Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > La clause ’Molière’

La clause ’Molière’

Ecrit le 15 mars 2017

 Clause Molière

La Région Pays de Loire a adopté la « clause Molière » obligeant les salariés à parler français sur les chantiers du bâtiment. La Com’Com’   CCCD ferait bien d’appliquer cette clause : pitch, speed, farm dating, Mind-Mapping ….Ces mots anglais apportent-ils un « plus » aux actions ?

Parlons français, saperlipopette !


Ecrit le 22 mars 2017

 « Clause Molière »

La Région des Pays de la Loire est une des premières Régions à avoir proposé, sous une forme volontairement édulcorée, l’expérimentation de la « clause Molière » sur ses chantiers. Cette clause vise à imposer le français sur les chantiers.

Le Préfet a pourtant alerté le Président Bruno Retailleau sur le risque d’illégalité.

Dans un communiqué du 16 mars 2017, le groupe PS déclarait : « L’entêtement dont fait preuve Bruno Retailleau est une véritable faute. Non seulement il expose le Conseil régional à un risque d’illégalité mais il le conduit également sur le chemin du repli sur soi et du reniement des valeurs fondatrices de l’Union européenne ». Christophe Clergeau ajoutait : « je rejoins pleinement Elisabeth Morin-Chartier, avec laquelle je travaille au niveau européen, pour souligner que « nous ne devons pas tomber dans le piège du repli nationaliste dans lequel le Front National veut enferrer notre pays »

Et puis, changement de décor le 17 mars : en introduction de la séance du Conseil régional, Bruno Retailleau a annoncé finalement l’abandon de la mise en œuvre de la « clause Molière », décidant de recentrer l’action de la Région sur l’information des salariés sur leurs droits et le respect du droit social sur les chantiers.

« Nous nous réjouissons de ce revirement et de cette nouvelle orientation que nous pouvons soutenir » a déclaré C. Clergeau

Note de la Rédaction de La Mée :

Eh bien, nous, nous soutenons l’application de la Clause Molière dans les documents officiels, de quelque origine qu’ils soient. Ras-le-bol d’entendre parler de learning, pitch, coaching, sourcing, farm-dating, flyer, afterwork, co-working, connect-talent, drive, manufacturing, cross-booking, overbooking, downsizing, dumping, crowdfunding, etc.

Nous demandons que les réseaux sociaux appliquent à leurs contributeurs un Filtre-Molière permettant d’éliminer systématiquement tous les Français qui allient l’insulte à une orthographe déplorable !


Note du 19 mars 2017

La « clause Molière » est une « discrimination », selon la commissaire à l’emploi européenne. Marianne Thyssen dit dans un entretien au « Parisien » qu’imposer l’usage du français sur les chantiers de construction publics est contraire à la législation européenne.

Voir aussi édito du Monde