Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Conseil Général, Conseil Régional > Conseil Régional > CR - B.Retailleau > Oui à la réinsertion des détenus

Oui à la réinsertion des détenus

Ecrit le 22 novembre 2017

Oui à la réinsertion

Le Front National a publié, le 16 novembre, un communiqué dénonçant le fait que le Conseil régional finance des formations pour les détenus. Le groupe PS du Conseil Régional communique :

Au regard de la loi, la peine de prison, comme tout autre peine, a pour fonction de sanctionner l’auteur de l’infraction mais également de «  favoriser son amendement, son insertion ou sa réinsertion  ». L’équilibre social de la société dépend de la réussite de cette (ré-) insertion.

Selon le ministère de la justice en 2017, « Plus de la moitié des personnes détenues se situe, au mieux, à un niveau de fin d’études primaires et ne dispose pas de réelle qualification professionnelle ; le taux d’illettrisme de la population détenue est d’environ de 10,9 % » soit un taux supérieur à la moyenne nationale. La formation, qu’elle soit générale ou professionnelle, constitue donc l’un des outils essentiels de la réinsertion. La Région Pays de Loire peut s’enorgueillir d’avoir expérimenté, la première en France, avec la Région Aquitaine, en 2011, la prise en charge des formations à destination des personnes détenues.

Cette expérimentation est devenue la norme puisque la loi de mobilisation des Régions pour la croissance et l’emploi et la promotion de l’égalité des territoires, rend effective la généralisation du transfert aux Régions de l’organisation et du financement de la formation professionnelle à compter du 1er janvier 2015. Nous ne cessons de rappeler la loi au groupe FN  .

Que cela plaise ou non au FN  , notre groupe est fier d’avoir été avec Jacques Auxiette et Jean-Philippe Magnen, à l’origine de l’expérimentation de la formation des détenus par les Régions. Cette formation est essentielle pour accompagner la sortie de détention et l’insertion à la vie professionnelle des détenus, elle demeure le premier moyen d’éviter la récidive.