Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Santé > Hôpital en rose et gris

Hôpital en rose et gris

Ecrit le 01 février 2017

A entendre Mme Samson, directrice du Centre Hospitalier de Châteaubriant, tout est rose dans cet établissement (lire plus loin). Mais une face grise est cependant perceptible, même si elle est tue.

 250 000 € de moins

C’est qu’en effet le Centre Hospitalier de Châteaubriant va recevoir, en 2017, environ 250 000 € de moins qu’attendu. En l’absence de fonds de réserve, cette somme devra être « épongée » par des suppressions de postes : 6 équivalents temps plein, aide-soignantes et infirmières, essentiellement dans les maisons de retraite où, déjà, la situation est tendue. C’est le cas aussi dans d’autres secteurs, comme au long séjour où les résidents ne seront plus réunis le soir pour le repas : ils devront manger seuls dans leur chambre. « On ne se verra plus » disent-ils. Il paraît que cela économise du temps de personnel. Mais cela déshumanise aussi un peu plus l’accueil des personnes !

A part cela, Mme Samson est plutôt contente du bilan du Centre Hospitalier pour 2016. Voici ce qu’elle dit : « 2016 a été une année très riche en projets, une année avec une activité soutenue et une situation financière à l’équilibre ».

 Forte activité

Le nombre de séjours pour l’activité de médecine, de chirurgie et d’obstétrique reste stable par rapport à 2015. « Nous comptons cette année 604 naissances, à peu près le même chiffre que l’an passé »
(rappel : 600 en 2015 et 687 en 2014)

L’activité des urgences continue à augmenter, plus 8,7 % en 2016 par rapport à 2015 ceci représente 19 114 passages.

L’activité de consultations et d’actes externes progresse également de plus 8,8%, en 2016 l’activité s’élève à 63 251.

L’activité de soins de suite et de réadaptation (SSR) est contrastée : en hospitalisation il y a également progression. Pour les personnes venant à temps partiel, il y a une forte augmentation de l’activité : 11 à 12 patients par jour pour 8 places en SSR locomoteur et système nerveux et même chose pour le SSR cardiologie.

L’activité Long séjour, Maison de Retraite reste très élevée et est à son maximum. L’accueil de jour le Tulipier a également atteint un maximum d’activité par rapport à son agrément de 10 places pour personnes âgées atteintes de maladie Alzheimer   ou apparentée.

 Situation financière

La situation financière de l’établissement, bien que les comptes ne soient pas encore totalement arrêtés à ce jour, devrait afficher un résultat équilibré voire un léger excédent.

 Médecins

Du côté des médecins, cela bouge beaucoup : des médecins s’en vont, d’autres arrivent. « Les équipes médicales sont complètes et des compétences supplémentaires ont été recrutées : hématologie et algologie. Aujourd’hui, l’établissement dispose de médecins dans la plupart des spécialités : médicales, obstétricales, gynécologiques et rééducation, ils assurent la prise en charge des personnes hospitalisées mais aussi des consultations de spécialités pour la population ainsi que divers actes techniques : endoscopies, échographie, polygraphie.… »

 Faits marquants 2016

Groupement hospitalier GHT
IRM – annoncée pour mai
Unité cognitivo comportementale
Hébergement temporaire
Augmentation des places SSR Cardio
Télé-consultations
Restructuration IFSI-IFAS

Le Groupement Hospitalier de Territoire de Loire Atlantique (GHT) a été créé le 1er juillet 2016 composé de 13 établissements. L’objectif est de mettre en œuvre une stratégie de prise en charge du patient commune et graduée pour assurer l’égal accès de tous à des soins sécurisés et de qualité en garantissant une offre de proximité et l’accès à une offre de recours.

 Le projet de demande d’autorisation d’un équipement IRM par le Centre Hospitalier a reçu un avis favorable de l’ARS   (Agence Régionale de Santé) et a été autorisé par décision du 17 juin 2016. L’équipement sera installé en début d’année et pourra réaliser les premiers examens à partir de mai 2017. Il s’agit d’un appareil d’imagerie à résonnance magnétique fixe, il se situera entre la radiologie conventionnelle et le scanner, il fonctionnera avec des vacations des radiologues de la SCM de Béré, de la société de radiologie rennaise IMB et avec un praticien à temps partagé avec le CHU de Nantes.

Pour développer la prise en charge des personnes souffrant de maladie alzheimer  , l’établissement avait déposé un dossier de demande de reconnaissance contractuelle d’une unité cognitivo comportementale (UCC) de 12 places au sein du service Soins de Suite et de Réadaptation de Pouancé. Cette activité est destinée à prendre en charge des personnes porteuses de maladies alzheimer   ou maladies apparentées nécessitant des soins de suite et de réadaptation sans contention physique et médicamenteuse, par le recours à une organisation de soins adaptés. L’établissement a reçu la reconnaissance contractuelle le 3 novembre 2016.

Le Centre Hospitalier avait également déposé auprès de l’ARS   et du Conseil Départemental un dossier de demande d’autorisation de 10 places d’hébergement temporaire. En fin d’année 2016, l’établissement a obtenu l’autorisation.

Avec l’autorisation de ces deux derniers projets, le centre hospitalier propose une filière gériatrique complète.

Comme indiqué précédemment, l’activité de Soins de Suite et de Réadaptation (SSR) Cardio à temps partiel présente une activité en forte augmentation. La capacité existante ne suffisant plus, l’établissement a sollicité une augmentation de places qui a été autorisée par l’ARS   portant ainsi la capacité de 6 à 8 places.

Le projet de télé-consultations spécialisées avec les maisons de retraite du territoire s’est mis en place en fin d’année 2016. Ainsi des résidents du territoire de Châteaubriant, pour certains fragiles, peuvent bénéficier de consultation de spécialité : gériatrie, plaies, diabète, sans déplacement.

Autre événement marquant, en janvier 2016, l’emménagement du service de Soins de Suite et de Réadaptation de Nozay de 30 lits dans de nouveaux locaux suite à une opération de restructuration et d’extension du bâtiment. Le montant de l’opération est de 4,3 millions d’euros. Ces travaux finalisent la restructuration du site de Nozay après la construction du bâtiment les Cèdres qui accueille des personnes âgées.

Toujours en 2016, le Président du Conseil Régional accorde à l’établissement une subvention de 1,4 millions d’euros pour la réalisation de travaux de restructuration de l’IFSI (Institut de formation en soins infirmiers) et de l’IFAS (institut de formation d’aide-soignants). Le bâtiment est ancien, il date de 1976. Il est vétuste. Les surfaces sont devenues exiguës, (petit rappel au moment de la construction du bâtiment l’école comptait 30 élèves infirmiers par promotion et 20 aide-soignants, aujourd’hui l’institut accueille 50 étudiants infirmiers par promotion et 30 élèves aide-soignants par promotion). Dans le même temps la durée des études a augmenté, aussi l’école compte aujourd’hui 180 étudiants et élèves.)

Par ailleurs a été poursuivie la mise en œuvre du projet d’établissement notamment le volet social sur les aspects amélioration des conditions de travail. Pour améliorer les conditions de travail, divers actions ont été menées : bien être au travail, prévention des risques psycho-sociaux, contrat local d’amélioration des conditions de travail, achat de matériel et d’équipement, mise en place de groupes d’activité physique, relaxante, formation gestion du stress, formation prévention des risques liés aux déplacements. [le mieux aurait été : la création d’emplois]

Toujours sur le volet social, l’établissement développe une politique d’intégration des personnes handicapées, celle-ci s’est traduite par la signature d’un conventionnement FIPHFP (Fonds pour l’Insertion des Personnes Handicapées dans la fonction publique) et le recrutement de personnes handicapées mais aussi par l’obtention d’un prix lors du 19e trophée de l’innovation handicap, 1er prix national de la catégorie structures sanitaires et sociales, dossier présenté par l’IFSI/IFAS relatif à l’intégration d’une élève atteinte de handicap dans le cadre d’une formation aide soignante.

Sur l’année 2016, ont été menées des actions de communication : nouveau site internetqui a du succès au regard du nombre de clic   enregistrés.

Mme Samson a évoqué aussi « quelques actions à l’attention du public sur : l’allaitement maternel, la lutte contre le SIDA, l’emploi des handicapés, la sécurité du patient, la vaccination » et la participation de l’établissement à divers forums, conférences et expositions.

 Perspectives 2017

La poursuite de la mise en œuvre du Groupement Hospitalier de Territoire de Loire Atlantique :
- projet médical partagé, les orientations stratégiques et les filières de soins prioritaires ont été définies en 2016. Au 1er semestre 2017 seront déterminés les principes d’organisation des activités au sein de chaque filière,
- plan d’actions achats, système d’information hospitalier convergent, plan de formation, coordination des instituts de formation infirmière et aide-soignant.

Autre projet 2017, la mise en place d’une pharmacie à usage intérieur unique par regroupement des trois pharmacies existantes sur le site de Châteaubriant avec automatisation de la dispensation nominative individuelle du médicament par prise pour les maisons de retraite.

Par ailleurs, divers travaux seront conduits :
- l’aménagement des locaux et l’installation de l’IRM sur le début de l’année.
- l’aménagement des locaux pour accueillir l’unité cognitivo comportementale sur Pouancé
- la restructuration et l’aménagement du plateau technique de rééducation permettant une augmentation des surfaces et l’amélioration des locaux (travaux en cours).
- l’aménagement de la pharmacie dans le contexte de regroupement et pour l’installation d’un robot de dispensation.
- le début des travaux de l’IFSI/IFAS, travaux d’isolation, d’accessibilité et d’amélioration de l’environnement intérieur.

Sera développé et mis en place l’hôpital de jour pédiatrique pour la prise en charge des troubles de l’apprentissage.

Sera également développée l’hospitalisation de jour gériatrique.
Les locaux de l’hôpital de jour actuel seront étendus et restructurés pour faciliter la prise en charge pluri-professionnelle, ceci est rendu possible suite au déménagement du service informatique dans de nouveaux locaux dans le bâtiment administration.

 Addictologie

La filière addictologie sera structurée et développée autour de l’hôpital de jour, du sevrage complexe et de l’addictologie de liaison. Cette dernière activité est en attente de reconnaissance contractuelle de l’ARS  .

Autre projet, la création d’une unité de soins continue médico-chirurgicale en partenariat avec la clinique Sainte Marie, celle-ci nécessite également une reconnaissance contractuelle. Le dossier est déposé l’établissement est en attente de la réponse de l’ARS  . Cette unité a pour vocation de prendre en charge des malades nécessitant en raison de la gravité de leur état ou du traitement une surveillance continue.

Au mois d’avril 2017 du 10 au 14, l’établissement recevra la visite de certification des experts de l’HAS. La certification a pour but d’évaluer la qualité et la sécurité des soins dispensés et l’ensemble des prestations délivrées par l’établissement. C’est une appréciation globale et indépendante afin de favoriser l’amélioration continue des conditions de prise en charge. La visite permet d’identifier les conformités et les écarts par rapport aux critères du manuel de certification.

Le Centre Hospitalier lancera au premier semestre 2017, la réflexion sur le nouveau projet d’établissement pour les 5 années à venir,

En conclusion Mme Samson a remercié toute la communauté hospitalière « pour son engagement, son investissement et son implication au quotidien auprès des patients et des résidents, pour tout le travail accompli avec un grand professionnalisme et le sens du service public dans une démarche de qualité et de sécurité des soins ».

Elle a ajouté des remerciements pour la mobilisation des personnels et leur engagement en ce début d’année pour faire face aux « tensions hospitalières » (augmentation du nombre de passages aux urgences et surtout augmentation du nombre d’hospitalisations en médecine liées à la période hivernale et au contexte épidémique).


 Pourquoi ces lourdeurs ?

Le docteur Coisne, président de la Commission Médicale d’Etablissement, a ensuite donné son point de vue. Il se réjouit du démarrage, en 2017, de nombreux projets (lire plus haut). « Ces projets longuement mûris vont apporter une réelle amélioration dans la prise en charge de nos patients du territoire. » mais il regrette « le temps passé entre la décision du Centre Hospitalier de s’engager et la mise en œuvre ».

« Il ne s’agit pas ici de trouver des coupables, des responsables mais de s’interroger sur les freins et les obstacles qui expliquent ces retards, car ces délais très longs risquent de décourager les acteurs et de casser les dynamiques. Une des causes est sans doute la multiplication des structures impliquées, et la lourdeur de la chaîne de décision. Une réflexion apparait nécessaire, peut être au sein du Groupement Hospitalier de Territoire »

L’informatisation du dossier médical des patients est maintenant en bonne voie, avec très prochainement un logiciel unique, qui permettra un meilleur accès aux données médicales et paramédicales des patients, ce qui est un gage de qualité de leur prise en charge. A terme, en fait en 2020, il faudra passer à une étape supplémentaire ; la connexion des systèmes informatiques des établissements du GHT ce qui permettra une meilleure connaissance du dossier médical des patients pris en charge par les différents établissement, tout en respectant les règles de confidentialité, auquelles le collège médical du groupement hospitalier du territoire est très attaché.

Le groupement hospitalier : « c’est un projet qui avance dans un esprit positif, égalitaire, Nous avons tous compris que l’avenir est dans une relation saine entre les établissements, dans le respect de la subsidiarité et avec une prise en charge du patient au plus près du patient chaque fois que cela est possible. Il vaut mieux déplacer les médecins que les malades ».

« Un autre défi nous attend. La certification qui aura lieu début avril avec un niveau d’exigence à chaque fois plus élevé. Il y a une nouveauté : l’implication des patients donc certains vont être écoutés par les experts visiteurs. Ce regard des usagers est très important dans notre démarche d’amélioration des pratiques ».

« Enfin je voudrais souligner , dans une période marquée par des épidémies qui surchargent encore le travail des hôpitaux en période hivernale la réaction du personnel de l’hôpital, qui a fait preuve d’esprit de dévouement, de solidarité entre les services, de cohésion dans cette période de tension, tout en continuant des prises en charge efficaces, professionnelles des patients ».


 N’engorgez pas !

Il existe à Châteaubriant un CAPS -(Centre d’Accueil et de Permanence des soins). Pour s’y rendre les patients doivent au préalable appeler le 15. En semaine, il est ouvert de 20 h à minuit, le samedi de 12 h à minuit et le dimanche de 8 h à minuit. En nuit profonde, il y a un médecin mobile. Et dorénavant, si une personne se présente aux urgences pour une consultation elle sera redirigée vers le Caps. Un système pourrait être mis en place pour que les patients n’aient pas à avancer le règlement des consultations.