Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Santé > Démographie médicale, enquête 2015

Démographie médicale, enquête 2015

Ecrit le 24 juin 2015

 Atlas de la démographie médicale

Le Conseil national de l’Ordre des Médecins vient de publier sa nouvelle édition 2015 de l’Atlas de la démographie médicale.

 Il y a des médecins ….

Avec 281 087 médecins inscrits au tableau de l’Ordre en 2014, la France n’a jamais compté autant de médecins et le nombre de médecins actifs a doublé en 35 ans (215 539 médecins étaient en activité en 2014). Certains territoires semblent pourtant de plus en plus manquer de médecins.

L’Atlas démontre que la population médicale est vieillissante (26,4% des inscrits au tableau ont plus de 60 ans, 23% du total sont retraités et cette proportion augmente) et que, chaque année, pas moins de 25% des médecins diplômés d’une faculté française décident de ne pas s’inscrire à l’Ordre pour exercer d’autres professions, dans le journalisme ou l’administration par exemple, au détriment du soin.

 Féminisation et exercice libéral

Les femmes médecins sont beaucoup plus nombreuses que les hommes chez les moins de 45 ans et 58% des nouveaux inscrits sont des femmes. Cette fémini-sation avérée de la profession profite largement au secteur libéral : 60% des médecins généralistes libéraux mixtes âgés de moins de 40 ans sont des femmes (alors que 80 % des 60 ans et plus sont des hommes). Si l’on note une tendance de fond chez les nouvelles générations de médecins, hommes comme femmes, de pouvoir concilier vie professionnelle et vie privée, cela ne veut pas dire que les jeunes générations ne souhaitent plus exercer en libéral : lors de leur première inscription à l’Ordre, 15% des jeunes médecins choisissent l’exercice libéral /mixte en 1re intention, mais cinq ans plus tard, ils sont 40% à s’orienter vers ce mode d’exercice.

 Déserts médicaux

Les territoires en danger pour les soins de premier recours ne concernent pas exclusivement les territoires ruraux mais aussi les métropoles, comme Paris, voire des villes moyennes, comme Château-roux. Sur la période 2007/2015, la région Ile-de-France recense une diminution de 6% des médecins en activité régulière, alors que la région des Pays-de-la-Loire comptabilise une hausse de 6%.

 Diplôme étranger

Le nombre de médecins titulaires d’un diplôme obtenu hors de France augmente depuis 2007 (+42,7%), toutefois ces médecins ne peuvent pas aujourd’hui pallier le manque d’effectifs car ils privilégient massivement l’exercice salarié (62%) ou mixte (13%). Seul un quart d’entre eux exerce en secteur libéral exclusif. Par ailleurs, ces médecins privilégient les territoires à forte densité et ne constituent pas réellement une réponse à la désertification.

 Médecine générale ou spécialisation ?

On note une baisse constante depuis 2007 des effectifs en médecine générale (on est passé de 64 778 médecins généralistes en 2007 à 58 104 en 2015, soit une baisse de 10,3%, Une nouvelle baisse de 6,8% est à prévoir pour les années 2015-2020).

Du côté des spécialités, l’exercice libéral reste en progression (entre 2007 et 2015, il était en hausse de 6,2% pour les spécialités médicales et de 25,8% pour les spécialités chirurgicales). Toutefois, quatre spécialités sont en souffrance : la rhumatologie (-10,3% depuis 2009), la dermatologie (-7,7% depuis 2009), la chirurgie générale (-24,7% depuis 2009), l’ORL (-7,8% depuis 2009).

Pour aider à l’installation des médecins et repérer les zones sous-dotées, le Conseil de l’Ordre a créé une cartographie interactive, véritable outil d’aide à la décision, sur son site internet

’Atlas 2015 peut être consulté ici 

 Pays de Loire

Sur la période 2007-2010, la région Pays-de-Loire enregistre une hausse de 6% des
effectifs des médecins inscrits au tableau de l’Ordre. Sur cette période, 601 médecins ont quitté leur région pour exercer en région Pays-de-Loire. Le département de Loire-Atlantique attire 42,6% de ces nouveaux arrivants ; la Vendée se positionne en 2e rang (19,8%).

Ces médecins exerçaient auparavant en région Ile-de-France (24%), en Bretagne (10,3%) et en région Centre (9,2%).

Au 1er janvier 2015, la densité médicale métropolitaine est de 281,4 médecins pour 100 000 habitants. La région Picardie recense la plus faible densité avec 230,9 médecins pour 100 000 habitants tandis que la région PACA enregistre la plus forte densité avec 352 médecins pour 100 000 habitants. La moyenne Pays de Loire est 254,8 médecins pour 100 000 habitants.


Ecrit le 24 juin 2015

 Territoire et santé

Le Conseil de Développement du Pays de Châteaubriant  , avec Françoise Chartier, a mené une enquête sur la santé. En un temps assez bref, 388 réponses ont été apportées (dont les 3/4 par internet) :

  • 295 des habitants
  • 38 des élus
  • 55 des personnels de santé

Les 2/3 des réponses des habitants émanent de femmes. De même les 3/4 des personnels de santé qui ont répondu sont des femmes. Pour les élus, il y a parité.


Ecrit le 12 avril 2017

 116-117

Trouver un médecin un jour férié ? Faire face à la poussée de fièvre d’un enfant en pleine nuit ? Le 116 117, numéro national gratuit pour joindre un médecin de garde la nuit ou le week-end, est opérationnel à compter de mercredi 5 avril dans la Région Pays de Loire, a annoncé la ministre de la Santé, Marisol Touraine.

Il permet de contacter un médecin généraliste de garde lors des horaires de fermeture des cabinets : les soirs à partir de 20 heures, le week-end à partir du samedi midi et les jours fériés, soulageant par la même occasion le 15, numéro réservé aux Urgences graves disponible 7j/7 et 24h/24.