Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Conseil Municipal Châteaubriant > Conseil Municipal- du 15 mars 2014 au 15 mars 2020 > CM 2016-2017 > Conseil Municipal du 20 octobre 2016

Conseil Municipal du 20 octobre 2016

Ecrit le 26 octobre 2016

Châteaubriant le 20 octobre 2016 : c’est chouette quand le maire n’est pas là. Le Conseil Municipal se passe de façon plus sereine. Hein ? Que dites-vous ? Le maire était là ? Ah oui, ptête ben kwi mais on ne l’a guère entendu. Ptête qu’il était fatigué ? On l’a vu bailler à plusieurs reprises. Ptête aussi qu’il savait qu’il y avait, dans la salle, des étudiants en sociologie : il aurait donc voulu se monter gentil ….

Ce fut un bref Conseil ce soir-là. Peu de choses à l’ordre du jour, alors même que le Conseil précédent datait du 12 juillet. Nous avons appris que, cependant, des décisions ont été prises, par exemple la construction d’un deuxième terrain de padel. Le maire l’a annoncé lors de l’inauguration du premier et y a juste fait allusion le 20 octobre.

A l’ordre du jour, le remplacement de Valérie Godiot qui a quitté Châteaubriant pour raisons professionnelles. C’est Caroline Chevalier qui revient au Conseil.

 Achat d’une maison

Un point important : l’acquisition d’une maison en centre-ville, au 25 rue Aristide-Briand. Une belle maison en colombages (non apparents), ayant gardé des poteaux à double-anneau, un étal rappelant le temps des tabellions et une vaste ouverture en dessous pour faire descendre les tonneaux et le bois à la cave. Vraiment une belle maison que France-Domaines a estimée à 73 000 € et que la ville a achetée à 106 000 €. Sans nier la qualité architecturale, le groupe de La Voie Citoyenne a fait des observations, jugeant que c’est « c’est un projet opaque : aucune destination n’est prévue pour cet immeuble, et quand vous interroge, vous ne savez pas. Opacité sur le choix d’acheter cet immeuble au-delà de sa qualité esthétique historique, cet immeuble a une surface d’à peine 40 m2 carrés au sol et un étage encore plus étroit avec un escalier peu accessible. Opacité sur la négociation qui aboutit à une revalorisation de 47 % par rapport à l’estimation des domaines. Nous avons déjà vu des projets sans suite à l’exemple de la chapelle de l’hôpital 37 000 euros en 2009 pourquoi faire ? Rien à ce jour.

Si vous avez un intérêt pour le patrimoine immobilier de la ville nous proposons de porter les efforts sur le patrimoine existant et dont la ville est propriétaire, un seul exemple l’ancien immeuble du CCAS   rue du château laissé à l’abandon avec des huisseries déglinguées qui donnent une image peu reluisante en entrée de ville en proximité d’un patrimoine remarquable qu’est le château de Châteaubriant ».

Catherine Ciron et Pierrick Trimaud ont plaidé pour cet achat. Le groupe Châteaubriant au Cœur a voté pour, comme la majorité. Mais Marie Humeau, pour la Voie Citoyenne, s’est étonnée d’une telle précipitation alors que la maison est en vente depuis longtemps et Bernard Gaudin a déploré le manque de transparence, le refus de travailler avec la minorité.

[Ndlr : une suggestion : consacrer cette maison, chaque été, à un artisanat d’art qui pourrait donner vie au Centre Ville].

Tarifs municipaux : inchangés ! Sauf les confiseries diverses vendues aux jeunes lors des soirées DJ, qui passent de 0,60 à 1 € « car nous vendions à perte » dit Mme Bombray. La Voie citoyenne a demandé si la population était au courant des possibilités de vente de bois, ou de locations de matériels (vaisselle, vidéo projecteurs) ? « Et pourquoi la piste du vélodrome peut se louer à l’heure et à la semaine et pas à la journée ? ».

Déplacements pour championnat de France - saison 2015/2016 : la ville affecte 4350 € et l’Office Municipal des Sports la répartit en tenant compte de ses critères. « Nous remarquons que notre proposition de l’an passé de prendre en compte les déplacements en Championnats d’Europe ou du monde a été retenue » commente Nelly Boucherie.

 Deux studios de 12 m2

Immeubles 8 et 10 rue Aristide Briand. Voilà un autre projet municipal, lui aussi dans le flou. Marie Humeau commente : « Nous découvrons au fur et à mesure des délibérations ou des décisions du maire la forme que prendra ce projet. Lors du conseil municipal du 12 juillet dernier l’achat des deux immeubles portait sur un montant de 270 000 euros (hors frais), aujourd’hui dans cette délibération apparaît un chiffrage de travaux de rénovation de la partie habitat des deux immeubles pour un montant de 362 000 euros. Dans les décisions du maire annexées à l’ordre du jour de ce conseil municipal il est fait état d’un contrat de maitrise d’œuvre avec la société MCM pour un montant de 21 600 euros correspondant à 12% du montant des travaux d’aménagement de la partie commerce estimés à 180 000 euros. Soit un premier sous-total de 833 000 € à ce jour. Pour quel retour sur investissement ? Où va-t-on ? Vous nous avez indiqué en commission qu’il s’agissait d’aménager 6 logements de type II et deux studios de 12 m2 Est-ce que ce type de logements correspond à la demande, en particulier pour les studios de 12 m2 ; Etait-il envisageable de faire des appartements plus grands pour loger des familles par exemple ; Pourquoi ne pas prévoir un logement d’urgence parmi cet ensemble et qui va gérer ces locations : la ville ? Dans quelles conditions ? Et comment seront-ils attribués ? ».

Damien Carette a précisé que, pour cette opération, la ville a perçu des subventions. Marie Humeau a rétorqué qu’il s’agit toujours d’argent public prélevé sur les impôts des contribuables.

[Ndlr : pour info, les chambres au foyer du jeune travailleur font 20-25 m2. Des studios de 12 m2 ne se justifieraient que s’ils étaient réservés à des stagiaires venant en notre ville pour un temps limité].

Dotation d’équipement des territoires ruraux (DETR) : une somme de 34 790 € est demandée à l’État pour la rénovation thermique et énergétique du gymnase de la Ville aux Roses. Et 25 000 € sont demandés au Centre National de la Chanson, des Variétés et du Jazz pour financer l’équipement électro-acoustique du Théâtre de Verre   estimé à 85 490 € HT  .

Prix de l’eau à Châteaubriant

Eau-Assainissement  : les surtaxes n’augmenteront pas cette année. C’est comme pour les tarifs municipaux. Bizââre ! Le maire serait-il en campagne électorale ? En tout cas les tarifs de l’eau, eux, augmentent, comme le montre Veolia pour les cinq dernières années.

Pour terminer, il a été question de la fusion des Com’Com’   de Châteaubriant et Derval  : c’est d’ailleurs pour cela qu’il y a eu un conseil municipal avant la fin octobre. La ville n’aura plus que 12 représentants au lieu de 15. Les 12 seront à élire parmi les 15 actuels.

Au sujet du Contrat Enfance qui va être signé entre la Com’Com’   et la CAF, La Voie Citoyenne remarque « une très faible fréquentation de l’accueil péri-scolaire, surtout en fin de journée et dans certains groupes scolaires : Marcel Viaud et Terrasses ». [c’est sans doute à mettre en lien avec la précarité et les bas revenus des familles].

 Hors conseil

Comme d’habitude, il y a des décisions prises par le maire en dehors du Conseil mais dont il rend compte au Conseil. Par exemple :
– recherche de Legionella pneumophila dans les réseaux d’eau chaude sanitaire. Ces bacilles peuvent entraîner une forme grave d’infection respiratoire.
– pour l’inspection télévisuelle des canalisations d’assainissement : 67 364 € HT  .
– 6 105 € de plus pour le terrain de padel.
– 21 600 € HT   pour le cabinet d’architectes qui s’occupe des immeubles 8-10 rue A.Briand.
– 10 320 € pour refaire le site internet de la ville de Châteaubriant. Nelly Boucherie a rappelé l’obligation de faire un site internet accessible aux déficients visuels et de respecter le RGAA (Référentiel Général d’Accessibilité des Administrations).
– diverses décisions concernent des contrats d’animation et de prestation. Par exemple, pour la soirée Eclats de Sportifs, il en coûtera 3035 €. Et pour les fêtes de Noël : 8770 €.
– Pour le réaménagement du Centre Communal d’Action Sociale, des marchés ont été conclus pour 93 715 € HT  . Le lot Carrelages-faïences n’a reçu aucune offre.
– de l’éclairage public sera installé au parc de Radevormwald pour 2127 € TTC
– pour le stade de la Ville en Bois, le montant total de l’entretien des espaces verts a coûté 74 604 € HT  .
– un véhicule Renault Clio est loué pour 227 € TTC sur 60 mois.

 - des spectacles :

– Dis-moi : 2120 € TTC
– Carrousel des moutons : 6203 € TTC
– Union Philharmonique : 4000 € TTC
– Les Ogres de Barback : 13 000 € TTC
– Six conférences sur le jazz : 15 000€ TTC
– Boulevard des Airs : 24 265 € TTC
– Théâtre Messidor : 12 000 € TTC [à noter que ce festival a duré trois jours !]

La Voie citoyenne a signalé que, dans de nombreux cas, la ville prend à sa charge l’hébergement et les repas des comédiens. Elle a demandé quel en était le coût.

 Déplacements :

La ville a engagé une étude pour la réalisation d’un plan global de déplacements. Un marché a été notifié à l’entreprise ITEM, en octobre 2015, pour 34 975 €. Un avenant pour 5 réunions supplémentaires se monte à 3250 €uros. Les réunions ont surtout concerné les commerçants. La population sera-t-elle consultée ?


 Padel et Paddle

Le Padel est un sport de raquette dérivé du tennis, se jouant sur un court plus petit, encadré de murs et de grillages. Il serait né vers 1969 et serait dû à un Mexicain Enrique Corcuera. Il se joue avec une batte en bois.

Le paddle-tennis est un sport de raquette adapté du tennis et joué depuis la fin du XIXe siècle. Il serait né en mer sur des bateaux britanniques, aux alentours de 1890, afin de divertir les passagers.

Le terrain de Padel de Châteaubriant a été inauguré le 15 octobre 2016. Il aurait coûté 42 168 € HT  . Un deuxième terrain est annoncé. Le maire compte renouveler la candidature pour la ville la plus sportive des Pays de Loire.

Rappelons quand même que la ville n’a pas les moyens de financer une maison des associations !

 Sécurité ?

Il nous est dit qu’il y a en ce moment de nombreux vols dans les maisons et les jardins (des vélos par exemple) et des voitures brûlées. Les gens se plaignent à la gendarmerie. A quoi servent donc les caméras de vidéo-surveillance ?


NOTES:

Souvenirs ....

25 rue Aristide Briand : Mme Danielle Emine, qui y a travaillé, se souvient. « Là se trouvait le café-PMU de Châteaubriant, tenu par Marcel et Madeleine Bénardais. J’allais donner un coup de main les dimanches et les vacances scolaires, j’avais 16 ans, je servais à boire et je faisais du ménage. La salle du rez de chaussée n’est pas très grande mais il y a un étage et un grenier. On accédait à l’étage par un escalier en colimaçon, en bois, sur lequel j’ai souvent passé la paille de fer, tout comme sur le plancher de l’étage car les joueurs du PMU fumaient beaucoup et mégottaient. [Après la fermeture du PMU, le café est devenu un Kebab]. Au sous-sol il y a une immense cave qui allait jusqu’au magasin suivant, la quincaillerie Roul-et-Charron. Il y avait souvent de l’eau, en raison des infiltrations du Rollard. Au PMU, je passais les jeux. Il n’y avait pas de machine électrique comme maintenant. Les joueurs nous donnaient leur coupons et nous les enregistrions après les avoir poinçonnés avec la machine à trouyoter »