Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Energie > Revoilà Linky, février 2017

Revoilà Linky, février 2017

Ecrit le 15 février 2017

La première vague d’implantation des compteurs électriques Linky est terminée dans certaines communes. Une nouvelle vague est lancée et une réunion de coordination des opposants a eu lieu à Treffieux le 9 février avec des comités venus de Chartres-de-Bretagne, Pontpéan, Clayes, Nantes, Villepôt, Soudan, la Meilleraye et des personnes de Jans, Châteaubriant, Rougé, etc. « Plus on est informé et moins on est influençable » a-t-il été dit de même que « il n’est pas question de diviser les gens. Certains acceptent Linky, nous respectons ce choix. Mais qu’on respecte aussi notre refus ».

« L’Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSES) a décrété que le compteur Linky était aussi inoffensif qu’une plaque de cuisson électrique. Ça tombe bien : en 2016, environ 2,3 millions de Linky, ont été installés, dans pas moins de 1 000 communes. Mais il en reste 35 millions à fourguer » . dit le Canard Enchaîné du 28 décembre 2016 en précisant que, selon l’ANSES : « Peu d’études expérimentales et épidémiologiques sont disponibles concernant les effets des champs électromagnétiques des fréquences sur la santé. » Bah, on verra plus tard…

Des comités locaux s’opposent donc à la pose de compteurs Linky chez les personnes qui refusent ces « compteurs intelligents ». Cela ne se fait pas sans conflit, avec parfois des menaces, des portes forcées. C’est que les installateurs ont passé un contrat avec ENEDIS (nouveau nom de ERDF) avec bonus prévu si les installations sont faites. « Plus on pose de compteurs et plus on a de primes. On peut se faire 400 euros de plus par mois », confie au « Canard » un poseur de Linky qui préfère garder l’anonymat. « Nous avons pour consigne de tout faire pour convaincre les récalcitrants. Ils ont droit à des SMS, à des courriers à répétition, à des visites de techniciens qui vont défiler toute la journée pour les faire craquer ». Charmant, non ? En 2016, les 1 800 poseurs employés par plus de 30 entreprises sous-traitantes ont installé environ 15 000 Linky par jour, mais en 2017 ils devront en poser jusqu’à 35 000. Ça promet…

soirée linky

 322 refus

Il y a quand même 322 communes où le maire a refusé la pose de Linky et la contestation s’étend. Lire ici

il y a dans la liste des communes importantes : Aix-en-Provence (140 000 habitants) ou Caen (110 000). Du coup, Enedis a, pour l’exemple, trainé devant le tribunal administratif les maires de Montpeyroux (460 habitants) et Monferrand-du-Périgord (160) ! Rappelons que Châteaubriant a voté, malgré elle, le refus des compteurs Linky !

Tracts dans les lotissements et à la sortie des écoles, interventions auprès des maires ou dans les conseils municipaux, les comités se démènent, en particulier lorsque des habitants ont des soucis de santé à la suite de la pose d’un compteur Linky. Cela s’est produit à Chartres de Bretagne, pour un compteur posé le 9 novembre 2016. Le Préfet a finalement demandé la dépose de ce compteur.

Des habitants, à Châteaubriant, se plaignent des conditions d’utilisation. « Avant, avec mon compteur EDF, je pouvais faire fonctionner tous mes appareils. Maintenant ce n’est pas possible et on me répond qu’il faut souscrire une puissance supplémentaire et ... payer en conséquence ».

Selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), le compteur Linky serait utile au consommateur. « Une prise de position étonnante, dit le mouvement Que Choisir, tant ce nouveau compteur électrique présente dans la réalité un intérêt limité » ... sauf pour ce qu’on appelle le Big Data c’est à dire le « volume massif des données ».

 Big data

Philippe Mouloubou, président d’Enedis, le reconnaît : « Notre métier évolue et nous sommes désormais un opérateur de big data qui va bientôt gérer 35 millions de capteurs connectés ».
Dans un communiqué du 19.04.2016, la Ligue des Droits de l’Homme dit : « Linky est très bavard : les informations qu’il collecte constituent une intrusion dans la vie privée de soixante-six millions d’habitants, car le transfert des données détaillées sur la consommation d’énergie (par exemple toutes les dix minutes) permet notamment d’identifier les heures de lever et de coucher, les heures ou périodes d’absence, ou encore, sous certaines conditions, le volume d’eau chaude consommée par jour, le nombre de personnes présentes dans le logement, etc. Au point que la Cnil a travaillé sur un « Pack de conformité » et préconisé qu’EDF obtienne de l’usager son consentement pour le transfert de ses données. Or de ce consentement il n’est absolument pas question dans les courriers envoyés par ERDF (ENEDIS) annonçant le remplacement des compteurs ».

Quelques indications :
– http://44contrelinky.blogspot.fr/
– http://infolinky.forumactif.org/
– Lettre de refus, sommations : https://frama.link/refus-linky
– La Meilleraye : meillerayeantilinky@gmail.com
– Analyse : les délibérations des communes refusant Linky sont légales :

http://autreinfo.free.fr/liens/linky-capacite-devoir-interet-a-agir-des-communes.pdf


Ecrit le 15 février 2017

 Développement durable

Baromètre CIVAM

« Nous passons notre temps à faire des films où nous sommes éradiqués par des zombies, des bombes nucléaires, des épidémies, des robots, des extraterrestres, de petits gremlins… Nous adorons ça ! Mais où sont les films qui parlent du contraire ? Ceux où nous nous rassemblons et où nous résolvons les problèmes ? Nous n’en avons pas vraiment… L’être humain est tellement ingénieux, tellement créatif. Nous pourrions faire des choses extraordinaires », mais nous avons un génie particulier pour détruire la planète ! Quelle planète voulons-nous léguer à nos enfants ? Tel était le thème de la soirée du 10 février avec l’ARCEL   à St Aubin des Châteaux.

Suite à la publication d’une étude annonçant la possible disparition d’une partie de l’humanité d’ici 2100, Cyril Dion et Mélanie Laurent sont partis avec une équipe de quatre personnes enquêter dans dix pays pour comprendre ce qui pourrait provoquer cette catastrophe et surtout comment l’éviter.

La projection du film « Demain » a permis de se poser des questions. « Nous nourrir pour ne pas disparaître, Réussir la transition énergétique, Une économie pour demain, Réinventer la démocratie, Une nouvelle histoire de l’éducation, Commencer à s’y mettre » — Le film raconte des rencontres   hors du commun avec des femmes et des hommes qui changent le monde. Tantôt sur le mode du récit, tantôt sur celui du dialogue, en texte et en image, le livre « Demain » (Ed. Actes Sud) nous entraîne sur la voie du changement et de la transition, de l’espoir et de l’initiative  , sur celle d’« un nouveau monde en marche ».

La discussion qui a suivi a parlé d’agriculture durable (comme sur l’exploitation de Daniel Durand, à La Meilleraye qui fait vivre 5 personnes sur 55 ha). Il a été question aussi de permaculture comme le pratiquent les jardiniers de l’association Rencontres  . Et des AMAP. Et plus généralement d’engagement dans des associations, de dialogue avec les élus.
100 questions

La fédération des CIVAM propose un Baromètre de 100 questions, un outil participatif élus-citoyens, abordant les enjeux majeurs des communes en matière de citoyenneté, économie, solidarités, environnement. à trouver ici