Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Le niveau de vie à Châteaubriant

Le niveau de vie à Châteaubriant

Ecrit le 25 octobre 2017

L’INSEE vient de publier les chiffres sur les niveaux de vie médian des ménages en 2014 aux différents niveaux géographiques
voir le site statistiques/3126432 

Le niveau de vie « médian », ce n’est pas le niveau de vie moyen. Le niveau de vie « médian » partage la population en deux parties : ceux qui ont un niveau de vie supérieur à la médiane et ceux qui ont un niveau de vie inférieur. Ainsi, à Châteaubriant, la moitié des habitants a un niveau de vie inférieur à 18 211 €.

Le Figaro publie une carte avec accès aux données par commune : voir le site niveau-vie-2014

On note des différences importantes selon les régions françaises :

La Bretagne a le plus bas taux de pauvreté et un revenu médian de 20 470 €. Les Pays de Loire ont aussi un faible taux de pauvreté (11,1%) et un revenu médian de 20 149 €. Le territoire Châteaubriant-Derval-Nozay est donc dans une région riche. Youpi ! Mais hélas les choses sont moins drôles car :

- la ville de Châteaubriant a un taux de pauveté de 18,4 %
- la ville de Châteaubriant a un revenu médian de 18 211 €
Tout cela la situe dans une situation pire que celle de la Région Hauts de France, région aux plus faibles revenus de France métropolitaine. On ne s’étonne donc pas de voir Châteaubriant placée au 26 727e rang des 36 274 communes de France métropolitaine.

Le graphique ci-dessus donne une idée de la diversité des revenus. Avec 17005 € de revenu médian, Soulvache est loin derrière Saffré qui chiffre à 19 742 €. Globalement le Pays de Châteaubriant  -Derval-Nozay se situe dans la moitié la moins riche de la France car Saffré, commune la plus riche, est 18 103e sur 36 274 et Soulvache, commune la plus pauvre, est 30 699e.

Il est intéressant de comparer la ville de Châteaubriant avec les communes voisines.

Sans aller juqu’au niveau de La Chapelle sur Erdre ou de Nantes on voit que
Châteaubriant est en fin de liste plus bas que Derval, Segré, La Guerche, Martigné-Ferchaud, Pouancé.

Erbray, avec 19 277 € est loin d’Ancenis (20 686 €) et même de Janzé et Nort s/Erdre.

C’est une réalité dont il faut tenir compte quand arrive le choix des politiques
publiques.

Cela explique aussi pourquoi les résultats du Tram Train et de Aquachoisel ne sont pas à la hauteur des espérances.

Si le détail des chiffres vous intéresse, vous pouvez le retrouver ici : voir le site niveau-de-vie-2014.pdf

Riche, aisé, moyen, pauvre ?

En se basant sur le travail de l’Observatoire des Inégalités, Le Figaro a édité le graphique ci-dessus permettant de vous situer par rapport au reste des Français (à partir de données de 2011) :

D’abord, identifiez la ligne verticale correspondant à votre situation familiale (célibataire sans enfant, couple avec un enfant, etc). Puis, repérez le revenu total de votre ménage sur les courbes pour découvrir à quelle zone colorée vous appartenez (classe aisée, classe moyenne, etc). Seul inconvénient de ce découpage : il ne prend pas en compte le coût du logement, du transport, ou de l’énergie, qui varient fortement en fonction du lieu d’habitation.

L’aggravation du fossé entre les plus riches et les plus pauvres est le principal risque qu’encourt le monde au cours des années à venir. Les événements météorologiques extrêmes, le chômage, le changement climatique et les cyberattaques viennent ensuite dans la hiérarchie des risques les plus à même « de provoquer un choc systémique à l’échelle mondiale ».