Notons que les mots dérivés de canon (règle ou modèle) ne doublent pas l’n final : canoniser, canonicité, canonique, alors que ceux qui dérivent de canon (arme) le doublent : canonnade, canonner, canonnier, canonnière.

Canon (arme) a de nombreux synonymes : crapouillot, coulevrine, mortier (canon court), bouche à feu, bombarde.
N.B. Les mots cannelle, sarbacane, canal, cannelloni, cannelure, canette (bobine) font partie de la famille de canon.

* « Vous êtes-vous rendue avec tout le beau monde,
Au mérite éclatant de sa perruque blonde ?
Sont-ce ses grands canons qui vous le font aimer ? 
L’amas de ses rubans a-t-il su vous charmer ? »,
tels sont les reproches amers qu’ Alceste adresse à Célimène qu’il croit sous le charme de l’un de ses rivaux dans Le Misanthrope de Molière (acte II, scène 1).

** dans le langage familier canonique est devenu synonyme de vieux ; c’est pourquoi Agecanonix est le nom du doyen des personnages qui figurent dans Astérix.

DEVINETTE : que signifie le verbe canonner en argot ?

REPONSE à la DEVINETTE du dernier numéro : le chien bleu (ou bleuet) est un requin qui vit dans l’océan.

Elisabeth Catala Blondel