Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Grappillages et Mée-disances > Mée-disances du 20 juin 2018

Mée-disances du 20 juin 2018

Ecrit 20 juin 2018

 Des orangs-outangs à la FNSEA

Le Canard enchaîné du 13/06 : Mais qu’arrive-t-il aux agriculteurs affiliés à la FNSEA, fameux syndicat ami des néonicotinoïdes, du productivisme et de la dérégulation ? Les voilà au coude à coude avec les écolos, qui hurlent contre la bio-raffinerie de la Mède ! Ils s’insurgent contre Total, qui, pour faire tourner cette raffinerie, va importer 300 000 tonnes d’huile de palme ! Ils veulent «  alerter l’opinion publique ». Ils disent que «  la nourriture des Français est en danger ». Et les orangs-outangs d’Indonésie aussi, que menace la déforestation due à la plantation frénétique de palmiers.

Se seraient-ils convertis à l’écologie, à la protection des espèces menacées et de l’environnement ? Non : ils veulent juste protéger leur propre filière française d’huile tirée du colza et leur groupe agro-industriel Avril, qui produit oléagineux et protéagineux, et ne se gênent pas pour importer 200 000 tonnes d’huile de palme par an. Ouf !

 Indemnité de départ

L’Obs du 16/06 : L’ancien PDG de Carrefour Georges Plassat a renoncé à son indemnité de départ, qui avait été jugée « choquante » par le gouvernement, ont annoncé samedi le groupe de distribution et le patronat.

Les actionnaires de Carrefour avaient voté à 68% l’octroi à Georges Plassat d’une rémunération de 13,17 millions d’euros en 2017. Cette somme comportait près de 4 millions d’euros d’indemnité de départ sous forme d’un engagement de non-concurrence. Cette clause devait en théorie assurer que Georges Plassat ne devienne pas dirigeant d’un groupe concurrent de Carrefour, un cas de figure pourtant peu probable compte tenu de son âge (68 ans lors de son départ à la retraite) et de ses problèmes de santé.

Le ministre de l’Economie Bruno Le Maire avait sommé samedi le patronat de prendre des « mesures fortes » et jugé la rémunération de M. Plassat « choquante ».

L’Association française des entreprises privées (Afep) et le Medef ont annoncé de leur côté qu’ils publieraient « une version renforcée du code de gouvernement d’entreprise dans les prochains jours » afin d’éviter les écarts constatés récemment.

 Anesthésistes dans la seringue

Le Canard enchaîné du 13/06 : le 18 juin, au tribunal de Créteil, comparaîtront six anesthésistes, jugés pour escroquerie et discrimination après avoir été dénoncés par un collègue toubib. Leurs ennuis commencent lorsque ce dernier, chirur-gien à la petite clinique Gaston-Métivet de Saint-Maur-des-Fossés apprend qu’ils demandent à ses patients un chèque sans ordre de 80 à 150 euros, censé couvrir le dépassement d’honoraires de l’anes-thésie. La pratique est illégale, et, faute de devis, les mutuelles refusent de prendre ces surcoûts en charge.

En 2017, quand le praticien avertit sa direction, les six anesthésistes appellent à un boycott de l’enquiquineur, coupable à leurs yeux d’un «  comportement anti-confraternel ». Dans la foulée, tous les patients du chirurgien apprennent que leur opération est annulée – certains la veille pour le lendemain…

Sollicités par le Canard, les six anesthésistes se sont endormis sur leur réponse. Tout comme le patron de la clinique.

 Dopage

Courrier international.fr du 14/06 : Le reporter spécialiste du dopage Hajo Seppelt n’ira finalement pas couvrir la Coupe du monde de football. Les services de sécurité allemands considèrent la situation trop dangereuse pour lui.

Moscou avait dans un premier temps refusé la demande de visa de ce journaliste considéré comme un des meilleurs spécialistes du dopage en Russie. Après l’intervention du gouverne-ment allemand, la demande avait finale-ment été validée à la mi-mai.

Mais les autorités allemandes ont finale-ment estimé le risque de son voyage en Russie trop élevé.

C’est grâce au travail d’investigation de Hajo Seppelt que le scandale du dopage mis en place par l’État russe a été révélé. Dans son documentaire diffusé en 2014, il détaille le système de dopage et de corruption qui a fait le succès sportif de la Russie jusque-là.

Ces révélations ont conduit à l’exclusion de plusieurs sportifs russes des JO de Rio en 2016 et des JO d’hiver de février 2018 à Pyeongchang en Corée, le Comité international olympique autorisant les sportifs russes à défiler uniquement sous bannière olympique.

 Détournement

Libération.fr du 14/06 : La procureure générale de l’Etat de New York a accusé Donald Trump d’avoir détourné l’argent de sa fondation à des fins personnelles, et entamé une action judiciaire pour obtenir sa dissolution. « Comme le montre l’enquête, la Fondation Trump n’était guère plus qu’un chéquier pour régler les dépenses de Trump et de ses entreprises à des organisations non lucratives, quelles que soient leur raison d’être et leur légalité », a déclaré la procureure. Elle a indiqué avoir assigné en justice le président et les trois enfants issus de son premier mariage, tous trois membres du conseil de direction de fondation, pour « conduite illégale récurrente ». Donald Trump est accusé d’avoir utilisé l’argent de la fondation pour payer de nombreux frais personnels et promouvoir ses hôtels et autres entreprises.

L’enquête a aussi montré que la fondation avait levé « plus de 2,8 millions de dollars » afin de peser sur la campagne présidentielle de 2016, « sous le contrôle de dirigeants de l’équipe de campagne de Trump », en violation des lois américaines.

L’Etat de New York demande la disso-lution de la fondation et la restitution de 2,8 millions de dollars (« plus pénalités »). Elle demande aussi que le président américain soit interdit de diriger une organisation à but non lucratif à New York pendant 10 ans.

Le président américain a qualifié ces poursuites de « ridicules ». Il a accusé les « démocrates véreux » qui dirigent l’Etat de New York de « tout faire pour l’attaquer en justice ». Il a aussi assuré qu’il ne réglerait pas cette affaire à l’amiable, comme il l’a fait dans le passé pour d’autres assignations contre lui. 

 Mondial 2018

l’Express.fr du14/06 : Les supporters de football en veulent à Anne-Sophie Lapix. « La Coupe du monde débute demain, et on va pouvoir regarder des millionnaires courir après un ballon » a lancé la jour-naliste de France 2 en plein 20 heures. 

Il n’en fallait pas plus pour enflammer les réseaux sociaux. Plusieurs internautes lui ont reproché sa présence à Roland Garros pour « regarder des millionnaires taper dans une petite balle » et son salaire « pour lire un prompteur ».

Un deuxième camp s’est cependant levé en soutien à la journaliste. « Merci Anne-Sophie Lapix d’avoir dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas » .

La journaliste a fini par s’excuser sur Twitter : « Chers amateurs de football. Je suis désolée d’avoir suscité autant d’émotion en lançant un sujet sur la place de l’argent dans le foot. Je vous souhaite une magnifique coupe du monde. »