Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Intercommunalité et diverses communes > CCRN - Com Com de Nozay > CCRN 2018-2019 CCN > Les curiosités viaires de Nozay

Les curiosités viaires de Nozay

Ecrit le 18 septembre 2018

Dans une lettre ouverte au maire de Nozay, une automobiliste écrit :

Puis-je me permettre d’attirer votre attention sur un lieu déroutant de la voirie municipale à Nozay ? Il s’agit d’un rond-point très discret au point d’être anonyme (peut-être rue du 11 novembre ?) et normalement connu des seuls habitants de ce quartier résidentiel.

Vous savez que le jour de la fête des commerçants, toute la ville est barrée aux voitures. C’était le cas samedi 1er septembre 2018. C’est pourquoi, en plus des riverains, il passe là des automobilistes égarés à la recherche de leur itinéraire, ou de la braderie, ou aussi pour une visite à l’hôpital voisin, ce qui était mon cas.

Le problème est que ce rond-point a un emplacement décalé, ce qui pousse les conducteurs à s’engager à contresens, avant de réaliser (peut-être) que ce n’était pas une rue mais un giratoire. De plus, la chaussée est assez large et les marquages au sol presque effacés. Il y a bien des panneaux de signalisation verticale, mais après pas mal de zigzags autour de Nozay, on guette plutôt les pancartes des déviations. Alors c’est en toute bonne foi qu’on peut s’engager dans ce piège... à 90 € et parfois 4 points de permis.

Hier, le samedi de la braderie était donc le moment choisi par les gendarmes de Nozay, qui ont dû obtenir un « bon » indicateur d’activités chiffré tel qu’attendu à cet emplacement privilégié. Et en effet, une des automobilistes allégée de 90 € est restée sur place pour observer et photographier la circulation pendant un quart d’heure.

Un délinquant à la minute !

Bilan net et sans bavure : entre 12 h 53 et 13 h 07, quatorze véhicules ont pris ce rond-point à contresens, soit pratiquement un par minute ! Bien tranquillement, sans rouler vite ni hésiter, freiner ou changer brutalement de direction. Les conducteurs ne semblaient tout simplement pas réaliser qu’ils roulaient dans un rond-point. Quand on constate une telle proportion de « délinquants » (peut-être la majorité de ceux qui passent par là), c’est aussi l’infrastructure (implantation, tracé des voies, signalétique) qu’il faudrait interroger. En attendant, on peut avoir la désagréable impression d’avoir été piégés.

On nous a dit que ce rond-point n’était pas le pire de Nozay : à vérifier pour mieux éviter !

Je vous serai très reconnaissante, monsieur le Maire, de bien vouloir me donner votre opinion à ce sujet, qui peut concerner de nombreux automobilistes de passage ou résidents à Nozay.
Véronique R.

Note de la rédaction :

L’automobiliste en question venait de la rue J. de la Fontaine et cherchait l’hôpital (qui est à l’opposé, en réalité) et ne pouvait utiliser ni une carte ni même un GPS... qui ne tiennent pas compte des jours de braderie. Le trajet qu’elle a emprunté, en toute bonne foi, n’est d’ailleurs
pas plus court que le trajet prévu par les aménageurs.

Les riverains ont pris leur parti de cette situation et certains ont même vu des gendarmes passer à contresens. Mais, probablement parce qu’ils se sentaient observés, ils auraient alors branché le gyrophare !