Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Défendons la langue française > PIED

PIED

Ecrit le 10 avril 2019

« C’est très intelligent les pieds. Ils vous emmènent très loin, quand vous voulez aller très loin. Et puis quand vous ne voulez pas sortir, ils restent là ils vous tiennent compagnie. Et quand il y a de la musique, ils dansent. On ne peut pas danser sans eux », écrivait Prévert en 1946 dans Paroles. Le poète prend ici le...contrepied de l’expression née dans le courant du XIXe siècle« bête comme ses pieds », qu’il reprend dans Maison : « Il faut être bête comme l’homme l’est souvent pour dire des choses aussi bêtes que bête comme ses pieds ».

Cette dernière expression est une variante de « bête comme.. » qu’on faisait suivre du nom d’un animal : bête comme une oie ou de celui d’un objet : bête comme une cruche ou comme ici de celui d’une partie du corps ; les pieds se situant à l’extrémité inverse du siège de la pensée et de l’intelligence, ils étaient perçus comme les représentants de la bêtise la plus totale. L’expression est bien entendu à rapprocher de « il se débrouille comme un pied » et de « tu t’y prends comme un pied ! ».

Les pieds entrent dans l’expression argotique « avoir les pieds nickelés », qui signifie être paresseux, refuser d’agir. C’est Tristan Bernard qui a utilisé le premier cette expression pour en faire le titre d’une pièce en 1895, mais elle a été popularisée par une série de bandes dessinées dont les héros sont peu recommandables : Croquignol au long nez, Ribouldingue le barbu et Filochard le borgne, et qui a été créée en 1908 par Louis Forton, le créateur de Bibi Fricotin.

Les expressions médecins aux pieds nus et mandarins aux pieds nus datent de la révolution médicale en Chine et au Viêt-Nam du Nord qui a mis en place l’expérience des médecins lancés sur les routes pour soigner les malades selon d’autres méthodes et dans un autre état d’esprit que précédemment.

Le mot pied est aussi présent dans le vocabulaire populaire de la botanique .
Ainsi, par exemple, un pied-de coq est une variété de renoncule, un pied de corneille, une variété de plantain, un pied de griffon, une variété d’ellébore, un pied d’oiseau est une plante fourragère, un pied de lièvre désigne le trèfle des champs, un pied de veau, un arum et un pied d’alouette, un delphinium.

Quand une plante sèche sur pied, elle s’étiole, elle flétrit et ne peut être récoltée ; par métaphore on peut appliquer l’expression à une personne qui se languit, se consume d’ennui.

Dans le domaine de l’automobile, on pilote pied au plancher , on en garde sous le pied , c’est-à-dire qu’on garde une réserve d’accélération, mais il faut aussi savoir lever le pied !

En sport, « il est indispensable que le sauteur amène sans hésitation son pied d’appel sur la planche d’appel avec la plus extrême précision » conseille un entraîneur.

En sport toujours, on tire du pied droit ou du pied gauche au football et au rugby ; on saute à pieds joints et on fait des battements de pieds dans la piscine ; enfin danseurs, danseuses et gymnastes s’entraînent à la barre pour exécuter parfaitement la position appelée le pied à la main, sorte de grand écart à la verticale.

DEVINETTE : Qu’est-ce qu’un blanc de pied ?

REPONSE à la DEVINETTE du dernier numéro de La Mée : mettre sous main de justice signifie mettre sous l’autorité de la justice. Cela concerne des personnes sortant de détention ou en aménagement de peine assujetties à des travaux d’intérêt général destinés à les aider à réparer et à retrouver une place dans la société. Des objets peuvent aussi être mis sous main de justice, par exemple sous scellés, afin d’éviter qu’ils ne disparaissent ou se détériorent.

Elisabeth Catala