Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Grappillages et Mée-disances > Mée-disances du 12 septembre 2018

Mée-disances du 12 septembre 2018

Ecrit le 12 septembre 2018

 La maquette s’effondre

Le Point.fr du 08/09 : Ce devait être une présentation en grande pompe. Mais la conférence de presse lors de laquelle le célèbre architecte italien Renzo Piano a exposé la maquette du futur pont de Gênes, en Italie, a viré à la farce, vendredi 7 septembre. Devant un parterre de journalistes, l’esquisse du pont autoroutier devant remplacer le viaduc Morandi, dont l’effondrement le 14 août dernier a fait 43 morts, a volé en éclat sur la table de présentation. À l’origine de cette embarrassante bévue : la maladresse du patron d’Autostrade per l’Italia (Aspi), Giovanni Castellucci, qui a fait tomber la maquette comme un château de cartes.

«  Ça porte chance », a lancé avec humour l’architecte à la renommée mondiale, à qui la France doit, entre autres, le Centre Georges-Pompidou ou la Cité judiciaire de Paris. La scène est d’autant plus cocasse que Renzo Piano venait de terminer un discours dans lequel il a vanté la solidité de sa structure : «  Ce pont devra durer 1 000 ans et être en acier. »

Pour rassurer tout le monde, Renzo Piano a expliqué qu’il ne fallait pas «  se précipiter  » pour bâtir le successeur du tristement célèbre pont Morandi.

 Culte de la personnalité

Le Point.fr du 07/09 : Le culte de la personnalité franchit une nouvelle étape en Russie. La chaîne d’État Rossia 1 diffuse désormais chaque dimanche soir une émission consacrée à Vladimir Poutine. Un show intitulé Moscou, Kremlin, Poutine et destiné à « humaniser » le leader à travers le témoignage de ses proches.

La raison ? Une chute de la popularité de Poutine enregistrée au lendemain de l’annonce de sa réforme des retraites. Un fléchissement jugé suffisamment inquiétant par l’administration présidentielle pour mettre en place une propagande digne de l’époque de Brejnev.

La nouvelle émission hebdomadaire du Kremlin rappelle combien la forme physique du président est éclatante. Il suffit de le voir parcourir huit kilomètres à flanc de montagne avec son ministre de la Défense Sergueï Choïgou. Quant au rythme de travail de Poutine, ses collaborateurs se disent époustouflés.

Quelle sera la réaction de l’opinion ? Outre la baisse de popularité de leur leader, les autorités devraient néanmoins s’intéresser à un autre chiffre. Un sondage illustre le sentiment de plus en plus favorable des Russes vis-à-vis de l’Occident. 68 % d’entre eux souhaitent désormais un rapprochement avec Washington et les capitales européennes. 42 % des sondés ont même une image positive des États-Unis contre 20 % en mai dernier. Une attitude à rebrousse-poil des gesticulations guerrières de Moscou.

 Le nœud du problème

Le Canard enchaîné du 05/09 : suivant l’exemple des épouses athéniennes imaginé par Aristophane dans «  Lysistrata  », des milliers d’Ougandaises ont fait savoir qu’elles entamaient «  une grève du sexe » pour « punir les maris paresseux, dépensiers et irresponsables  ». Le magazine « Amina  » de septembre précise que «  ce qui était à l’origine une blague s’est répandu comme une trainée de poudre  ».

Mais la suite du mouvement laisse perplexe : certaines épouses « exigent désormais d’être payées pour un rapport sexuel si le mari ne change pas de comportement ». Avec des réductions s’il prend une carte de fidélité ?

 GéGé aime la Corée

leMonde.fr du 08/09 : Gérard Depardieu est arrivé, le 7 septembre, à Pyongyang, où l’on s’apprête à célébrer en grande pompe le 70e anniversaire de la République populaire démocratique de Corée (RPDC). Au menu, une parade militaire d’ampleur et la reprise, après cinq ans de pause, des chorégraphies de masse dans un stade de 100 000 places.

Gérard Depardieu assistera au défilé, avec, au programme, des troupes évoluant au pas de l’oie et une armada d’équipements militaires. Ami des présidents russe, Vladimir Poutine, biélorusse, Alexandre Loukachenko et tchétchène, Ramzan Kadyrov, a-t-il de plus grandes ambitions sur place ? Seule certitude, Gérard Depardieu ne veut pas entendre parler de journalistes.

La présence dans cette parade de missiles intercontinentaux pourrait jeter un froid trois mois après le rendez-vous de Singapour entre le dirigeant Kim Jong-Un et le président américain, Donald Trump. Au cours de ce sommet, les deux hommes se sont engagés à travailler à la dénucléarisation de la péninsule coréenne.

 Jeux vidéo en Chine

LEXPRESS.fr du 06/09 : Le système « anti-addiction » chinois se durcit. Les jeunes Chinois vont désormais devoir s’inscrire sous leur vrai nom pour jouer à l’un des jeux les plus populaires du pays. À partir de mi-septembre, les nouveaux utilisateurs de King of Glory devront fournir leur identité, qui sera authentifiée à partir d’une base de données de la police, a annoncé le propriétaire du jeu, le groupe Tencent, géant chinois des jeux vidéo sur mobile. 

L’objectif est de mesurer l’usage des amateurs de ce très populaire jeu de combat multi-joueurs (80 millions d’utilisateurs quotidiens ), dans le cadre d’un système « anti-addiction » qui encadre la pratique des enfants et adolescents.

Le gouvernement chinois multiplie les tours de vis pour contrôler plus strictement le secteur en plein boom des jeux vidéo. Le ministère de l’Éducation a ainsi annoncé fin août que le nombre de jeux vidéos disponibles en ligne allait être drastiquement restreint afin de prévenir la myopie, qui touche de nombreux enfants dans le pays. 

Par ailleurs, Pékin a cessé ces derniers mois de délivrer des permis de commercialisation de nouveaux jeux vidéo, plongeant les entreprises dans l’expectative et faisant trébucher leur cours de Bourse. Après l’annonce de jeudi, susceptible d’enrayer ses recettes, Tencent a vu son action à Hong Kong reculer de 3,2 %. 

 Les gros ennuis du RN

L’Obs du 07/09 : Depuis juillet, les caisses du RN (Rassemblement National) sont vides. A la suite de l’affaire des emplois fictifs du Front national au Parlement européen, la justice a gelé quelque deux millions d’euros de fonds.

Un temps envisagée pour le week-end du 15 septembre à Fréjus (Var), la rentrée a été avancée d’une semaine. Faute de moyens financiers, le parti a annulé l’université d’été qui devait s’y tenir.

La communication politique du RN aurait pourtant dû battre son plein après son récent changement de nom. Mais au parti, « on arrive à peine à payer les salaires ». Les salariés coûtent au parti 3 millions d’euros par an, une large part des 4 millions de subventions versées par l’Etat. 

Pour le parti, la saisie n’est rien de moins qu’un « assassinat politique », la stratégie d’une « dictature qui veut tuer le premier parti d’opposition ». Cet été, la centrale n’a rien donné à la plupart des permanences régionales. Un tiers d’entre elles ont fermé ces derniers mois. En Corse, dans la Manche, les Vosges et le Morbihan, le RN n’en compte plus une seule. 

Alors, sous le mot d’ordre « Résistez. Donnez. », le parti a lancé une campagne de financement qui lui a permis de récolter 600.000 €. Un pécule encore insuffisant pour renflouer les caisses. Le parti attend impatiemment la décision de la cour d’appel de Paris sur un éventuel dégel des fonds, prévue le 26 septembre prochain.