Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Politique générale > François Hollande > Filons la laine, filent les jours ….

Filons la laine, filent les jours ….

Ecrit le 01 février 2017

Mais la dame à sa fenêtre
Pleurant sur son triste sort
Dans mille ans, deux mille peut-être
Se désolera encore…
(Chanson de Jacques Douai)

 Assistante

Le Canard Enchaîné du 25 janvier a jeté un beau pavé dans la mare : la dame Pénélope Fillon aurait perçu 500 000 € en tant qu’assistante parlementaire de son mari François Fillon, puis de son suppléant. Elle aurait perçu, entre 415 000 et 475 000 euros, aux frais du contribuable français pour un travail qu’elle n’aurait jamais fourni. Une collaboratrice du suppléant de François Fillon à l’assemblée, interrogée par le journal, déclare ne l’avoir jamais vue. Ce même suppléant, Marc Joulaud explique ne la connaître qu’en tant que « femme de ministre » et « n’avoir jamais travaillé avec elle ».

Même si la pratique n’est pas illégale, la révélation a provoqué stupeur et inquiétude car personne n’a jamais été au courant d’une quelconque activité de Mme Penelope Fillon, se présentant elle-même comme « pas impliquée » dans les activités de son mari. L’histoire a provoqué de nombreuses réactions et on a même entendu Bernard Pivot proposer un mot nouveau : « Pénéloper » : travailler dans une totale discrétion.

Mme Fillon aurait aussi touché, entre mai 2012 et fin 2014, environ 5 000 euros par mois pour un travail dans « La Revue des Deux Mondes », détenue par Marc Ladreit de Lacharrière, un ami de François Fillon. Le dirigeant de la revue, Michel Crépu, s’est dit « sidéré » et a affirmé « ne jamais l’avoir vue dans les bureaux de la revue ».

François Fillon s’est enfoncé un peu plus en précisant que, lorsqu’il était sénateur, il avait « rémunéré pour des missions précises » deux de ses enfants « qui étaient avocats ». Sauf que, d’après l’annuaire du barreau, ils ne l’étaient pas encore. « Imprécision de langage », il voulait dire qui « sont » avocats actuellement, selon son entourage.

 Faillite

Ce n’est pas la première fois que le Canard enchainé épingle François Fillon. En visite en Corse, vendredi 21 septembre 2007, François Fillon, Premier Ministre, affirmait « être à la tête d’un Etat en situation de faillite » et annoçait vouloir réduire les dépenses. Pourtant le Canard enchaîné, dans son édition du 3 juin 2009, s’est amusé à répertorier les nombreuses dépenses faites dans les appartements de Matignon, résidence du Premier ministre français. On y apprend que François Fillon a fait réaliser des travaux agrandissant ses appartements privés de 73 m2 à 213 m2 aux frais du contribuable.

Le 4 janvier 2017 le Canard enchaîné, curieux, offre la visite du « Château » de François Fillon : la très belle bâtisse compte 14 chambres et des salles de bains, une grande bibliothèque, grande salle à manger avec cheminée. Le tout entouré de 3000 m2 de bâtiments annexes et de 6 hectares de terrain.

 Absent du Parlement

La poisse-fillon continue : dans un article du 27 janvier 2017, Les Décodeurs du journal Le Monde révèlent : « Le site NosDeputes.fr, qui met en ligne des informations sur l’activité des parlementaires, à partir de données issues du Journal officiel et du site de l’Assemblée, dresse un bilan sans appel. Sur l’ensemble de la législature, le Sarthois a une présence en commission et dans l’hémicycle bien inférieure à ses homologues ».


Rouge : la présence de F. Fillon
Bleu : la présence moyenne des députés

Au cours des douze derniers mois, le bilan est encore plus négatif. La situation peut s’expliquer en partie par la campagne à l’investiture de la droite et du centre qu’il a menée. Celle-ci l’a logiquement éloigné de l’Hémicycle. Ainsi, le Sarthois n’a siégé que seize fois au sein de la commission des affaires étrangères dont il est membre, très loin des 183 réunions auxquelles Lionel Tardy (Haute-Savoie, LR), député le plus assidu, a été constaté présent.

Toujours sur les douze derniers mois, François Fillon ne compte par ailleurs que 16 semaines d’activité. Dans les deux cas, le candidat à la présidentielle figure parmi les 70 députés les plus absentéistes, sur 564 élus.

Un tweet de Fr.Fillon en date du 20 septembre 2012 : « Il y a injustice sociale entre ceux qui travaillent dur pour peu et ceux qui ne travaillent pas et reçoivent de l’argent public »

 Assistants

Au lendemain du séisme provoqué par les révélations du « Canard Enchaîné » sur les 500.000 euros perçus par la femme de François Fillon, un certain nombre de députés ont pris contact avec la Haute autorité pour la transparence de la vie publique pour modifier leur déclaration d’intérêts et changer le nom de leurs collaborateurs. Un député filloniste qui employait jusqu’à présent sa femme a soudainement décidé de changer d’attachée parlementaire ! Toujours selon la chaîne d’information, le secrétariat de la présidence de l’Assemblée nationale fait état de démarches similaires. 

D’après Mediapart, sur 577 députés, 115 ont salarié un membre de leur famille en CDD, en CDI ou à temps partiel. Cette embauche est légale, du moment que l’assistant parlementaire exerce réellement la fonction pour laquelle il est rémunéré. Or, la pratique n’est pas contrôlée.

Depuis 2013, députés et sénateurs doivent déclarer leur patrimoine et le nom des collaborateurs qu’ils emploient. Ces déclarations sont ici : http://www.hatvp.fr/

 Marine Le Pen

Les assistants parlementaires sont aussi dans le collimateur au Front National : le Parlement européen a envoyé à Marine Le Pen deux lettres de recouvrement lui réclamant près de 340 000 euros, estimant que l’eurodéputée française avait perçu ces sommes pour rémunérer deux assistants qui n’auraient travaillé que pour son parti.

 Et X.Hunault aussi

Embaucher les membres de sa famille, cela nous rappelle quelque chose : le député-maire de l’époque, un certain Xavier Hunault, a embauché ses deux fils, Michel et Alain comme assistants parlementaires. Une bonne façon de leur payer des études.

Le même Xavier Hunault a été épinglé par le journal Le Point du 2 janvier 1978. Sur 228 députés notés dans la majorité de l’époque, Xavier Hunault se classait 198e ex-aequo avec 755 points, quand le mieux noté, Claude Gerbet, de Chartres, comptait 19 770 points. Pour Le Point, Xavier Hunault était un député « sporadique » en raison d’un important cumul des mandats.

Son fils, Alain Hunault, qui cumule lui aussi de nombreux mandats, vise aussi le poste de député ! Quelle famille !


 Yves Daniel, bien noté

Yves Daniel, député PS de notre circonscription, n’a embauché personne de sa famille comme assistants parlementaires.
Il compte, ces 12 derniers mois : 49 questions écrites, 4 questions orales, une proposition de loi, 22 propositions en tant que co-signataire, 21 interventions en séance publique, 71 interventions en réunion de commission, 267 amendements signés, 3 rapports d’information.

Il figure dans les 150 premiers députés (sur 577) et même parmi les 10 parlementaires les plus assidus. (sans compter sa forte présence dans la circonscription).
http://www.nosdeputes.fr/yves-daniel