Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Action Coeur de ville

Action Coeur de ville

Ecrit le 4 avril 2018

Le maire de Châteaubriant ne rate pas une occasion de critiquer …. les autres, s’ils ne sont pas de sa couleur politique, et de leur imputer la responsabilité de ce qui ne fonctionne pas sur notre territoire. Faut-il lui rappeler que, du temps où N.Sarkozy était Président, notre territoire n’a pas bénéficié d’aides ?

Il y a quelques années, sous le quinquennat de François Hollande, le quartier de la Ville aux Roses à Châteaubriant a été reconnu comme ’prioritaire’ et a été doté de moyens financiers. Et, en ce mois de mars 2018, sous le quinquennat d’Emmanuel Macron, la ville de Châteaubriant, avec son intercommunalité, va bénéficier de l’action « Coeur de Ville ». En France, 222 communes ont été sélectionnées pour cela. En Loire-Atlantique il s’agit seulement de St Nazaire et Châteaubriant (écrit avec un d évidemment !). A proximité on trouve : Redon, Vitré, Fougères, Laval.

Pour assurer cette revitalisation des cœurs de ville, chaque convention reposera sur cinq axes structurants :
1 - Réhabiliter et restructurer : vers une offre attractive de l’habitat en centre-ville
2 - Favoriser un développement économique et commercial équilibré,
3 - Développer l’accessibilité, la mobilité et les connexions,
4 - Mettre en valeur les formes urbaines, l’espace public et le patrimoine,
5 - Fournir l’accès aux équipements et services publics.

L’appui aux projets de chaque commune reposera sur des cofinancements apportés par les partenaires : plus de 5 milliards d’euros mobilisés sur 5 ans pour les 222 communes, dont 1 Md€ de la Caisse des dépôts en fonds propres, 700 M€ en prêts, 1.5 Md€ d’Action Logement et 1,2 Md€ de l’Agence nationale de l’habitat.

La gouvernance du programme sera également partenariale. Elle sera d’abord locale. Le programme sera mis en oeuvre avec les collectivités territoriales en fédérant les partenaires, nationaux com-me locaux : le maire, les partenaires régionaux et locaux, le préfet, le commissariat à l’égalité des territoires.

Le plus rigolo c’est que Monsieur Not’Maire, à qui on réclame un travail partenarial et en concertation, et qui ne voulait point en entendre parler, se met à dire maintenant qu’il aimerait bien une méthode de travail comme celle qui a été utilisée pour la préparation du SCOT. Et là nous sommes d’accord avec lui !

Contenu

Le programme à élaborer pourra contenir ceci :

- Réhabiliter les logements et améliorer leur performance énergétique,
- Accompagner les commerçants dans la transition numérique et la mise en place de e-services de qualité,
- Simplifier les démarches et centraliser les demandes de financement des projets
grâce à l’Opération de revitalisation de territoire,
- Acquérir et réhabiliter des immeubles en centre-ville pour loger des salariés,
- Dispenser les commerces de demande d’autorisation auprès de la commission départementale pour s’implanter en centre-ville,
- Développer une nouvelle offre commerciale en centre-ville et rééquilibrer les conditions d’implantation avec la périphérie,
- Lancement d’un concours international invitant les architectes, paysagistes et designers à « Réinventer les cœurs de ville »

Retrouvez tout sur :
voir le sitecoeurdeville.gouv.fr

Place à la folie

Concertation, oui, et si la municipalité ouvrait un concours fou, pour permettre aux habitants de donner des idées pour la revitalisation du centre-ville ? Cela passe par le commerce bien sûr, mais il n’y aura pas de commerce si les habitants ne viennent pas en centre-ville. Comment leur donner envie d’y venir, de se rencontrer, d’y passer un bon moment à flâner, à découvrir des choses intéressantes. Comment redonner un caractère à ce centre-ville qui a tout pour plaire mais où, actuellement, le vide des rues fait fuir les Castelbriantais. C’est là qu’il faut récolter des idées folles, des idées enthousiastes qui, bien canalisées, redonneront de l’attrait au centre-ville.

Ce financement de l’(Etat est une chance pour Châteaubriant, mais l’action ne devra pas se limiter à la ville-centre. Il faut développer l’attractivité de toutes les communes. Il paraît que le Conseil des Sages va s’en soucier bientôt !

Communiqué

Le comité En Marche de Châteaubriant se réjouit de l’annonce d’un plan de 5 milliards d’euros à destination des villes moyennes (20 millions par ville en moyenne). Impliquée depuis l’origine de la réflexion, l’équipe du comité En Marche Châteaubriant est heureuse que notre ville soit sélectionnée. Dans ce cadre, nous nous tenons à la disposition de la municipalité pour faciliter l’obtention de ces fonds sur la base de projets concrets et concertés. La réussite de cette opportunité est un tournant majeur pour notre commune. Cette échéance nous impose de nous tourner vers l’avenir et laisser derrière nous les incompréhensions du passé, unis autour d’un objectif : Une nouvelle dynamique pour Châteaubriant.
Comité En Marche Châteaubriant


Patrimoine

Belle page du dernier « Châteaubriant-Magazine » sur le patrimoine de la ville avec l’annonce de la nomination de Jean-Paul Bouzigues comme Référent Fondation du Patrimoine. Saisi par des particuliers ou des collectivités, il peut aller les voir sur place et mettre en relation avec les spécialistes salariés de la Fondation pour les aiguiller dans leurs démarches. Il est bien entendu partisan de l’animation du Centre-Ville. Dit-il.
Contact : 02 41 39 48 98


Tifenn

Tifenn Lorcy, rédactrice en chef de l’Eclaireur a quitté Châteaubriant pour d’autres horizons. Elle sera désormais rédactrice en chef du journal Le Courrier Vendéen, hebdomadaire paraissant le jeudi et appartenant, comme l’Eclaireur, au groupe PubliHebdos. Pour 32 000 lecteurs/semaine, il traite de l’information locale du secteur nord-ouest de la Vendée de Saint-Gilles à Bouin, et d’Aizenay à Montaigu. Il a pris le tournant numérique depuis longtemps puisqu’il propose, pour chaque numéro, un achat en version numérique, et, en outre, toute la collection depuis plusieurs années. Possibilité d’abonnement 100 % numérique, ou en formule « duo » pour la version papier et numérique.

Arrivée à Châteaubriant il y a une dizaine d’années, comme jeune journaliste, Tifenn est devenue rédactrice en chef ce qui n’est pas une petite responsabilité quand il faut, chaque semaine,trouver à remplir 50 à 60 pages en coordonnant avec doigté, et efficacité, un ensemble de journalistes et de correspondants locaux, en trouvant un thème d’enquête chaque semaine, en gardant une vision d’ensemble du journal, en assurant un certain nombre de réunions importantes et chronophages, en réussissant aussi à garder une indépendance d’esprit vis-à-vis, notamment, des politiques locaux. Tifenn a su faire cela, avec le sourire en plus. A Châteaubriant elle
personnifiait l’Eclaireur !
Bon vent, Tifenn, et merci.