Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Commerce-artisanat > J’étais client-mystère

J’étais client-mystère

Voici le témoignage de quelqu’un qu’habituellement on ne remarque pas : un client-mystère. C’est un homme ou une femme, recruté pour visiter une série de magasins, une agence bancaire, quelques hôtels, un restaurant … Il y a beaucoup d’agences de client-mystère, comme quoi ça doit être une activité intéressante. Intéressante pour qui ? Voyons voir … Vous vous inscrivez auprès d’une de ces agences. Si vous êtes agréé, vous recevez plein de propositions par mail, à vous de dire si vous acceptez, et puis d’attendre de voir si vous êtes retenu.

Notre homme, lui, habite Châteaubriant, un jour on lui demande d’aller visiter un hôtel à Vannes. « J’aurais peut-être été intéressé par 6 ou 7 hôtels, mais pas par un seul, car il faut le temps d’aller à Vannes, le temps de faire le rapport … et un salaire de dix euros, en tout et pour tout » (même pas 10 €uros de l’heure) sans compter les frais de route « qu’on nous rembourse à 0,25 € du km »

Une autre fois, notre homme a été chargé de tester onze banques à Nantes, avec un scénario tout préparé, par exemple :

  • - vous êtes un homme âgé de 35 - 45 ans venant de percevoir 63 000 € suite à la vente d’un bien immobilier familial (indivision entre 4 frères et sœurs).
  • - Compte tenu de la somme, vous souhaiter avoir un avis autre que celui de votre banque.
  • - Vous n’aimez pas le risque mais vous êtes quand même déçu par les faibles taux d’intérêt des livrets. Vous pourriez accepter un peu de risque pour augmenter les rendements. Etc – etc.

« C’est à nous de prendre les rendez-vous dans les banques, de nous habiller correctement (dame ! Avec un héritage de 63 000 euros !), d’apprendre le scénario, de nous rendre au rendez-vous et de bien mémoriser la situation car il y a un questionnaire détaillé à remplir ». Exemple :

  • - Le conseiller vous demande-t-il si vous êtes client de la banque ? oui-non
  • - Le conseiller vous demande-t-il les raisons pour lesquelles vous avez choisi sa banque ? oui-non
  • - Le conseiller vous interroge-t-il votre situation professionnelle (salarié, entreprise, ancienneté dans l’entreprise, CDI ou pas, fonction - hors revenus) ? oui-non
  • - Le conseiller vous interroge-t-il sur la situation professionnelle de votre conjoint ? (salarié, entreprise, ancienneté dans l’entreprise, CDI ou pas, fonction - hors revenus) ? Oui-non

Et, au retour de la visite, le client-mystère doit remplir un questionnaire d’une quinzaine de pages. « Cela m’a pris deux heures par banque, j’ai été payé 10 euros par banque, plus une prime globale de 3 € et un dédommagement kilométrique de 0,25 €/km. Ce n’est pas payé ! ».

De plus, les sociétés qui organisent ces visites surprise exigent souvent de leurs clients d’avoir smartphone, véhicule, connexion internet, imprimante, etc.

« Des visites de ce type, cela peut être sympa quand il est question d’essayer une voiture ou de tester un restaurant. Une fois, on nous a fait acheter un bifteck de 120 g, ou des filets de maquereaux, ou des sous-vêtements (pour voir si la caissière les met bien dans un sac plastique). Une autre fois j’étais chargé de négocier la vente d’une belle voiture et, pour cela, de m’habiller « chic ». Pour voir, je me suis vêtu un jour en jean : funeste comportement, j’ai été regardé de haut ! Comme quoi, selon le proverbe bien connu, « l’habit fait le moine ».

Ce n’est pas pour la rémunération qu’il faut faire ce genre de « métier ». Ce peut-être pour répondre à un besoin de découverir des villes et professions différentes. C’est une forme de « vie sociale », un jeu en quelque sorte : un jour on est célibataire fortuné en quête d’un placement, une autre fois on est père de famille nombreuse soucieux d’acheter un véhicule assez grand. Ou bien amoureux transi cherchant un sous-vêtement pour sa dulcinée. En revanche, il est plus difficile de se faire passer pour sourd, ou de prétendre disposer d’un placement boursier quand on n’y connaît rien ! Il faut savoir sélectionner les « missions » en fonction de ses capacités.

Quand c’est bien fait, ce genre de visite peut peut-être améliorer les choses, mais, étant donné le prix où c’est payé, il y a peu de chances que l’enquête soit fouillée.

 Sondage orienté

En tout cas, elle peut servir de sondage et c’est là que cela devient inquiétant ! Par exemple quand, sur une enquête de « discrimination », il est demandé de répondre à la question suivante :

Pensez-vous que les citoyens musulmans sont des Français comme les autres ?

  • - Non, pas du tout
  • - Non, pas vraiment
  • - Oui peut-être
  • - Oui, tout à fait.

Le simple fait de poser la question sous-entend qu’il y a problème ! Ce n’est pas innocent !

 Arnaque

Des annonces de client-mystère, on en trouve à la pelle ! Y compris à Pôle-Emploi et leboncoin ! Avec, de temps en temps, une arnaque en prime : la société qui vous embauche paie deux ou trois mois après l’enquête, ou ne vous paie pas du tout. Un chômeur peut alors difficilement engager une procédure pour se faire payer quelques dizaines d’euros ! Sans parler des grosses arnaques autour de Western Union.

C’est simple, et plus c’est gros, plus ça marche ! L’annonce dit ceci : « Un chèque vous sera envoyé pour vous permettre de disposer de fonds qui seront transférés à un autre client mystère qui comme vous évaluera un autre point Western Union. Vous déposez les chèques dans votre compte. Vous retenez votre salaire de 100 euros. Vous pouvez transférer le solde (après soustraction de votre salaire et les frais bancaires possible) aux nom et adresse qui seront joints. Vous pouvez faire cela jusqu’à cinq fois par semaine ». Il y a des personnes qui, ainsi, ont reçu des chèques de 1000 €, qu’elles ont versé sur leur compte et, sans se méfier, elles ont fait aussitôt un transfert de 900 euros. Sauf que les chèques de 1000 €uros étaient … faux ! Les personnes ont donc perdu 900 euros à chaque transfert effectué.

 La loi et le client-mystère

Un projet de loi sur la consommation est actuellement en discussion à l’Assemblée Nationale (9-10 et 16 décembre) reprenant à son compte le concept d’obsolescence programmée qui désigne la pratique consistant à réduire la durée de fonctionnement d’un produit afin que les consommateurs le renouvellent plus rapidement. Dorénavant, le fabricant d’un produit devra informer son distributeur de l’existence et de la disponibilité des pièces détachées nécessaires à la réparation. Ces informations seront obligatoirement données au client lors de l’achat. L’administration pourra s’en assurer par des opérations « client mystère », où ses agents joueront les consommateurs dans les magasins.


NOTES:

(1) Exemple … nous recherchons jeunes femmes de 20 à 45 ans, enceintes ou jeunes mamans de bébés de 0 à 6 mois

(2) Autre exemple : Autre exemple : nous recherchons, homme de 31-69 ans, possédant une grosse berline (BMW Série 4, Série 3, Série 1, Audi A7, Audi A6, A8, Mercedes Class E, Mercedes CLS, Citroën)