Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Défendons la langue française > TEMPS

TEMPS

Ecrit le 13 mars 2019

Le mot temps vient du latin tempus qui désigne une division du temps, une époque : il est issu de la racine européenne tem, qui donnera le verbe grec temno (= couper, enlever en coupant !).

Curieusement, le mot temple est issu de la même racine car ils désignent tous les deux une façon de « séparer » du monde naturel un espace et un moment par un procédé de sacralisation ; la racine tem a donné time en anglais ainsi que tomos en grec (= la tranche) qui a donné tome en français.
Ainsi on comprend que le temps puisse se définir comme une fraction de durée.

Pris absolument, le temps est une durée indéterminée et continue : il passe, il court, il fuit, il nous échappe, on le bouscule, on le gaspille, on le gâche, on en gagne, on en perd, on le « tue », on peut le prendre, l’économiser.

Le mot figure dans de nombreuses locutions telles la plupart du temps, de tout temps, peu de temps avant -ou après -, quelque temps, tout le temps, au temps où, du temps que, dans le temps, depuis le temps que, il y a beau temps que, en même temps que, au temps pour moi (1), trouver le temps long, à l’échelle du temps, être- ou ne pas être- de son temps, avoir fait son temps, en deux temps trois mouvements, arriver à temps, au temps jadis, de temps en temps, en ce temps-là, en temps utile, un temps de chien , un temps de saison, un vrai temps de Toussaint, faire la pluie et le beau temps, etc.

Au XVIIe siècle, dans son Art poétique, Boileau avait imposé aux auteurs de pièces de théâtre la règle des trois unités : unité de lieu, d’action et de temps.

Aujourd’hui, en période électorale, on impartit aux candidats un temps de parole qui doit être scrupuleusement respecté dans les débats politiques qui se déroulent à la radio et à la télévision.

En musique, le temps est la division de la mesure qui donne l’unité de durée : mesure à deux, trois, quatre temps ; le temps faible, non accentué s’oppose au temps fort qui l’est.

De même dans la versification française, on parle de temps forts et de temps faibles : la syllabe tonique sur laquelle on fait monter la voix est le temps fort, contrairement à celle sur laquelle la voix porte sans monter qui est le temps faible.

Le temps est aussi une catégorie gram-maticale associée au verbe ; de leur côté, adverbes, conjonctions et prépositions de temps expriment la « localisation » dans le temps.

Dans le domaine du sport, l’athlète fait, ou réalise, le meilleur temps, est ou non dans les temps ; l’arrêt du jeu sifflé par l’arbitre est nommé le temps mort.
Une rencontre sportive se joue en deux mi-temps, arrêt de jeu non compris.

Au pluriel, le mot temps désigne une époque imprécise : les temps modernes, les temps sont durs, par les temps qui courent, les temps bibliques, préhis-toriques, autres temps, autres mœurs, ces temps-ci, dans la nuit des temps, ces derniers temps, la fin des temps.

(1) au temps pour moi est une expression empruntée au jargon militaire : l’injonction « au temps » signifie qu’il faut reprendre le mouvement au premier temps quand on a fait une erreur ; « au temps pour moi » (écrit parfois autant pour moi, expression qui selon certains serait antérieure à au temps pour moi), signifie qu’on reconnaît son erreur.

DEVINETTE : qui a écrit les paroles de la célèbre chanson Le temps des cerises ?

REPONSE à la DEVINETTE du dernier numéro de La Mée : un gîte à la noix est une délicieuse pièce de viande dont on fait des rôtis ou des braisés ; elle est située à l’arrière de la cuisse de l’animal.

Elisabeth Catala


Ecrit le 20 mars 2019

TEMPS (2)

Le temps que chacun perd, gagne ou gaspille n’est pas une réalité « palpable ».
Les grands philosophes se sont penchés sur cette notion fondamentale en s’interrogeant sur sa nature.

Aucune définition de la notion de temps n’a reçu jusqu’ici une approbation unanime chez les philosophes, pas plus que chez les savants. C’est pourquoi Pascal estimait que le temps est « une de ces choses qu’il est impossible et même inutile de définir » !
Avant lui, dans ses Confessions, saint Augustin (IVe siècle après J.C.) avait écrit cette phrase étonnante : « Si on ne le me demande pas, je crois savoir ce qu’est le temps. Mais si on me le demande, je ne sais plus » !

En réalité, la notion de temps englobe trois concepts :

- la simultanéité (« en même temps »)

- la succession (« le temps passe vite »)

- la durée (« elle a manqué de temps pour finir son travail »).

A ces trois concepts, il faut bien sûr ajouter ceux de présent, passé et avenir qui sont pour tout le monde constitutifs à l’égard du temps :

Les événements ne sont directement accessibles que s’ils sont présents ; s’ils ne peuvent être que retenus, remémorés, reconstruits, il faut les dire passés ; et s’ils doivent être anticipés, attendus ou prévus, il faudra évidemment les dire futurs.

La réflexion sur le temps ramène l’homme à son expérience intime : le temps n’est pas une « chose » qu’on peut saisir dans l’espace, c’est une sorte d’espace mental où se déroulent les choses. C’est la vie qui nous impose la « flèche » du temps matérialisée par nos calendriers et nos montres.

Notons que le rapport de l’homme face au temps évolue avec les sciences.
Le thème du temps est présent dans toute œuvre littéraire, par exemple en poésie : la sixième strophe du poème de Lamartine intitulé Le lac commence par ces vers célèbres :

« Ô temps ! suspends ton vol,
et vous, heures propices !
Suspendez votre cours ! »
Méditations poétiques.1820.

Ce thème est aussi abordé par les romanciers ; dans de nombreux titres figure le mot temps : L’amour au temps du choléra, (Gabriel Garcia Marquez), La nuit des temps (Barjavel), Le temps de l’innocence (Edith Wharton), Voyage à travers le temps (J.H.Brennan), par exemple, romans auxquels s’ajoute le chef-d’œuvre de Marcel Proust A la recherche du temps perdu-dont le dernier tome a pour titre Le temps retrouvé-qui fait vivre plusieurs centaines de per-sonnages fictifs ou réels hauts en couleurs.(1913-1927).

Les auteurs de livres et de films de science-fiction s’intéressent eux aussi au thème du temps, en particulier à celui du voyage à travers le temps : ainsi H.G.Wells a écrit en 1895 Machine à explorer le temps porté à l’écran en 1960 par Pal . Ils ont été précédés par Jules Verne qui le premier a inventé une machine à remonter le temps. En avril prochain se tiendra à Clermont-Ferrand un colloque sur le thème du « Voyage dans le temps en science-fiction ».

DEVINETTE : comment s’appelle le dieu qui personnifie le Temps et la Destinée dans la mythologie grecque ? Réponse dans le prochain numéro de La Mée.

REPONSE à la DEVINETTE du dernier numéro : c’est Jean-Baptiste Clément qui est l’auteur des paroles de la chanson Le temps des cerises (1866). Cette chanson est fortement associée à la Commune de Paris de 1871, l’auteur étant lui-même un communard ayant combattu pendant la Semaine sanglante.

Elisabeth Catala