Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Culture, expositions, livres, loisirs, spectacles, sports > Livres > Des idées de lecture

Des idées de lecture

 Aimer éternellement

Une histoire à travers le temps...«  »Aimer Eternellement » retrace la vie mouvementée de trois hommes qui ont vécu à des époques différentes, mais qui ont su conserver le souvenir impérissable d’une femme qu’ils ont jadis aimée.Guillaume Dastrec’h, seigneur du Moyen-Age, a fait creuser une crypte dans la chapelle de son château. Que voulait-il y conserver ? y cacher ? Giacomo Sensa en 1730, a acheté le silence de la ravissante Isabella Cavalieri, fille du plus grand armateur de Venise. Pourquoi a-t-il agi ainsi ? et dans quel but ? Enfin, Arnaud Meynerac, à notre époque, pourra-t-il réaliser la promesse que Morgant avait faite à une toute jeune enfant,dans un temps où la mort ne pouvait être qu’un simple rêve ?

Aimer Eternellement est un roman où l’aspect légendaire et le côté réaliste sont unis sous le couvert de la vie. Le rêve peut parfois se transformer au-delà du temps comme de notre imagination. La vie peut alors se mêler aux siècles passés, pour protéger ce noyau indispensable que tout être humain souhaite garder et sauvegarder, par le reflet de l’amour...(Yannick Michaud est un auteur de Rougé), livre en vente à la librairie Lanoë à Châteaubriant

 Shorty Rogers Story

Michel Prodeau (qui habite Erbray) est un authentique amoureux du jazz. Il fut dans les années 50-60, président du Jazz-Club de Nantes et du Hot-Club de Loire-Atlantique. Sa passion première, au temps où il pratiquait la trompette, fut la West Coast et c’est à l’un des maîtres à penser du jazz californien, Shorty Rogers, qu’il vient de consacrer un livre. Il ne s’agit pas d’une étude musicologique, mais d’un récit biographique qui retrace l’histoire de cette musique : « décontraction, sonorité veloutée, atténuation du vibrato, sobriété de l’expression (...) un jalon incontournable de la belle épopée du jazz ».Son récit, bien enlevé, est aussi une excellente initiation au jazz des années d’après-guerre. On y découvre un homme, Shorty Rogers, qui connu le succès à 18 ans, et qui a su constamment innover, créer « une musique ouverte, colorée, parfois impertinente et s’aventurer dans le free-jazz ».« Musicien doué, compositeur arrangeur prolifique, Shorty Rogers possédait aussi une autre qualité pour réussir : l’humour »Pour les non-spécialistes, on trouvera aussi un glossaire du jazz.Shorty Rogers Story, par Michel Prodeau, (Ed. Opéra)

 C’était hier et c’est demain

Hélène Cadou a attendu près de 50 ans pour nous livrer ses souvenirs. Son mari, René Guy Cadou souhaitait qu’elle tienne un journal. Elle ne l’a jamais fait, sachant que les années étaient comptées. Le livre qu’elle nous donne aujourd’hui est bouleversant. A travers une écriture lumineuse, elle retrace que fut leur vie à Louisfert de 1946 à 1951, avec ce bonheur tout neuf qui s’assombrit peu à peu au fil de la maladie. La mort survient dans la chambre « à l’avant du navire » le 21 mars 1951.La demeure du poète, où « celui qui rentre par hasard » est toujours le bienvenu, qu’il soit facteur, amoulageur ou écrivain, est au centre du récit. Les amis (qu’Hélène nomme par leurs initiales) débarquent dans la maison d’école, où chaque soir à cinq heures l’instituteur en enlevant sa blouse, redécouvre sa « table à poèmes » comme le menuisier retrouve son établi. Hélène Cadou écrit avec pudeur et retenue. Les mots choisis avec soin tissent dans la joie et la douleur les fils du récit.

Les ouvrages précédents d’Hélène Cadou sont des recueils de poèmes. Celui-ci est son premier livre en prose. La limpidité du style, l’émotion toujours contenue, en font un livre d’une grande beauté. De plus, pour les castelbriantais, c’est tout un monde aboli qui renaît, les jours gris de l’Occupation avec le souvenir des 27 Otages croisés par le poète un mercredi d’octobre, les feuilles de papier achetées dans la Grand Rue, le bistrot des Terrasses, et l’ancien hôpital... N.M.

C’était hier et c’est demain. Livre d’Hélène Cadou. Préface de Philippe Delerm. Paris. Editions du Rocher, 2000

 L’opinion, ça se travaille

 : Les médias, l’OTAN et la guerre du Kosovo par S.Halimi et D. Vidal

Dans la nuit du 23 au 24 mars 1999, l’OTAN déclencha contre la Yougoslavie une offensive aérienne qui allait durer 78 jours. A cette occasion, une nouvelle forme de propagande fut expérimentée par des professionnels de la communication. Beaucoup plus efficace que la vieille censure militaire, elle permit d’occulter les principales questions gênantes sur les motifs réels de l’opération et sur ses "bavures". On abreuva les écrans d’images de réfugiés fuyant un "génocide" et de récits invérifiés de "charniers". La plupart des grands medias accompagnèrent ainsi, librement, l’entreprise de conditionnement de l’opinion engagée par les gouvernements occidentaux.

Un général de l’OTAN avoua : "Pour les bavures, nous avions une tactique assez efficace. Le plus souvent, nous connaissions les causes et les conséquences exactes de ces erreurs. Mais afin d’anesthésier les opinions, nous disions que nous menions une enquête et nous ne révélions la vérité que quinze jours plus tard, quand elle n’intéressait plus personne. L’opinion, ça se travaille comme le reste » .

Journalistes au « Monde diplomatique », Serge Halimi et Dominique Vidal décryptent dans ce livre la réalité de la guerre et le traitement médiatique auquel elle donna lieu. En France, les grands journaux jugèrent leur information "exemplaire". Collection « Contre-feux » - 96 pages / 35 F.Illustrations ; chronologie des événements.

 Pieds de lit et Lait de pie

« J’ai adossé ma bibliothèque à un jardin » : Denise le Dantec, jamais déracinée d’une « enfance paysanne, sauvageonne et curieuse » a réalisé une encyclopédie de 1822 pages sur les herbes. Qu’est-ce qu’une herbe ? « Plante dont la tige molle et verte meurt chaque année, petite plante qui pousse naturellement partout où les conditions lui sont favorables » dit le dictionnaire Larousse.Poivre des murailles, Quenouille potagère, Sarbouillotte, Chiendent, Pieds de lit, Lait de Pie, Vit du prêtre, Muguet des dames, Nombril de Vénus, Pain de couleuvres, Salade de lièvre, Ortie royale, Aigremoine, Myosotis et Pensées, Liserons et Renoncules ... Denise Le Dantec a sectionné son ouvrage selon des normes géographiques : herbes du littoral, herbes des eaux vives et dormantes, herbes des montagnes, herbes des bois et forêts, herbes des talus, mauvaises herbes et herbes folles, herbes citadines... Son encyclopédie fait cohabiter les planches botaniques et les recettes de cuisine, le savoir pharmaceutique, la reproduction de tableaux, les citations littéraires et les notations historiques, esthétiques, touristiques.

Elle raconte les compétitions auxquelles se livrent les herbes pour l’occupation d’un territoire. Elle établit une relation entre les violents combats de bisons en rut sur la prairie Nord Ouest Américaine et le nombre astronomique d’herbes qui y poussaient. Elle explique les haines des plantes. « On dit que l’olive et la vigne haïssent le chou, et que le concombre fuit l’olive ». Elle parle de cette herbe « zizanion » si nocive qu’elle donna le terme de zizanie. (d’après un article de Jean-Luc Douin pour Le Monde du 30 juin 2000)Encyclopédie poétique et raisonnée des herbes, par Denise le Dantec aux Ed. Bartillat - 1822 pages - 159 F -

 La Maison du poète

L’année 2003 est la dixième saison de la Demeure de René Guy Cadou : Plus de 10000 personnes sont venues à Louisfert dans ce petit Musée, qui favorise les rencontres   toutes simples, celles qui donnent du bonheur aux gens. LE MAGAZINE LITTERAIRE a envoyé durant une journée, une journaliste Evelyne Bloch-Dano pour faire un reportage sur Louisfert, qui pa-raîtra en septembre. Cette journaliste prépare un livre sur les Maisons d’écrivains en France, sujet d’actualité car il y actuellement une exposition à la Bibliothèque Nationale sur les maisons d’écrivains et Louisfert est en bonne place.

Hélène CADOU vient de faire paraître deux livres : un recueil de poèmes « Si nous allions vers les plages » (Ed. Rougerie) et un essai « Une vie entière, René Guy Cadou, la mort, la poésie » (Ed. du Rocher)Jean-Joseph Julaud de Conquereuil, auteur du « Petit guide du français correct », vendu à 500 000 exemplaires vient de faire paraître deux petits livres chez First dont l’un est consacré aux maths et aux sciences. (C’est rare). C’est très bien fait, humoristique et convivial.

Le 25 août il fera également paraître un roman :"Café grec" aux Editions du Cherche Midi.Monique Demagny, va faire paraître en septembre "Les jardins d’Amérique" (Ed.Siloë), suite de "L’odeur sucrée des magnolias" qui a remporté un joli succès. Ce dernier livre figure dans le numéro 25 de la revue « Encres de Loire » publiée par le Conseil Régional (http://www.paysdelaloire.fr)

Michel Prodeau (Erbray) avec « L’histoire de Pays Nantais racontée aux enfants » figure aussi au numéro 25 de « Encres de Loire » avec « Loire-Atlantique, espace d’espoir » Une rencontre avec Yves Cosson, a été publiée au numéro 24 de la même revue (sur quatre pages).

Les Amis de l’Histoire vont faire paraître leur numéro annuel en septembre. Il sera en vente à la Foire de Béré.

Si vous avez des cadeaux à faire n’oubliez pas : Guy Le Bris (la tombe des Fombrayeux), Bruno Leroy (Il était une fois ... Châteaubriant), Noëlle Ménard (1900, apprenti dans l’automobile), Christian Bouvet (Châteaubriant, histoires) et, plus ancien, Roger Cavé (Le Moulin du Pont à Sion-les-Mines).

 La longue invention de la tolérance

Au sein des guerres de religion qui ont déchiré l’Europe à la fin de la Renaissance, des réflexions neuves se sont élaborées. L’idée de tolérance a débouché sur la liberté de conscience, la laïcité, la séparation de l’Etat et des Eglises. Aujourd’hui des tensions s’avivent à nouveau entre les cultures, fanatismes et violences s’intensifient. La tolérance deviendra-t-elle une idée « neuve » dans le monde ?Sous la direction de Yves Charles Zarka, Franck Lessay et John Rogers, une importante étude vient de paraître en trois tomes. Le premier rassemble une douzaine d’études inédites consacrées aux questions que soulevaient, autrefois, la contrainte religieuse, la liberté de conscience, les rapports de l’Eglise et de l’Etat. Le second volume reprend la Lettre sur la tolérance de John Locke et d’autres textes significatifs des débats du temps. Le troisième volume contient un texte de Pierre Bayle sur l’idée de persécution religieuse : pour que des confessions multiples puissent co-exister sans se déchirer, il faut que la religion soit radicalement séparée du pouvoir d’Etat et que chaque groupe renonce à contraindre qui que ce soit.Un week-end consacré à la tolérance a eu lieu à Rennes les 28-29-30 août - avec Yves Charles Zarka. Tél 02 99 79 35 14

Voir aussi :

Site poésie et contestation

idées de lectures (01)
idées de lectures (02)
idées de lectures (03)
idées de lectures (04)
idées de lectures (05)
idées de lectures (06)
idées de lectures (07)
idées de lectures (08)
idées de lectures (09)
idées de lectures (10)
idées de lectures (11)
idées de lectures (12)
idées de lectures (13)
idées de lectures (14)
idées de lectures (15)
idées de lectures (16)
idées de lectures (17)
idées de lectures (18)
idées de lectures (19)
idées de lectures (20)
idées de lectures (21)
idées de lectures (22)
idées de lectures (23)
idées de lectures (24)
idées de lectures (25)
idées de lectures (26)
idées de lectures (27)
idées de lectures (28)

René Guy Cadou
Guy Le Bris

Jacques Raux

commande de livres : librairie Le Farfadet