Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Entreprises > Fagneva, solidarités nouvelles

Fagneva, solidarités nouvelles

Ecrit le 17 mai 2017

2014 : Fagneva arrive en France. Elle est noire et belle, dynamique et volontaire. Elle a appris le français à l’école et le parle très bien, elle vient en France pour motif familial. Professeur d’Histoire-Géographie dans son pays, diplôme non reconnu en France, elle s’active pour trouver du travail et c’est ainsi qu’elle prend contact avec SNC.

SNC : Solidarités Nouvelles face au Chômage, une structure créée en France en 1985 et à Châteaubriant en 2013 à l’initiative   de Bernard Provost. Elle compte actuellement 10 militants ce qui permet de constituer 5 binômes. C’est Bernard Provost et Yves Le Gall qui ont assuré l’accompagnement de Fagneva.

Celle-ci avait tout à apprendre : la façon de vivre en France, mais aussi le code de la route. Elle a d’abord fait un stage de six mois avec « Retravailler » et diverses évaluations en milieu de travail. « Je manquais de confiance en moi, j’avais peur de conduire, peur aussi de ce qui m’environnait ». C’est alors que Bernard et Yves ont orienté Fagneva vers l’ACPM   (Ateliers et Chantiers du Pays de la Mée) en finançant un « emploi solidaire ».

Assurée d’avoir un salaire (35 h au SMIC) à la fin du mois, Fagneva a fait un peu de tout : travail sur les chantiers, entretien des locaux, préparation du permis de conduire. Ca y est, c’est gagné, elle a pu alors acheter une voiture à un prix très bas, ce qui lui donne la mobilité nécessaire pour aller travailler au domicile des personnes âgées. Car, bien entendu, Fagneva a préparé et obtenu le diplôme d’Assistante de Vie aux familles.

Et maintenant ? Fagneva passé le concours d’entrée à l’IFAS (Institut de Formation d’Aide-Soignante) et espère bien être reçue.

« Tout le monde m’a aidée, dit-elle. Le fait d’avoir un emploi à l’ACPM  , m’a permis de faire un emprunt à la banque. L’auto-école a consenti un échelonnement du paiement des cours. J’ai pu me stabiliser, acheter des vêtements et ma voiture ».

Emploi solidaire

Encore un exemple d’association où les militants donnent de leur temps et de leurs revenus, pour aider d’autres personnes. L’association SNC finance, sur ses fonds propres, des emplois d’une durée moyenne d’un an, dans des structures de l’Economie Sociale et Solidaire. Au niveau national, il y en a eu 116 dans ce cas. Et dans plus de 50 % des cas, cet emploi a été suivi d’un contrat de travail.

Grâce à l’emploi solidaire, les structures employeuses :
- créent un poste qu’elles n’auraient pu financer par elles-mêmes,
- développent leurs activités,
- redynamisent l’équipe et la structure.

Le salaire de la personne employée est alors soutenu par SNC à hauteur de 115 % du SMIC. Le financement des emplois solidaires par SNC est possible grâce aux contributions des donateurs.

« Ce fut notre deuxième emploi solidaire » dit Bernard Provost. « Nous avons en outre accompagné une cinquantaine de personnes en 4 ans, avec des profils très différents. Notre but est de changer le regard sur les chômeurs ». Pour autant la création d’un emploi solidaire requiert de nombreuses conditions : notamment que les besoins de la personne soient adaptés aux caractéristiques de l’entreprise d’accueil.

SNC-Châteaubriant

Photo : Devant : Bernard, Fagneva, Yves
Derrière : Marie et Maryse

« Cet accompagnement m’a fait beaucoup de bien. Voir que j’étais écoutée a été très important pour moi, cela me redynamisait. On m’accordait du temps et de la confiance, je me disais : il faut que j’en fasse encore plus » dit Fagneva. C’est une pleine réussite !

Pour prendre contact avec SNC : Tél . 06 18 24 39 40
groupe.chateaubriant@snc.asso.fr