Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Police > Insurrection policière, démocratie en danger

Insurrection policière, démocratie en danger

Ecrit le 26 octobre 2016

 Cagoules

Cagoules : Bavures policières ? Impunité ? Chasse au faciès ? Ah, non, c’est pas le moment de parler de tout ça ! Plus de 90 % des Français soutiennent le mouvement des policiers en colère. En moins de dix jours, ils viennent d’obtenir une enveloppe de 250 millions d’euros pour répondre à leurs revendications. Ça suffira ? Pas sûr. Les flics veulent de l’amour. Faites leur des petits bisous. Et comprenez que, désormais, vous avez le droit de manifester en armes et en cagoule !

Reportage Là-Bas si j’y suis


Ecrit le 9 novembre 2016

 Insurrection policière

Dans un communiqué du 25 octobre 2016, le syndicat des avocats de France déclare :

Depuis plusieurs jours et plusieurs nuits, les policiers défilent dans les rues sans déclaration préalable, pour certains cagoulés, voire avec leurs véhicules de fonction, leurs insignes et parfois leurs armes de service. Ni le caractère dramatique de l’événement déclencheur de ce mouvement, ni les difficultés avérées des conditions de travail de nombre de policiers, ne rendent acceptable cette volonté désormais officielle d’intimider l’institution judiciaire.

 Démocratie en danger

Les revendications portant sur les moyens matériels (…) laissent place à une explosion des revendications politiques à l’égard, notamment, de la magistrature, taxée de faire preuve de « tolérance, complaisance, laisser-aller, laxisme », mais également à l’égard des avocats, « complices de ce laxisme ».

Au mépris de l’indépendance nécessaire de la Justice et de la séparation des pouvoirs, ces actions ont manifestement pour objectif d’exercer une pression en faveur d’une politique pénale toujours plus répressive et d’inciter le gouvernement à brider davantage la magistrature. Contrairement aux affirmations policières, les statistiques, les chiffres record de la surpopulation pénale, montrent que l’institution judiciaire n’est pas épargnée par cette tendance sécuritaire et fait au contraire preuve d’une surdité grandissante aux questions sociétales à l’égard desquelles le tout carcéral serait l’unique et utile réponse.

Au demeurant, le rôle de la justice n’est pas de tenter d’apaiser une soif inextinguible de répression et de vengeance, que se plait à aviver l’extrême droite sous toutes ses formes.(...)

Quand certains tracts, laissés sur les murs des tribunaux, proclament « Policiers agressés – République en danger », il est utile de rappeler que si les agressions de policiers mettent en danger les policiers, et affectent le maintien de l’ordre, ce sont les manifestations illégales de policiers et leur tentative d’intimidation de toute l’institution judiciaire qui mettent, elles, en danger la Démocratie et l’Etat de droit.

Communiqué du syndicat des avocats