Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Logement, habitat, lotissements > Des HLM tout neufs à Béré

Habitat 44

Des HLM tout neufs à Béré

Ecrit le 15 juin 2016

 HLM de Béré

HLM de Béré : Habitation à loyer modéré. On dit plutôt « Résidence » maintenant. Le bloc d’immeubles de la rue de Metz à Châteaubriant date des années 1979-1980 et n’avait jamais eu de réhabilitation. Budget prévu : 1,5 M€ (millions d’euros). Mais l’étude plus poussée a montré qu’il y avait de l’amiante partout, sols, peintures, etc. Pas dangereux tant qu’on n’y touche pas mais, là, il fallait y toucher. Habitat 44 avait donc trois solutions :

  • - ne rien faire pour l’instant
  • - démolir avec désamiantage obligatoire (coût : 6 M€) sans compter le coût de reconstruction.
  • - désamianter et réhabiliter : coût 6 M€. C’est ce qui a été décidé. Ce coût comprend le relogement des 40 locataires du bloc de Béré, (et les 79 locataires de bloc de Renac  ), le temps des travaux, avec prise en chargement du déménagement au départ et du déménagement au retour si les locataires souhaitaient revenir.

M. Michel Ménard et Mme Chassanite disent : « nous avons donc reçu tous les locataires pour voir les problèmes avec eux. Nous leur avons fait plusieurs propositions de relogement dans des appartements refaits à neuf, dans le quartier qui leur plaisait, en payant le déménagement bien sûr et en prenant en charge toutes les démarches (par exemple pour les compteurs de gaz-électricité). Ce fut d’ailleurs une bonne aubaine pour un couple qui désirait se rapprocher de Nantes et n’avait pas les moyens financiers de le faire ». Habitat 44 a su y mettre le temps nécessaire et tout s’est bien passé avec Elodie Dugué, conseillère-logement.

HLM de Béré

Les logements ont été refaits à neuf : nettoyage et réparation des toitures-ardoise, réfection de l’étanchéité des terrasses, sols, murs habillés de toile de verre, sanitaires, évier-cuisine en résine, fenêtres changées et équipées de double-vitrage, hall d’entrée refaits, de même que les boites à lettres, remise en état des cheminements piétons. Bref, tout neuf pour 50 000 € par logement, (soit 6 182 000 € TTC) pour une augmentation de loyer allant de 8 à 14 €/mois. Dans le bloc de Béré il reste seulement 4 logements libres.

Michel Ménard et Simone

Au cours de la visite de presse, une locataire a ouvert sa porte. Cette dame âgée de 89 ans logeait dans la résidence de Renac   depuis 20 ans et a pu avoir l’occasion de se rapprocher de sa fille qui résidait, elle, à Béré. Son logement de 55 m2, bien insonorisé, se trouve en haut de quelques marches (au 1er palier) et la salle de séjour donne directement, de plain pied, avec un vaste espace vert. Bien sûr « Simone » n’a pas eu à payer les frais de réaménagement et Habitat 44 a même payé des salariés de l’ACPM   pour faire les menus travaux nécessaires (raccrocher les cadres au mur par exemple).

Sur les 37 logements actuellement occupés à Béré, on compte :

  • Personnes seules : 28
  • Personnes seules avec enfants : 7
  • Couple : 2
  • Moins de 45 ans  : 11
  • 45-59 ans : 13
  • 60 ans et plus : 13

Les loyers (avec APL, aide personnalisée au logement) : quelques éléments :
·* ► Type 1 : 298 € (256 € d’APL pour une personne seule sans emploi) soit un résiduel d’environ 42 €
·* ► Type 2 : 344 € (70 € d’APL pour un retraité) soit un résiduel de 274 €
·* ► Type 3 : 415 € (350 € d’APL pour un parent isolé sans emploi, avec 1 enfant) soit un résiduel de 65 €
·* ► Type 4 : 485 € (240 € d’APL pour un parent isolé, en situation d’emploi, avec 2 enfants) soit un résiduel de 245 €

Pour plus de renseignements voir l’agence locale Habitat 44 à Châteaubriant au 14 rue Joseph Jacquard - 02 40 81 32 91


Ecrit le 15 juin 2016

 Aides personnalisées au logement

Un décret du 6 juin 2016 précise les modalités de traitement des impayés de loyers, de charges ou de mensualités de remboursement d’emprunt en matière d’aides personnelles au logement. Ce décret règle les différents cas de figure des impayés de loyer au regard de l’aide personnalisée au logement (APL), de l’allocation de logement sociale (ALS) et de l’allocation de logement familiale (ALF).

Ce décret s’inscrit clairement dans une logique de prévention des expulsions, la procédure sera désormais identique pour tous les allocataires. Les délais de traitement ne devront pas dépasser un maximum de 8 à 11 mois, contre 9 à 16 mois auparavant. Entrée en vigueur le 1er septembre 2016. A consulter : aides au logement