Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Grappillages et Mée-disances > Mée-disances du 20 décembre 2017

Mée-disances du 20 décembre 2017

Ecrit le 20 décembre 2017

  Fraude fiscale

La Tribune.fr du 14/12 : Le polémiste Dieudonné est renvoyé devant le tribunal correctionnel notamment pour fraude fiscale et organisation de son insolvabilité, a-t-on appris de source judiciaire. Le juge d’instruction saisi de l’information judiciaire a ordonné son renvoi, le 30 novembre, également pour abus de bien social et blanchiment de fraude fiscale, conformément aux réquisitions du parquet. Dans cette même affaire, sa compagne Noémie Montagne est renvoyée en correctionnelle pour abus de bien social et fraude fiscale et leur société, Les Productions de la plume, pour fraude fiscale.

La procédure judiciaire avait démarré à la suite de signalements de Tracfin, la cellule française de renseignement financier.
Dieudonné faisait notamment l’objet d’un signalement pour avoir fait envoyer par des proches plus de 400.000 euros au Cameroun, pays d’origine de son père, à partir de 2009.

Les enquêteurs ont par la suite mis au jour de nouvelles sommes, notamment plus de 600.000 euros et 15.000 dollars en espèces découverts en 2014 lors d’une perquisition au domicile de l’humoriste, en Eure-et-Loir.

L’un des avocats de Dieudonné avait alors assuré que cet argent provenait de la billetterie des derniers spectacles de son client et que tout était légal.*

 Emprunt Patriotique

Latribune.fr du 14/12 : La présidente du FN  , Marine Le Pen, a lancé un « emprunt patriotique » après que plusieurs comptes bancaires du parti et son compte personnel ont été fermés par plusieurs établissements, signe selon elle d’une « persécution ».

« Vous pouvez nous apporter une aide indispensable en participant, vous aussi, à un emprunt patriotique », incite Marine Le Pen dans une vidéo sur Twitter. « En prêtant au Front national, vous obtiendrez 3% d’intérêts : une rémunération exceptionnelle pour un placement sans risque », en vantant « un témoignage de votre attachement à la France, à son identité ».

Sur le site empruntpatriotique.fr chargé de récolter les fonds, on peut lire dans la rubrique Foire aux questions : « chaque emprunt est soumis à des frais de traitement. Ils sont onéreux. Ainsi, un prêt inférieur à 1.500 euros reviendrait à un coût trop élevé. Seuls les prêts de 1.500 euros ou plus permettent de nous fournir une aide suffisante. »

À la manière d’un crowdfunding, des paliers sont proposés aux souscripteurs : dès 15.000 euros, vous aurez le privilège d’être invité « à un événement de prestige » ; au-delà de 75.000 euros, tapis rouge avec « l’opportunité exceptionnelle de rencontrer personnellement Marine Le Pen à l’occasion d’un dîner privé » précise le site.

Curieusement, le site est peu loquace sur les conditions légales de cet emprunt à 3% sur 12 mois.

 Johnny et Bossuet

Mariannaute du 07/12 : « On n’entend dans les enterrements que des paroles d’étonnement que ce mortel soit mort », écrivait Bossuet. Notre monde nous submerge depuis hier de constats désespérés tournant autour du thème : « Comment ça il est mort  ? », comme s’il s’agissait d’une nouvelle surprenante, alors que tout le monde savait que Johnny Hallyday était gravement malade.

Une députée le compare à Victor Hugo ! Rappelons que Victor Hugo était pair de France, avait été exilé pour ses opinions politiques qu’il avait courageusement défendues, était un opposant acharné à la peine de mort et un défenseur tout aussi acharné de l’école pour tous.

Un journaliste réclame pour lui des funérailles nationales au motif que Joséphine Backer, « chanteuse comme Johnny est chanteur », y a eu droit. Rappelons qu’en dehors de son œuvre, Joséphine Backer a été une résistante de la première heure, espionne au service de la France durant toute la guerre et qu’elle a consacré une grande partie de sa vie à accueillir et élever sa « tribu arc-en-ciel ».

Enfin notre président de la République le désigne comme un héros ! Quel acte héroïque ce chanteur a-t-il accompli ? Mener une belle carrière, être un grand interprète de chansons, fédérer les générations autour de son œuvre, est-ce être héroïque ? Le rocker doit-il égaler, sinon supplanter Jean Moulin, Marie Curie, Allende, Mandela au panthéon de nos admirations ?

Nous sommes en plein délire collectif et aucune voix ne s’élève pour ramener un peu de raison. Que l’Olympia affiche le nom de Johnny, que Saint Roch - paroisse   des artistes - propose de se recueillir dans son souvenir, que ses fans éprouvent un certain chagrin, tout cela est normal. Mais ce déluge de sensiblerie sans aucune retenue, cette idolâtrie au sens propre, dérègle tout un sens de valeurs auquel par ailleurs on fait sans cesse appel.

 Facebook « cette merde »

« Vous ne le réalisez peut-être pas, mais vous êtes programmés. » Longtemps, Chamath Palihapitiya a travaillé comme vice-président en charge de la croissance de l’audience de Facebook. Aujourd’hui, il a tiré un trait sur le réseau social, au point d’interdire à ses enfants de l’utiliser. Aujourd’hui, il critique, entre autres, les conséquences négatives de l’utilisation du bouton « J’aime » et recommande à tous de prendre « une vraie pause » avec les réseaux sociaux.

D’après lui, les réseaux sociaux « sapent les fondamentaux du comportement des gens ». « Je pense que nous avons créé des outils qui déchirent le tissu social », juge-t-il aujourd’hui, en faisant part de « son immense culpabilité ». Plus largement, il dénonce aujourd’hui l’écosystème des médias sociaux, basés sur les pouces, les cœurs et les goûts, lesquels créent « des boucles fonctionnant sur la dopamine ».

Ce revirement n’est pas un cas isolé. « Dieu seul sait ce qu’ils font aux cerveaux de nos enfants », s’était déjà alarmé l’ancien président de Facebook, Sean Parker. Selon, lui, le site exploite les vulnérabilités psychologiques humaines pour pousser les utilisateurs à publier toujours plus de contenus pour obtenir des réponses et des mentions « J’aime » : « Les inventeurs et créateurs – moi, Mark [Zuckerberg], Kevin Systrom sur Instagram, tous ces gens – l’ont très bien compris. Et l’ont fait quand même, en connaissance de cause. »

Le créateur du bouton « J’aime » de Facebook, Justin Rosenstein, a décidé de bouder les réseaux sociaux Reddit et Snapchat. L’ingénieur a même demandé à son assistant de lui installer un filtre parental sur son téléphone, pour l’empêcher de télécharger toujours plus d’applications. « Il est révélateur que beaucoup de ces jeunes experts n’utilisent plus leurs propres produits, soulignait alors le quotidien britannique, en envoyant leurs enfants dans les écoles élites de la Silicon Valley où les iPhones, les iPads et même les ordinateurs portables sont interdits. »

 Cadeau de Noël

Lexpress.fr du 13/12 : Vendredi dernier, un SDF a bénéficié d’un inouï coup du hasard, qui lui a permis de prendre la fuite avec deux sacs remplis d’argent liquide (300 000 euros) en plein cœur de l’aéroport de Roissy Charles-de-Gaulle. Le SDF, qui se trouvait au terminal 2F pour fouiller dans des poubelles, s’adosse à une porte appartenant à la société de transport de fonds Loomis. Cette dernière s’ouvre et le SDF s’introduit dans les locaux qui stockent de l’argent liquide. L’alarme de sécurité se déclenche, mais l’homme a le temps de s’emparer de deux sacs avant de prendre la fuite….